Casablanca menacée d'asphyxie par une grève des transports

Discussion dans 'Info du bled' créé par Info du bled, 11 Avril 2009.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Casablanca, est menacée de paralysie par la grève des chauffeurs de taxis et des transporteurs qui protestent contre le projet de réforme du code de la route.
    La capitale économique du royaume, Casablanca, est menacée de paralysie par une grève des chauffeurs de taxis et des transporteurs routiers entamée il y a près d'une semaine contre un vaste projet de réforme du code de la route.
    L'épreuve de force est engagée entre le ministre des Transports Karim Ghellab et les grévistes, hostiles à la mise en place d'un permis à points et à des peines de prison en cas d'infractions graves.
    Depuis le 6 avril, la majorité des petits taxis rouges (trajets interurbains) et des grands taxis blancs (trajets extra-muros) ont arrêté de travailler. Mercredi dernier, selon le quotidien L'Economiste, seuls 44 taxis ont roulé sur les 6.640 en circulation.
    Les grévistes réclament le retrait pur et simple de la réforme.
    La tension monte entre grévistes et non-grévistes, et les rares taxis qui travaillent masquent leurs plaques d'immatriculation pour éviter des représailles.
    Avec la grève, la ville et ses faubourgs sont tout simplement menacés d'asphyxie.
    Faute de taxis, les sont pris d'assaut par des usagers excédés.
    Les syndicats du secteur des transports semblent divisés mais l'impact sur l'économie commence à se faire sentir.
    Le port de Casablanca tourne au ralenti et le marché de gros, qui reçoit habituellement un millier de camions par jour, n'en "traite" plus aujourd'hui que la moitié.
    Selon L'Economiste, plusieurs usines de la région sont arrêtées et 20.000 salariés sont au chômage technique.
    "Nous ne comptons pas nous arrêter en si bon chemin", affirme le secrétaire général du syndicat des chauffeurs de taxis, Mohammed El Harrak, cité par le quotidien Al Bayane.
    Karim Ghellab ne voit aucune justification à cette grève et rappelle que le projet de nouveau code de la route a déjà fait l'objet de 275 amendements lors de son passage devant la Chambre des représentants.
    Il souligne que le texte est maintenant examiné par la Chambre des conseillers, où siègent des représentants du patronat et des syndicats. Le dialogue continue donc et, dit-il, "personne - ni la rue, ni le gouvernement - ne peut imposer son opinion à l'institution législative".
    Le ministre ajoute qu'il "respecte le droit de grève mais déplore les agissements des grévistes qui s'attaquent aux biens et à l'intégrité physique des non-grévistes".



    Source : medi1sat.com
     

Partager cette page