Centrales syndicales/gouvernement :

Discussion dans 'Info du bled' créé par titegazelle, 27 Janvier 2014.

  1. titegazelle

    titegazelle سُبحَانَ اللّهِ وَ بِحَمْدِهِ Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4181
    Points:
    113
    ... le torchon brûle

    [​IMG]

    La FDT, l’UMT et l’UGTM affutent leurs arguments et leurs armes en signent de protestation contre le gouvernement, en cause les dernières mesures de décompensation et le gel du dialogue social.

    Rien ne va plus entre le gouvernement et les centrales syndicales. Les dernières décisions concernant notamment le régime de la retraite et la non reconduction des rounds du dialogue social et la décompensation des produits pétroliers ont fait que le torchon brule entre les deux parties et poussé les syndicats à hausser le ton.

    L’UGTM (union générale des travailleurs du Maroc), dont le véritable patron est le secrétaire général du Parti de l’Istiqlal, Hamid Chabat, a annoncé sa décision à appeler à une grève générale au courant du mois de février 2014 : «à l’UGTM, nous avons toujours privilégié le dialogue et la grève vient en dernier recours comme ultime moyen entre nos mains pour défendre les intérêts des travailleurs. Malheureusement, avec le gouvernement Benkirane, le dialogue est absent et aucune décision n’a été prise qui soit de nature à apaiser les tensions. Au contraire…», déclare M. Alaoui proche de Chabat.

    Et d’expliciter que «la suppression de la subvention des hydrocarbures est une décision grave qui aura des conséquences néfastes non seulement sur les classes modestes, mais sur la paix sociale dans sa globalité. Ce n’est pas pour rien que les gouvernements précédents avaient toujours trouvé d’autres solutions sans jamais toucher à la caisse de compensation…»

    Le même jour de l’annonce de la décision de l’UGTM, une réunion a eu lieu dans l’après-midi à Casablanca. Y étaient présents les dirigeants de l’UGTM, de l’UMT et de la FDT. Autant dire les trois centrales syndicales les plus importantes. Les syndicalistes présents ont insisté sur la nécessité de consolider la coopération et la coordination « pour faire face aux atteintes des droits des travailleurs sous le gouvernement actuel. »

    Quant aux démarches à prendre, ils ont décidé de prendre toute initiative commune pour ramener à la table des négociations les responsables gouvernementaux. Farouk Chahir, de la direction de l’UMT relève que «l’Union marocaine du travail a toujours opté en premier lieu pour le dialogue et a toujours proposé des solutions négociées aux problèmes posés. Encore faut-il avoir un interlocuteur prêt au dialogue… Cette réunion de coordination nous permet de voir plus clair et d’élaborer des stratégies de lutte conséquentes. »

    Quant au dossier brûlant de la retraite, les trois centrales considèrent que le projet de réforme discuté au sein du gouvernement ne peut pas passer. « Ce projet est basé sur plus de cotisation des travailleurs, avec une durée de travail encore plus allongée, pour finalement avoir une pension de retraite revue à la baisse… », résume un dirigeant de la FDT.

    Y a-t-il des grèves communes en perspective ? « Tout est possible », nous répond de manière laconique Miloudi Moukharik, patron de l’UMT. En Tous les cas tous les ingrédients d’une surchauffe sociale sont réunis. Reste à savoir si Benkirane continuera à privilégier la méthode du « passer en force » ou la voie salutaire du dialogue et de la concertation. Les semaines à venir nous le dira.

    Crédit image : Archives

    Menara.ma / S.Bensalah / 27.01.2014 : 10h35
    Centrales syndicales/gouvernement : le torchon brûle | Portail Menara.ma

     

Partager cette page