Carburants: Encore une hausse?

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 19 Juillet 2006.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0


    · Black-out du gouvernement

    · Hausse des prix inévitable

    · Arriérés compensation: 8 à 11 milliards d’ici fin 2006



    [​IMG]

    Le prix de l’or noir s’embrase. Ce qui n’est pas pour arranger les comptes extérieurs ni ceux de la caisse de compensation. Le scénario de l’année dernière va-t-il se renouveler? Pour rappel, la deuxième hausse des prix à la pompe avait eu lieu en août 2005. Dans tous les cas, les tensions actuelles doivent donner des sueurs froides au gouvernement.

    Le baril de pétrole Brent caracolait lundi au niveau historique jamais atteint de 78 dollars. Depuis le week-end dernier, tous les yeux sont rivés sur le Proche-Orient où la tension est à son sommet après l’attaque militaire du Liban par Israël et le durcissement du bras de fer entre Téhéran et les grandes puissances à propos du programme nucléaire iranien.

    Pris en tenaille entre la dégradation de ses comptes extérieurs et le report constant de l’indexation des prix des hydrocarbures, le Maroc doit se préparer à vivre des semaines pénibles.

    La fronde des distributeurs monte. Hormis des promesses, la rencontre avec le ministre de l’Energie et des Mines la semaine dernière n’a pas donné lieu à des mesures concrètes... hormis le règlement des arriérés au titre de l’exercice 2005, soit 700 millions de DH environ. Entre-temps, le compteur continue de tourner. A fin juin, il marque 4 milliards de DH et à fin juillet, il est estimé à 4,2 milliards de DH. Quant à l’actuelle flambée des cours mondiaux, elle sera ressentie à partir du mois d’août.

    Face aux tensions internationales, le statu quo actuel paraît plus que jamais insoutenable tant pour les caisses de l’Etat que pour la trésorerie des entreprises.

    Pour trouver une solution définitive, les représentants du groupement des pétroliers du Maroc (GPM) ont demandé à rencontrer le Premier ministre. Pour l’instant, c’est le silence radio...

    Avant même l’escalade de la crise au Proche-Orient, le commerce extérieur affichait une dégradation du solde de la balance commerciale, due en grande partie à l’envolée des produits énergétiques. Ainsi, à fin mai, les achats de pétrole brut enregistrent une hausse de 20% à 9,5 milliards de DH, contribuant ainsi pour 20,5% au renchérissement des importations globales. D’ailleurs, la part des produits énergétiques ne cesse d’augmenter dans les dépenses globales. Ils constituent ainsi le troisième groupe à l’importation, derrière les demi-produits et les biens d’équipement. Une chose est sûre à présent: le déficit de la balance commerciale devrait davantage se creuser dans les prochains mois, notamment à partir d’août, date de la tombée des contrats.

    A noter que le contrat août sur le Brent de la mer du Nord a gagné 0,71% à 77,58 dollars, lundi 17 juillet. Ce contrat n’avait jamais encore franchi la barre des 78 dollars le baril.

    Entre-temps, les arriérés de la compensation s’accumulent. D’ici la fin de l’année, le déficit global de la Caisse de compensation devrait se situer entre 8 milliards de DH (pour un prix du baril de 65 dollars et 500 dollars la tonne de gaz butane) et 11 milliards de DH (pour un prix de 75 dollars le baril et 600 dollars la tonne de gaz butane).

    Il est clair, le gouvernement n’aura pas les moyens de jouer au pompier sur une durée indéterminée. A en croire des opérateurs, la dotation budgétaire au titre de la loi de Finances 2006 et calculée sur la base d’un baril à 60 dollars, serait déjà épuisée. Or, certaines sociétés de distribution sont au bord de l’asphyxie financière.

    Comment sortir de l’impasse? En mettant fin à la politique de l’autruche.

    La réforme de la politique des prix qui a fait couler beaucoup d’encre ces derniers mois, doit être appliquée. Les arrêtés fixant l’indexation du prix des essences, du gazole 350 et fuel, sont prêts et n’attendent plus que le feu vert du Premier ministre.

    Certes, ces produits concernent une frange limitée des consommateurs puisque 80% des volumes écoulés concernent le gazole. Pour autant, le gouvernement peut-il se permettre de répercuter l’intégralité de la hausse des prix mondiaux, au risque de provoquer l’effet boule de neige et d’emballer la machine inflationniste. La compétitivité de l’économie, déjà mise à mal, est directement menacée.
    Or, le Maroc a un véritable challenge à relever dans les années qui viennent. D’une part, il doit rattraper son retard de consommation des produits pétroliers pour s’aligner sur les standards internationaux. Pour rappel, le taux de consommation de ces produits figure parmi les indicateurs de développement les plus suivis par les experts internationaux. Ce taux est de 0,4 TEP (tonne équivalent pétrole) par habitant et par an contre 1 TEP au moins pour les autres pays en développement.

    D’autre part, le Maroc est tenu d’optimiser sa facture puisqu’il est importateur de la quasi-totalité de ses besoins.

    Réussira-t-il à améliorer sa consommation énergétique sans alourdir la facture?

    Le ministre de l’Energie et des mines, Mohammed Boutaleb, en est persuadé (cf. www.leconomiste .com). Il faudra réduire progressivement le poids des produits pétroliers au profit d’autres sources énergétiques, comme le gaz naturel, le solaire et l’éolien ou encore les schistes bitumineux.
    Certes, des projets sont déjà engagés sur chacune de ces sources. D’ailleurs, la Banque mondiale apporte son soutien pour mettre en place avant la fin de l’année un cadre réglementaire incitatif pour promouvoir l’investissement dans les énergies renouvelables. Mais en attendant, les décideurs politiques doivent se rendre à l’évidence. A court terme, le poids des produits pétroliers dans le bilan énergétique du pays n’est pas près de baisser.


    Source

    _________________________________________________

    propose par Kochlock
     
  2. RedEye

    RedEye - أبو عبدالرحمن - Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4153
    Points:
    113
    Re : Carburants: Encore une hausse?

    9imrouna, ash had lekhabr jayba salama
    aww ta had zyadate makayssaliwsh wel kholssa ghada w katen9ass [21h]
     
  3. raid785

    raid785 raid785

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : Carburants: Encore une hausse?

    Ana ban liya nraj3ou l 3asr l 7mar 7san lina ga3 w nhaniw l wa9t.
     
  4. nournat

    nournat Wld l3iyachiya

    J'aime reçus:
    344
    Points:
    83
    Re : Carburants: Encore une hausse?

    wakha trja3 l3assr l7mir ma ghathnach lwa9t , la79ach 7atta ch3ir ghadi w kayghla [17h]
     
  5. raid785

    raid785 raid785

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : Carburants: Encore une hausse?

    [24h] wayli?!! wach l ma3moul?
     
  6. smaq5

    smaq5 Touriste

    J'aime reçus:
    2
    Points:
    18
    Re : Carburants: Encore une hausse?

    ndrbouha k3baaa
     

Partager cette page