CAPITAL INVESTISSEMENT L’ACTIVITÉ SE REPREND

Discussion dans 'Scooooop' créé par Med Omar, 26 Avril 2011.

  1. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    CAPITAL INVESTISSEMENT L’ACTIVITÉ SE REPREND


    • PLUS DE 7,2 MILLIARDS DE DH DE CAPITAUX CUMULÉS
    • FORTE PROGRESSION DES INVESTISSEMENTS DES FONDS ÉTRANGERS

    [​IMG]

    Les montants levés depuis l’origine s’élèvent à 7,29 milliards de DH. Les fonds transrégionaux représentent plus de 3 milliards de dirhams, soit 42% du total

    L’industrie du Capital Investissement reprend du poil de la bête. Les derniers chiffres (ceux de 2010) confirment une tendance haussière au niveau mondial. Après le ralentissement de 2009, les montants levés et les investissements se sont donc inscrits à la hausse. Pleinement tributaire de l’évolution de l’environnement économique national et international, l’activité a vu la part des investisseurs étrangers fortement progresser dans les fonds levés destinés à l’investissement dans les entreprises marocaines. Une part qui, selon l’Association marocaine des investisseurs en capital (Amic), représente actuellement pas moins de 57% des fonds levés. «C’est dire le rôle croissant de cette industrie dans l’accompagnement et le soutien des PME». A fin 2010, le montant cumulé des capitaux levés totalise ainsi à plus de 7,2 milliards de DH dont près de 3 milliards de DH levés par des fonds transrégionaux, soit 42% du total, en particulier ceux à visée Afrique et Maghreb et les sectoriels, principalement dans les secteurs de l’agriculture, l’agroalimentaire, la santé et des NTIC. A noter que la part des organismes de développement internationaux dans les capitaux levés enregistre une amélioration notable sur les 5 dernières années.
    Au niveau de la collecte de fonds des «capital-risqueurs», son montant double en un an passant à 976 millions de DH en 2010, preuve d’une «bonne reprise» de l’activité. Dans ce total, la part des institutions financières, y compris celle des compagnies d’assurances, poursuit sa progression entre 2006 à 2010. Cependant, l’Amic constate une montée en puissance de la participation des organismes de développement (+16 points). Dans ce sillage, le montant des investissements cumulés a atteint 2,6 milliards de DH. Sans parler de la partie des fonds qui doit être gardée disponible pour le suivi des participations (réinvestissements), le différentiel entre les montants levés et investis s’explique par «un décalage approximatif de 5 ans puisque les fonds levés sont investis sur 5 ans». De plus, «une partie importante des montants levés par des fonds transrégionaux ne sont pas exclusivement dédiés au Maroc». Les effets de change doivent également être pris en compte.
    Ainsi, la dynamique d’investissements à fortement repris avec un montant de 665 millions de DH. Et pour cause, ce sont 32 actes d’investissement (19 entreprises nouvellement investies dont 6 co-investies et 7 entreprises réinvesties) qui ont été conclus en 2010. Ces investissements ne se cantonnent plus seulement dans l’axe Casablanca/Rabat. «On assiste à une diversification progressive des secteurs et des régions investis par les fonds», explique-t-on au sein de l’Amic. De manière générale, la durée moyenne d’accompagnement sur 36 entreprises désinvesties est de 4,5 ans, avec un taux de rentabilité interne moyen global de 17% sur l’ensemble des sorties réalisées jusqu’à fin 2010. Pour 2011, l’Amic estime le montant prévisionnel d’investissement à 1,5 milliard de DH pour les fonds toujours en phase d’investissement.

    M. A. B.


    Source : lien
     

Partager cette page