Chine: soupçons de fraudes dans le trading des métaux

Discussion dans 'Info du monde' créé par dul2, 12 Juin 2014.

  1. dul2

    dul2 salam alikom

    J'aime reçus:
    5698
    Points:
    113
    Une enquête est en cours dans le port de Qingdao pour savoir si un même stock de métal a servi de garantie à plusieurs prêts bancaires
    Un même stock de matières premières peut-il avoir servi de garantie à plusieurs prêts bancaires, à l’insu des banques qui accordaient ces prêts ? Telle est la question que se posent actuellement les enquêteurs dans la ville chinoise de Qingdao. Et qui commence à focaliser l’attention de toute l’industrie mondiale des matières premières, et particulièrement les intervenants dans le négoce des métaux.



    L’enquête semble se concentrer sur une société de Qingdao
    D’après le « Wall Street Journal », six banques internationales, parmi lesquelles figurent Natixis et BNP Paribas, tentent actuellement de savoir si les stocks de métaux qui leur ont été présentés comme des garanties adossées à des prêts qu’elles ont accordés ont en réalité été utilisés à plusieurs reprises pour obtenir des financements.

    Mardi, c’est Citic Resources, un groupe appartenant au conglomérat financier public chinois Citic, qui a violemment trébuché à la Bourse de Hong Kong, ses actions perdant presque 10 %. Il avait fait savoir que l’enquête en cours à Qingdao, septième port par le volume des échanges au classement mondial, risquait d’avoir un impact sur la valorisation de ses actifs.

    Mercredi, l’enquête a semblé se concentrer sur une société de Qingdao, Decheng Mining. C’est elle qui aurait eu recours à la pratique frauduleuse consistant à utiliser plusieurs fois le même stock de métal pour obtenir des prêts. Son patron, le Singapourien Chen Jihong, était introuvable, probablement interrogé par les autorités chinoises.

    L’accès aux entrepôts incriminés est bloqué
    Si cette affaire est suivie de près par les milieux d’affaires, c’est pour au moins deux raisons. L’une concerne l’évolution des cours des métaux. Au moment où plusieurs banques commencent à s’inquiéter de la réalité des garanties adossées à leurs crédits dans le trading des métaux, le risque est réel qu’elles décident désormais de limiter leur exposition à ce commerce en Chine. Compte tenu du poids de la Chine sur ces marchés, cette perspective pousse actuellement les prix à la baisse.

    L’autre inquiétude concerne la Chine. Bien qu’à ce stade, rien ne permette d’affirmer que les fraudes aient été massives, la suspicion s’est rapidement propagée, témoignant de la défiance croissante avec laquelle sont observés le système financier chinois et sa « créativité » suspecte.

    La façon dont les autorités chinoises gèrent actuellement la crise, bloquant toute information, tout accès aux entrepôts incriminés dans l’enquête et empêchant les banquiers d’y voir clair sur l’ampleur du problème, n’est pas de nature à rassurer les milieux d’affaires.


    Chine : soupçons de fraudes dans le trading des métaux, Marchés Financiers
     

Partager cette page