Casablanca: Des bébés victimes d'une grave infection suite à leur vaccination

Discussion dans 'Info du bled' créé par @@@, 18 Décembre 2008.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    [​IMG]

    Yasmina Baddou diligente une enquête sur l'affaire des bébés victimes d'une grave infection suite à leur vaccination

    Plusieurs bébés qui ont été vaccinés du DTC HIB au dispensaire «Derb Linglise» (la rue des Anglais) à Casablanca, ont subi de graves infections. Une enquête a été ouverte par le ministère de la santé pour déterminer les causes.

    Six bébés ont été victimes d’infections graves suite à un vaccin à Casablanca. Selon les parents des enfants, il y aurait au total une vingtaine de cas. Ces bébés âgés actuellement de 9 mois ont été vaccinés au 4 ème mois du DTC (diphtérie-tétanos-coqueluche) HIB au dispensaire «Derb Linglise» (la rue des Anglais) dans l’ancienne médina. Quelques jours après le vaccin, leurs jambes ont commencé à s’enfler et ont développé par la suite des abcès. «Quinze jours après la vaccination, la jambe gauche de ma fille Aya a commencé à rougir et à s’enfler. Par la suite, sa jambe s’est infectée et dégageait du pus. On nous a recommandé de lui donner des antibiotiques et de soigner l’abcès avec de l’alcool alors que l’état de santé de ma fille s’aggravait de jour en jour. Le 12 novembre, mon enfant a subi une opération.
    Sans cette intervention chirurgicale, Aya risquait d’être amputée de la jambe», affirme Abdelaziz, le père de Aya. Un autre cas, celui de Ilias. «Mon fils n’arrive plus à s’appuyer sur sa jambe gauche. Il ne dort plus à cause de la douleur. Il a été opéré à deux reprises dans une clinique privée à la rue Socrate. J’ai déboursé 6000 DH sans compter les frais des médicaments. On a eu du mal à rassembler cette somme d’argent mais ce qui compte avant tout c’est la santé de mon enfant», affirme la mère du petit garçon.
    Le vaccin serait-il responsable de ces infections ? Selon les parents, il n’y a aucun doute à ce sujet. D’après ces derniers, les infections ne sont pas dus à des effets secondaires mais parceque les vaccins étaient périmés. Une thèse que rejette Dr Omar El Menzhi, directeur régional du ministère de la Santé à Casablanca. «Les vaccins en question n’étaient pas périmés, la date de péremption était toujours valable. Pour chaque vaccin, est inscrit sur un registre le numéro de lot et la date de péremption. D’autant plus que ce sont des vaccins qui sont importés de l’étranger et achetés par des organismes internationaux dont l’OMS et l’UNICEF». Selon M. El Menzhi, il s’agirait d’un problème d’asepsie (ensemble des mesures visant à empêcher tout apport exogène de micro-organismes). «Le manque d’asepsie peut causer des infections graves. Cela peut provenir d’un défaut de lavage des mains», souligne la même source avant d’ajouter que : «une enquête va être ouverte pour déterminer les causes de ces infections». La ministre de la Santé, Yasmina Baddou, s’est engagée à prendre en charge sur le plan médical les enfants malades.
    «Ils seront examinés par des spécialistes et recevront tous les soins et les médicaments nécessaires», a indiqué M. El Menzhi. Alors au moment où nous mettions sous presse, le père de l’un des enfants nous a révélé qu’ils ont été conduits dans la matinée du mardi 16 décembre à l’hôpital d’enfants au CHU Ibn Roch. «Deux enfants seront à nouveau opérés. L’un pour la troisième fois consécutive et l’autre pour la deuxième fois. Quant aux autres enfants, ils ne seront examinés que dans un mois», déclare ce père. Les parents ne comptent pas s’arrêter là. Ils envisagent de déposer, avec le soutien de l’association «Touche pas à mes enfants» (Matkich Wladi) une plainte collective devant la justice.



    http://www.aujourdhui.ma/couverture-details65771.html
     
  2. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    les conditions de stockage ont été respectées


    Les premiers éléments de l'enquête ouverte par le ministère de la Santé suite à l'information relayée par les médias concernant 4 nourrissons ayant reçu leurs doses du vaccin DTC-Hib au niveau d'un centre de santé à Casablanca, ont révélé un respect strict des conditions de stockage et d'administration des vaccins. Les 4 nourrissons sont actuellement pris en charge par les services du ministère de la Santé, indique un communiqué du ministère de la Santé parvenu à la MAP.
    Tous les cas rapportés au niveau du centre de santé semblent survenir après la 3ème dose du vaccin. Aussi, durant le 1er septembre 2008, 177 enfants ont été vaccinés dans les mêmes circonstances sans incidents semblables au niveau de ce même centre.
    Le ministère de la Santé veille au contrôle systématique et régulier des délais de péremption, au respect des conditions d'acquisition, de stockage (chaîne de froid) et d'administration des vaccins.
    La totalité des vaccins utilisés dans les services de santé sont acquis par le ministère à travers une agence des Nation Unies (UNICEF) sur le budget de l'Etat depuis 1992. Les vaccins acquis sont certifiés par l'Organisation mondiale de la santé (qualification de l'OMS).
    Le calendrier vaccinal en vigueur dans les établissements de santé publique prévoit la vaccination de tous les nouveau-nés et les enfants jusqu'à l'âge de six ans contre les neuf maladies les plus redoutables pour les nourrissons et les enfants, à savoir le tuberculose, la diphtérie, la coqueluche, le tétanos, la poliomyélite, l'hépatite B, les infections respiratoires graves causées par l'Haemophilus influenza, la rougeole et la rubéole.
    Administré aux nourrissons en 3 reprises, à 6 semaines, 10 semaines et 14 semaines, le vaccin DTC-Hib est reconnu internationalement et introduit au Maroc depuis janvier 2007. Aucun événement majeur semblable à celui décrit chez les nourrissons à Casablanca n'a été notifié par les services de santé depuis son introduction.
    Cependant, ce vaccin peut provoquer naturellement des évènements indésirables mineurs chez 30 à 50 pc des enfants, apparaissant dans les 48 h suivant son administration et disparaissant après 4 jours.
    Au niveau national, chaque année, environ 600.000 enfants reçoivent ce vaccin à raison de 3 injections par enfant pendant la première année de vie, soit un total de 1.800.000 injections par an.
    Dès leur réception, les vaccins sont stockés au niveau de 4 grandes chambres froides nationales après leur arrivée à l'Aéroport Mohamed V à Casablanca et acheminés dans des camions frigorifiques à toutes les provinces et préfectures du Royaume.
    Au niveau de chaque centre de santé, les vaccins sont conservés dans des réfrigérateurs avec un contrôle de la température effectué 2 fois par jour. En plus du contrôle de la température, chaque flacon de vaccin est muni d'une pastille de contrôle du vaccin qui permet d'enregistrer toute variation de la température.
    C'est grâce à la qualité des vaccins acquis au niveau national que la situation épidémiologique nationale des maladies cibles (poliomyélite, tétanos, diphtérie, coqueluche, rougeole, rubéole, hépatite virale type b, Haemophilus influenza type b, tuberculose) a totalement changé. Ainsi, aucun cas de poliomyélite n'a été enregistré au Maroc depuis 1987 et aucun cas de diphtérie depuis 1991, note le communiqué.

    http://www.tangermagazine.com/__n48..._stockage_des_vaccins_ont_ete_respectees.html
     
  3. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    le ministère soupçonne une négligence au moment de la vaccination

    La commission d’enquête, constituée par le ministère de la Santé, est formelle sur la qualité des vaccins. Plusieurs hypothèses sont avancées concernant les causes des infections des nourrissons.


    L’enquête concernant le vaccin DTC-HIB se poursuit. La commission composée d’experts de l’OMS, de techniciens et de médecins spécialisés dans le programme de vaccination du ministère de la Santé a révélé un respect strict des conditions de stockage et d’administration des vaccins. «Nous sommes formels sur la qualité des vaccins qui ont été administrés aux nourrissons. Les enquêteurs ont analysé les flacons ainsi que la livraison et les bons d’administration. Ils ont pu conclure que tous les vaccins en question étaient valides», déclare une source au ministère de la Santé. Mais quelle est l’origine des infections des nourrissons ? «Ces infections peuvent être engendrées dans deux cas précis: le lieu de l’injection a été surinfecté ou les soins post-vaccinaux ont été mal faits c’est-à-dire qu’ils n’ont pas été réalisés dans les règles de l’asepsie», explique la même source.
    Ainsi, le non-respect des précautions d’asepsie que doit prendre l’infirmier pourraient provoquer des infections de ce genre. Selon le rapport de vaccination, les quatre nourrissons ont été vaccinés à des dates différentes. Les deux garçons, Ilias et Rayan, ont été vaccinés respectivement le 25 mai et le 19 juin 2008. Quant aux deux petites filles, qui portent toutes les deux le prénom de Aya, l’une a été vaccinée le 8 juillet et l’autre le 22 octobre. Les numéros et les lots de vaccin étaient différents. Le seul point commun entre les nourrissons est le lieu de vaccination, assure- t-on au département de Yasmina Baddou. Les infections chez ces bébés sont survenues au bout de la troisième dose de vaccin sachant que le DTC-HIB est administré aux nourrissons en trois reprises (6,10 et 14 semaines) pour les prémunir contre la diphtérie, la tuberculose, la coqueluche, le tétanos et autres maladies. Selon le ministère de la Santé, ce vaccin peut provoquer naturellement des effets indésirables mineurs chez 30 à 50% des enfants. «Ces effets qui apparaissant dans les 48 heures suivant son administration disparaissent au bout de 4 jours. Ce qui est étrange c’est que les effets indésirables ont perduré et ont entraîné de graves complications», indique la même source.
    A l’heure où nous mettions sous presse, le ministère de la Santé ignore toujours les causes exactes de ces infections. Il faudra attendre les derniers éléments de la commission d’enquête pour savoir ce qui s’est réellement passé. Il y a encore deux semaines, plusieurs bébés ont été victimes d’infections graves suite à un vaccin dans un dispensaire à Casablanca. Quelques jours après le vaccin, leurs jambes ont commencé à s’enfler et ont développé par la suite des abcès. Selon les parents, les infections avaient été causées par les vaccins qui étaient périmés. Une affirmation aussitôt rejeté par le ministère de la Santé qui avait indiqué dans un communiqué que le contrôle de la validité des vaccins au Maroc est assuré par des organismes mondiaux dont l’OMS et l’UNICEF. Durant le 1er semestre 2008, 177 enfants ont été vaccinés dans les mêmes circonstances sans incidents notables notifiés au niveau du même centre. Les quatre nourrissons sont pris en charge par le ministère de la Santé.

    http://www.aujourdhui.ma/couverture-details66062.html
     
  4. zmor20

    zmor20 Le Fou

    J'aime reçus:
    4963
    Points:
    113
    المطالبة بفتح تحقيق مستقل في ملف اللقاحات الفاسدة

    طالبت الجمعية المغربية لحقوق الإنسان بفتح تحقيق نزيه ومستقل في ملف اللقاحات الفاسدة المخصصة للأطفال، والتي أدت إلى إصابة عدد من الرضع بمضاعفات صحية خطيرة.
    وشددت الجمعية، في بيان صادر عن اللجنة الإدارية توصلت «المساء» بنسخة منه، على ضرورة «تحديد المسؤوليات» في هذا الملف وجبر الضرر، بعد أن أصيب عدد من الرضع بانتفاخ وتقيحات في الأرجل، مع احتمال إصابتهم بالشلل نتيجة حقنهم بلقاحات فاسدة.
    من جهة أخرى، طالبت الجمعية بتوفير الشروط الدنيا للحياة في المدن الجبلية التي شهدت حالات وفاة وسط المواطنين بسبب موجة البرد، في ظل غلاء وسائل التدفئة، وهو الأمر الذي قاد إلى تنظيم سلسلة من الاحتجاجات للمطالبة بفك العزلة عن هذه المناطق.
    وعلى علاقة بالزيادات الأخيرة في الأسعار التي عرفتها بعض المواد والخدمات، خاصة الحليب والنقل والخضر، دعت الجمعية إلى التراجع عن هذه الزيادات التي تعد ضربا للقدرة الشرائية للمواطن، كما دعت إلى تجديد النضال في إطار تنسيقيات مناهضة الغلاء.
    كما انتقد البيان أداء المجلس الاستشاري، وأكد أن المجلس «فشل» في إعمال توصيات هيئة الإنصاف والمصالحة، وطالبت الجمعية المغربية لحقوق الإنسان بوضع مهمة تنفيذ هذه التوصيات على مسؤولية الأجهزة التنفيذية نظرا إلى الطبيعة الاستشارية للمجلس، و«لضعف أدائه في هذا المجال»، وهو الأمر الذي نتج عنه، حسب البيان، «التملص» من هذه المهمة والإعلان عن انتهائها، في الوقت الذي مازالت فيه أهم وأغلب التوصيات «حبرا على ورق» . ​




    source:

    http://74.53.192.83/?artid=18143
     

Partager cette page