Casablanca: Un nouveau souffle pour l’ancienne médina?

Discussion dans 'Info du bled' créé par @@@, 13 Octobre 2009.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    [​IMG]


    · Elaboration d’un plan stratégique pour sa réhabilitation

    · 56 habitations menacent ruine


    Réhabiliter le cœur historique de Casablanca. «C’est l’objectif que se donne la préfecture des arrondissements de Casa-Anfa», a notifié son gouverneur, Khalid Safir.
    Ce dernier a annoncé, hier, le lancement de groupes de réflexion qui permettront d’élaborer un plan stratégique pour la réhabilitation de l’ancienne médina (encore un).

    Le travail de ces groupes, s’articulera autour de quatre axes principaux: la réhabilitation urbanistique et architecturale, la mise à niveau touristique et culturelle, la requalification du commerce et des services, et enfin le développement social de proximité. Ces groupes, formés d’élus locaux et de représentants de la société civile, devront étudier les actions entreprises précédemment, proposer des axes stratégiques d’intervention et définir les actions prioritaires à mettre en œuvre. Des réunions sont prévues une fois toutes les deux semaines, sur une période de trois mois, au bout de laquelle un plan stratégique doit être livré.

    La médina connaît une importante dégradation et semble être livrée à l’abandon, alors que la densité de la population qui y vit est importante.
    Selon les derniers chiffres du recensement général de la population et de l’habitat (RGPH, 2004), la médina compte une population de 55.852 habitants, dont 13.066 ménages sur un espace de 45 hectares. Ce qui lui confère une densité moyenne oscillant entre 1.000 et 3.000 habitants/hectare selon les zones.


    Quant aux entreprises établies dans la médina, elles sont au nombre de 7.076, essentiellement des petites unités artisanales. Les associations civiles, avec en tête l’association Al Irfane, souhaitent, elles, parler d’une superficie de 160 hectares regroupant une population de 108.934 habitants.
    Les associations voudraient que soient intégrés au noyau historique de la médina tous les quartiers intra-muros de cette dernière qui souffrent tous des mêmes maux: habitat insalubre, chômage, pauvreté, absences d’infrastructures de base, voiries étroites et en mauvais état, équipement socioculturel quasi inexistant, etc.
    La médina, qui abrite mausolées, églises et synagogues, compte aujourd’hui une population dont 20% des ménages n’ont pas accès à l’eau potable, 6% ne disposent pas d’électricité et 6,6% ne sont pas raccordés au réseau d’assainissement. Plus grave encore, 56 habitations menacent ruine.


    http://www.leconomiste.com/
     

Partager cette page