"Charlie Hebdo" s'engage dans la polémique sur les caricatures de Mahomet

Discussion dans 'Scooooop' créé par ziouf.paris, 8 Février 2006.

  1. ziouf.paris

    ziouf.paris Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo publie, mercredi 8 février, un numéro spécial qui accorde une large place à l'affaire des caricatures du prophète Mahomet. Parues en septembre 2005 dans un quotidien danois, le Jyllands-Posten, elles ont été, ces dernières semaines, à l'origine de vifs débats et parfois de violences dans de nombreux pays.



    L'hebdomadaire a décidé, à son tour, de reprendre les douze caricatures. Il les publie en petit format en pages intérieures, y compris le plus controversé représentant Mahomet coiffé d'un turban en forme de bombe à la mèche allumée.



    "LE CRAYON ET LA PLUME" CONTRE "LE POIGNARD ET LA CEINTURE D'EXPLOSIFS"

    En "une", un dessin de Cabu, titré "Mahomet débordé par les intégristes", représente le prophète se voilant la face et soupirant : "C'est dur d'être aimé par des cons." Onze des seize pages du journal sont consacrées aux caricatures : outre les douze dessins du Jyllands-Posten, le journal propose d'autres caricatures des dessinateurs maison figurant Mahomet mais aussi des représentants d'autres religions, ainsi que plusieurs textes d'analyse et de débat.


    Gérard Biard, rédacteur en chef de Charlie Hebdo, explique cette démarche en page 2 du numéro : "Il ne faut pas blesser les croyants dans leur foi, nous disent les gens raisonnables et les négociants en yaourt qui craignent le boycott. Nous sommes ouverts au débat. Mais, pour que le débat ait lieu, il faudrait auparavant que certains croyants arrêtent de blesser tout court ceux qui n'épousent pas strictement les mêmes convictions qu'eux. Et cessent de répondre au crayon et à la plume par le poignard et la ceinture d'explosifs."


    Gérard Biard met sur le même plan les intégrismes de toutes religions : "Si la foi soulève des montagnes, ce sont des montagnes de cadavres." Il s'interroge : "Combien de livres et de journaux devrons-nous brûler pour que la soif des fanatiques religieux soit enfin étanchée ?" "Charlie tente d'analyser la polémique et ses conséquences. Histoire de montrer que la liberté d'expression doit être plus forte que l'intimidation", écrit l'hebdomadaire. "La tolérance n'est pas l'indifférence", assure plus loin un de ses journalistes.

    Le journal publie aussi en page 2 un texte intitulé "Pour la liberté d'expression !" signé de Tewfik Allal pour l'Association du manifeste des libertés, une association qui, selon Charlie Hebdo, "rassemble des hommes et des femmes de culture musulmane qui portent des valeurs de laïcité et de partage".

    DES ASSOCIATIONS MUSULMANES ANNONCENT DES POURSUITES JUDICIAIRES

    Des organisations musulmanes avaient demandé en référé la saisie de ce numéro de Charlie Hebdo, considérant la publication des caricatures comme une "injure raciale et religieuse". Elles ont été déboutées par la justice, mardi 7 février, pour vice de forme.

    Les juges n'ont pas statué sur le fond mais sanctionné des vices de forme dans la demande présentée conjointement par le Conseil français du culte musulman (CFCM), les mosquées de Paris et Lyon, l'Union des organisations islamiques de France (UOIF) et la Fédération nationale des musulmans de France (FNMF).


    Les associations musulmanes ont annoncé qu'elles engageraient, jeudi 9 février, de nouvelles poursuites. Celles-ci devraient viser Charlie Hebdo mais aussi France Soir, premier quotidien français à avoir publié les caricatures, mercredi 1er février. "On aurait aimé que la volonté d'apaisement règne. Charlie Hebdo veut mettre de l'huile sur le feu, les musulmans de France disent 'non'. On ne peut pas permettre dans nos sociétés d'encourager l'insulte", a dit à la presse Fouad Alaoui, secrétaire général de l'UOIF.
     

Partager cette page