Casanegra crève l’écran

Discussion dans 'Art' créé par Info du bled, 1 Janvier 2010.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    [​IMG]
    C’est une année faste pour Nour Eddine Lakhmari et son film Casanegra : c’est d’abord l’un des plus grands succès du box office marocain. Le film a réalisé dès les premières semaines de son exploitation près de 250.000 entrées. Un chiffre qui aurait pu être multiplié par 10 dans un contexte où il y a suffisamment de salles de cinéma. Mais le film, c’est plus que des statistiques, c’est un phénomène de société : non seulement il a drainé les foules dans les salles mais il a suscité débat et polémique. C’est le film qui partage. Un succès et un intérêt qui s’expliquent par la dimension esthétique du film et par des enjeux symboliques qu’il véhicule. C’est essentiellement un film ancré dans un langage cinématographique moderne et mobilisant des éléments qui interpellent le public au niveau de la mise en scène ; un détail entre mille : les costumes et les accessoires qui traditionnellement sont négligés dans la production courante jouent ici une fonction d’identification importante, peut-être aussi importante que le langage qui a focalisé l’attention des spectateurs qui abordent le film au premier degré.
    C’est en outre un film de son temps du point de vue culturel et symbolique ; le film de la mal vie et du désir refoulé ou reporté débouchant sur la violence sous toutes ses formes. Le public international ne l’a pas raté : il a déjà été distribué en Europe, et bientôt en Tunisie.









    Source : libe.ma
     

Partager cette page