Caftan 2006, l’événement annuel de la haute couture marocaine

Discussion dans 'Info du bled' créé par Le_Dictateur, 13 Mai 2006.

  1. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    « Femmes du Maroc », promoteur de l’événement Caftan 2006, a encore émerveillé les spectateurs par son défilé annuel, attendu et par les couturières et par les jeunes mariées. D’année en année, la vision du défilé change, devient pertinente, libérale, accentue le traditionnel de la couture et libère le « stylisme ».

    Le show a été imprégné cette année par un professionnalisme que ce soit dans le choix des créateurs et des stylistes, des mannequins, des artisans, de la main-d’½uvre, de la matière d’½uvre, des musiques, de la qualité des tissus, de la chorégraphie.. ...Tout l’ensemble relève d’une recherche professionnelle des grands du métier et d’une organisation du plus haut niveau.

    Le Maroc, dans le domaine de la mode, a franchi un grand pas. Et ce, grâce tout d’abord aux organisateurs, à ses créateurs et créatrices avides de renouveau, d’innovation, capables d’assurer la « traditionnalité » de notre caftan marocain, de préserver notre richesse culturelle tout en le manipulant pour le rendre « transposable » à l’étranger, foyer d’autres civilisations, et ce, en vue d’un brassage culturel assuré. L’Occident nous a certes influencé, depuis des décennies et aujourd’hui, encore plus, via Internet. Mais malgré tout, notre caftan a été préservé, des tendances européennes. Et actuellement, à la dixième édition de cet événement, on remarque que c’est notre caftan qui est en passe d’influencer les grands de la haute couture étrangère. Notre tenue traditionnelle prend le large. On ne devrait plus s’extasier devant les défilés de mode d’outre mer, ce qui est offert chez nous est digne des plus hauts galas. Les créateurs confirmés et les jeunes talents ont permis une mise en valeur de notre caftan et en ont fait sortir des chefs d’½uvre. Ces virtuoses à l’½il artisanal ont donné à la touche marocaine un renouveau sublime.

    Quinze créateurs dont dix couturiers confirmés et cinq jeunes talents ont présenté des modèles exquis à l’image du Maroc nouveau et ouvert. Chacun s’étant inspiré d’un thème. On a assisté à un étalage de couleurs unies ou imprimées, criardes ou douces à la vue. Des tissus en brocart, satin duchesse, taffetas, dentelle de calais..Les tenues étaient amples, pailletées, brodées de fils d’or, serties de pierres précieuses, pour la plus part purement marocaines, parfois dénudées montrant la silhouette de la forme.

    Selon les modèles, les ceintures sont larges ou peu larges , totalement en or ou argentées ou d’un mélange de “màallam” et or au milieu. La couture s’est basée essentiellement sur la « sfifa » ancienne.

    Cette année, le Bzioui, matière héritée de génération en génération a caractérisé les oeuvres du jeune et talentueux Kacem Sahl pour Dar Oum Al Ghaït, le lauréat des jeunes talents cette année. Il a su “marier ce tissu, essentiellement utilisé pour le djellaba homme, avec d’autres matières et diverses couleurs pour en faire un brassage parfait. La présence de Adriana Karembeu, mannequin, présentant les oeuvres des grands de la mode parisienne et de la cosmétique a également bercé l’atmosphère du défilé.

    Ce gala montre que les efforts des tresseurs de fils, des couturières d’antan qui travaillaient à la « bougie » (et la plus part chez eux) par amour pour la broderie, pour le travail manuel ne sont pas perdus. Ils ont eu raison de préserver notre patrimoine et notre richesse culturelle. Ceci nous pousse à avoir un regard bienveillant sur ces artisans délaissés dont certains ont perdu la vue en maniant fils, aiguilles et tissus. Actuellement, ils ont gain de cause.

    Les créateurs confirmés Nabil Dahani, Lahoucine Aït El Mahdi, Zahra Yaagoubi, Simohamed Lakhdar, Zineb Lyoubi Idrissi, Dahab Ben Aboud, Fadilah Berrada, Albert Oiknine, Noureddine Amir ou Ihssan Ghailane devraient être considérés comme les doyens de la haute couture marocaine. Ils ont déjà derrière eux des années de grand succès. Les stylistes jeunes talents Siham El Habti, Reda Boukhlef, Assia Raïss Lazrak, Nadia Lakhdar ou Kacem Sahl ont confirmé, grâce à ce défilé, leur potentiel en stylisme. Tous ces stylistes, qu’ils soient confirmés ou jeunes talents, ont présenté des modèles sublimes lors de ce rendez-vous incontournable de la haute couture marocaine.

    L’étape finale, autrement dit le dernier show, a fait fuser les applaudissements des spectateurs. Sur fond blanc cassé, des tenues de couleurs claires (en tout cas comme elles apparaissent à la télévision), l’ambiance clamait un mariage collectif ou une fête grandiose. Les tissus, les coupes et les coutures à vous couper le souffle, étaient fastidieux. De toute façon, aux portes de l’été, temps des festivités et mariages, les couturières cherchent des modèles plus appropriés, offrant plus d’innovation et de recherche. L’événement Caftan 2006 constitue d’ores et déjà chaque année une véritable opportunité pour les femmes à la “page”, surtout après l’arrivée dans les kiosques du magazine « Femmes du Maroc, où les tenues seront étalées. L’imitation de nos jours est monnaie courante.

    Le défilé Caftan 2006 sert de plus en plus de référence pour les jeunes mariées. Chacune choisit, selon ses goûts, le caftan traditionnel ou européen, modernisé, plus léger pouvant être porté lors de dîners à l’extérieur ou à l’intérieur.

    Outre le côté culturel, Caftan 2006 est l’occasion ou jamais de récolter des fonds pour des causes caritatives. Depuis la première édition du caftan, « Femmes du Maroc » et ses sponsors ½uvrent pour un avenir meilleur de la fille rurale, pour la scolarisation de la petite fille, son émancipation, la création de foyers pour jeunes filles et pour éradiquer l’exploitation des petites filles ainsi que l’emploi de petites bonnes.


    Source - L'OPINION
     
  2. FoX

    FoX حديدان آل نهيان Membre du personnel

    J'aime reçus:
    164
    Points:
    63
    Re : Caftan 2006, l’événement annuel de la haute couture marocaine

     

Partager cette page