Bush, Blair et le terrorrisme en vedette au festival des films de Toronto

Discussion dans 'Scooooop' créé par nadr, 11 Septembre 2006.

  1. nadr

    nadr Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Le thème du terrorisme s'est imposé au Festival des films de Toronto avec la présentation de deux films controversés, l'un sur l'assassinat imaginé de George W. Bush et l'autre sur l'histoire d'un Irakien accusé à tort d'avoir planifié le meurtre de Tony Blair. Dimanche soir, à la veille du cinquième anniversaire

    Dimanche soir, à la veille du cinquième anniversaire des attentats du 11 septembre, le festival de Toronto a présenté au public la "première mondiale" de "Death of a President" (La mort d'un président), du réalisateur britannique Gabriel Range.

    Ce film "reconstitue" l'assassinat en 2007 de George W. Bush à Chicago à la suite d'importantes manifestations contre la guerre en Irak, en conjuguant des séquences d'archives et des scènes où le président américain apparaît en images de synthèse.

    "La mort d'un président", qui doit être diffusée en octobre sur une chaîne anglaise, est déjà l'objet d'une vive polémique aux Etats-Unis, où sa distribution n'est pas encore assurée.

    Le film a été ajouté sur le tard au programme du prestigieux festival canadien, prisé par le gotha d'Hollywood, et les billets pour la première, à laquelle les médias n'étaient pas conviés, se sont rapidement envolés.

    Des centaines de curieux se sont quand même présentés aux guichets avant la projection dans l'espoir vain qu'une place se libère.
    Les autorités locales ont renforcé les mesures de sécurité pour le passage de la métropole canadienne du réalisateur de l'oeuvre. Devant la controverse que soulève ce docu-fiction, le co-président du festival, Noah Cowan, a tenu à défendre son choix d'avoir intégré le film à la programmation.

    "Il s'agit d'une oeuvre courageuse qui tente de développer un nouveau vocabulaire cinématographique pour traiter de l'état actuel du monde. Nous vivons dans une époque violente et il est extrêmement difficile de trouver des façons de confronter cela par le cinéma", a-t-il déclaré.

    Le film n'a pas fait l'unanimité parmi les "festivaliers", dont les réactions étaient diamétralement opposées à la sortie de la projection. "C'est très bien fait...ce n'est pas du tout un film anti-Bush mais simplement une fiction sur ce qui pourrait un jour advenir", a estimé un cinéphile canadien.

    "Ce n'est pas choquant du tout. Nous nous demandons tout le temps quand ce jour (assassinat du président) viendra", a renchérit une américaine de passage à Toronto pour le festival.

    "Le film est ennuyant...C'est une trop bonne idée pour en faire un tel navet", lance un jeune homme, déçu par la réalisation qu'il compare à un mauvais feuilleton policier américain.

    Le film "The prisoner or: how I planned to kill Tony Blair" de Michael Tucker et Petra Epperlein a aussi été présenté dimanche au festival de Toronto.


    Ce documentaire original raconte l'histoire d'un Irakien arrêté, accusé de terrorisme, emprisonné puis relâché par l'armée américaine.

    Lors d'un tournage avec des soldats américains en septembre 2003, Michael Tucker, avait assisté à l'arrestation de Yunis Abbas, un homme affirmant être journaliste et non un terroriste. Près de deux ans plus tard, le cinéaste a retrouvé la trace de Yunis à qui il consacre son film.

    "Tu es un terroriste, tu planifiais de tuer Tony Blair m'a dit un responsable de l'armée au moment de mon arrestation", explique l'ex-détenu, qui affirme avoir été torturé dans une prison américaine en Irak.


    "Après neuf mois en prison, ils m'ont dit: désolé", affirme-t-il.

    Aucun responsable interrogé ne corrobore cette version dans le film, mais un homme affirmant être un soldat américain s'est présenté à Toronto déclarant avoir côtoyé Yunis lorsqu'il occupait le poste de gardien de prison à Bagdad.


    AFP
     

Partager cette page