Ce week-end, le Conseil national de l’USFP en conclave à Bouznika : Echanges fertiles

Discussion dans 'Info du bled' créé par Info du bled, 5 Décembre 2009.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    [​IMG]
    La deuxième cession du Conseil national de l’USFP est attendue pour ce week-end, à partir de 15h00 à Bouznika. Moins de quatre cents Ittihadis en conclave, et c’est tout un pays qui est à l’écoute.
    C’est là le sort auquel ne peuvent échapper les grands partis, à la légitimité confirmée et à l’histoire dûment chargée.
    Les échanges seront, sans doute aucun, empreints de cette richesse et de cette sincérité qui ont toujours caractérisé les militants de l’USFP. L’attente est d’autant plus importante que c’est toute l’opinion publique nationale et non seulement les militants usfpéistes qui se trouvent interpellés.
    Il va sans dire que les réformes politiques et constitutionnelles voulues par l’USFP et spécifiées notamment lors du VIIIème Congrès, ainsi que des conditions à même d’aider à leur concrétisation, ainsi que le volet organisationnel et les outils qui vont avec devront constituer l’essentiel des débats. Nombreux sont les analystes réels ou supposés qui y sont allés de leurs plus beaux commentaires, suppositions ou supputations, impatients qu’ils étaient de la tenue de cette deuxième session. Le moment attendu est donc là pour prouver, à n’en pas douter, ce sens de responsabilité qui a toujours été le point fort de l’Ittihad et des Ittihadis. Il est normal qu’arguments et contre-arguments s’affrontent puisqu’il est tout aussi normal que les approches diffèrent. Mais c’est là un atout de plus que devrait envier plus d’une formation à l’USFP, sachant que le souci majeur, l’objectif final et unique restent non seulement l’intérêt du seul parti, mais celui de tout un pays.
    Devrait-on rappeler que l’USFP n’a jamais manqué à ses responsabilités ni à ses engagements?
    Derrière son positionnement actuel dans la participation à la gestion de la chose publique, il s’est représenté et se représente toujours, un projet de réforme visant en premier, à la moralisation de la vie publique en s’opposant à tous les écarts et les dépravations qui ne cessent de miner celle-ci, de même qu’à la mise en œuvre d’une politique sociale à même de rompre avec cette indigence frappant les couches démunies…
    La lutte donc continue. Elle doit se poursuivre avec la même détermination que par le passé. Les réformes doivent se poursuivre pour prendre forme. La lutte, pour sa part, peut changer de forme, mais l’objectif reste le même. Toujours, aussi noble. Il fut un temps où le simple fait de se ranger du côté des aspirations populaires s’avérait être un exercice à haut risque. Les Ittihadis n’en avaient cure. Ils en ont payé, de leur corps et de leurs biens, le lourd tribut. Vaillamment. Avec cette bravoure et cette abnégation qui ont toujours été les leurs.








    Source : libe.ma
     

Partager cette page