Carburant : nouvelles hausses

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 11 Février 2006.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    Les prix du gasoil 350, de l’essence super et du fuel industriel sont désormais indexés sur les cours internationaux. Effective depuis jeudi 9 février à minuit, elle s’est répercutée sur le prix à la pompe par diverses hausses.

    L’indexation est de retour. Si la décision a été prise il y a quelques mois, le gouvernement l’a rendue effective à partir du jeudi 9 février à minuit. Trois produits sur cinq sont dorénavant indexés sur les prix à l’international : l’essence super (hausse de 16 centimes pour atteindre 10,51 DH le litre), le gasoil 350 (+1,14 DH pour un prix à la pompe de 9,34 DH le litre) et le fuel industriel (hausse de 426 DH pour un prix de 3 307 DH la tonne). Pour le butane, aucun changement n’a été effectué. L'Etat continue toujours de soutenir le prix de ce produit à hauteur de 56 dirhams pour la bonbonne de 12 kg et de 15 dirhams pour la bonbonne de 3 kg sur la base du cours international de 600 dollars la tonne coût et frêt, soit plus de 140 % du prix de vente, alors que le litre de lampant a été augmenté de 50 centimes. Il est désormais vendu à 7,46 DH le litre. Quant au gasoil, l’indexation est partielle. Son prix connaîtra une hausse de 0,50 DH. La hausse devant être appliquée est de 1,19 DH par litre. Le reliquat de 69 centimes est pris en charge par le Budget de l'Etat. Cette hausse des prix des produits pétroliers était attendue depuis plusieurs mois. Mais c’est une réunion de la commission interministérielle présidée par le Premier ministre, mercredi 8 février, qui a entériné la décision. Siègent à cette commission des représentants des ministères de l’Intérieur, des Finances et de la Privatisation, de l’Energie et des Mines, des Affaires générales et économiques en plus des départements des Transports et de l’Equipement et de l’Agriculture. Un communiqué du ministère des Affaires générales et économiques a expliqué ce retour à l’indexation par «les contraintes budgétaires de l'Etat devant la persistance des hausses des cours du pétrole sur le marché international se situant actuellement au niveau de 63-64 dollars le baril et qui se traduit par une augmentation de la charge de subvention des produits pétroliers liquides et du gaz butane pour l'année 2006». Le but est donc d’éviter d’aggraver davantage le déficit de la Caisse de compensation dont le budget pour l’année 2006 avoisine les 12 milliards DH. «Ce budget est consacré à toutes les interventions de la Caisse, c’est à dire les compensations du sucre, de la farine, des graines de tournesol, les provinces du Sud ainsi que les produits pétroliers. La loi de Finances 2006 ne prévoit pas pour cette dernière catégorie un budget supérieur aux arriérés de la Caisse pour l’exercice précédent », explique Rachid Talbi Alami, ministre des Affaires générales et économiques (voir interview ci-contre). A signaler qu’au 31 décembre 2005, les arriérés de la Caisse de compensation accumulés envers les pétroliers étaient de l’ordre de 4,7 milliards DH. Le gouvernement s’est engagé de les épurer de manière progressive, à raison d’un milliard DH par mois. La variation des prix s’effectuera également à la hausse comme à la baisse, en fonction des cours de pétrole et de gaz sur les marchés internationaux. Hausse symbolique pour les produits pétroliers de grande consommation et hausse substantielle pour les produits dits de «luxe». «La commission a pris tout son temps pour mettre au point un système qui ne mettrait pas en cause les équilibres de plusieurs secteurs concernés », souligne un responsable du ministère de l’Energie et des Mines, membre de la commission. Et d’ajouter que c’est pour cette raison que les produits qui ont été indexés ne concernent pas la grande consommation. Le super et le gasoil 350 ne sont par exemple utilisés que pour les voitures neuves dont les propriétaires sont censés disposer d’un revenu leur permettant de supporter cette hausse des prix. C’est également pour la même raison que le gasoil, produit pétrolier utilisé par 47 % des véhicules au Maroc, a été épargné. Et pour aider les secteurs qui sont le plus touchés par cette hausse, des mesures d’accompagnement sont à l’étude. Différents départements ministériels y travaillent, notamment les transports, l’agriculture et l’industrie.


    Produits pétroliers : les nouveaux prix


    - Essence Super : 10,51 dirhams le litre (Hausse de 16 centimes).

    - Lampant : 7,46 dirhams le litre (Hausse de 50 centimes).

    - Gasoil : 7,46 dirhams le litre (Hausse de 50 centimes).

    - Gasoil 350 : 9,34 dirhams le litre (Hausse de 1, 14 dirham).
    - Fuel industriel : 3 307,00 dirhams par tonne (Hausse de 426 dirhams/T)

    - Butane (bonbonne de 12 kg) 40 dirhams la bonbonne (Pas d'augmentation).

    - Butane (bonbonne de 3 kg ) 10 dirhams la bonbonne (Pas d'augmentation).


    AUJOURDHUI
     
  2. ZIKAS

    ZIKAS Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    117
    Points:
    63
    Re : Carburant : nouvelles hausses

    wa333333 wach hadou ma 3andhom ma ydar ghir zyada

    wach ma 3arfinch ziyada man rass la7ma9
     
  3. memo_575

    memo_575 Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : Carburant : nouvelles hausses

    لا أستطيع أن أفهم لماذا جميع دول العالم ترفع ثمن البترول ثم تخفضه إذا انخفض سعرة في السوق العالمية و المغري لا
    نحن في خط تصاعدي لا في التقدم بل في الأسعار
     
  4. zugui

    zugui Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : Carburant : nouvelles hausses

    l'avenir ns en diras plus ...
     
  5. linvite

    linvite L'âme de samurai!!

    J'aime reçus:
    135
    Points:
    63
    Re : Carburant : nouvelles hausses

    fdi7a hadi,

    ma3emmer ttaman dial lpetrole f lamghreb makayehbe6.
     

Partager cette page