Casablanca rénove ses théâtres

Discussion dans 'Info du bled' créé par @@@, 15 Février 2010.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    [​IMG]

    · Cinq complexes culturels au programme


    · Coût du projet: 50 millions de DH



    C’est un ambitieux programme que vient de lancer le Conseil de la ville de Casablanca pour rénover ses complexes culturels. Quelque 50 millions de DH ont été alloués par le Fonds d’Equipement Communal pour l’aménagement, la rénovation et l’équipement de cinq théâtres de la métropole.

    Les premiers travaux, dont le coût s’élève à plus de 13,6 millions de DH, ont concerné le complexe culturel de Moulay Rachid et ont duré plus d’un an. Le théâtre en question a été réouvert il y a juste une semaine.

    C’est une métamorphose radicale qu’a subie ce complexe situé en plein quartier Moulay Rachid. Aujourd’hui, il est plus confortable sur le plan acoustique, plus pratique sur le plan scénique et considérablement embelli.
    Presque toutes les installations de ce théâtre ont été renouvelées.

    Les travaux de rénovation ont concerné l’éclairage scénique, la sonorisation, la machinerie, la peinture... Le parquet de la scène a été renforcé et 750 sièges de couleur rouge ont été installés.

    Ce sont les mêmes travaux qui ont été réservés au théâtre de Sidi Belyout dont le coût d’investissement est évalué à 7 millions de DH. Ce complexe culturel sera fermé pour cause de travaux pendant six mois. Le temps de le mettre, lui aussi, aux normes.

    Les travaux de rénovation de cet édifice ont débuté en septembre 2009 et devraient se prolonger jusqu’à mi-mars 2010. L’objectif du chantier est de mettre aux normes les différentes installations, notamment électriques et scéniques. Aussi, la régie sera réaménagée et 280 sièges de couleur bleue seront installés.

    S’agissant des trois autres théâtres, à savoir celui du Maârif, de Aïn Sebaâ et d’Anfa, leurs études sont achevées et les appels d’offres lancés. L’ensemble des travaux devrait être achevé d’ici fin 2010.



    http://www.leconomiste.com/
     

Partager cette page