Chine : un dirigeant local exécuté pour corruption

Discussion dans 'Info du monde' créé par atlasabdel, 9 Juillet 2010.

  1. atlasabdel

    atlasabdel Visiteur

    J'aime reçus:
    47
    Points:
    0
    L'ancien patron de la justice et de la police dans la mégapole de Chongqing aurait flirté avec la mafia.

    La plus gigantesque opération antimafia jamais lancée en Chine, qui plus est dans la plus folle métropole chinoise - Chongqing et ses 32 millions d'habitants - a fait sa première victime. L'ancien chef de la justice et de la police de la ville, Wen Qiang, a été exécuté mercredi - par injection, ce qui est encore rare.


    Ce petit homme rondelet de 55 ans est le plus haut cadre du Parti, parmi une centaine d'officiels, interpellés dans la «campagne contre les gangs noirs» lancée depuis un an dans la ville géante du Sud-Ouest. Plus de 3 300 personnes ont été arrêtées, des centaines poursuivies en justice, 63 syndicats du crime ont été démantelés et même une poignée de puissants milliardaires mis à terre.

    Succession de 2012
    Wen Qiang avait été condamné à mort au mois d'avril, pour corruption, protection de mafieux et viol. Durant les cinq jours de son procès, en février, il avait nié toute corruption, affirmant juste avoir reçu des «cadeaux» pour son anniversaire et les fêtes de fin d'année. Selon les juges, lui et sa femme auraient reçu des pots-de-vin, en espèces ou sous forme de biens, pour un montant de 12 millions de yuans (1,3 million d'euros). Et Wen Qiang aurait protégé plusieurs groupes mafieux. Il était d'ailleurs le beau-frère de Xie Caiping, surnommée la «Marraine du Chongqing souterrain», avec son réseau de casinos clandestins, condamnée à 18 ans de prison à l'automne dernier. Wen était aussi accusé d'avoir violé dans un hôtel une jeune étudiante en août 2007, après l'avoir enivrée.

    Cette opération «mains propres» a tenu en haleine toute la Chine, par son ampleur mais aussi, et surtout, parce qu'elle est orchestrée par Bo Xilai, patron du Parti communiste de Chongqing et étoile montante de la vie politique chinoise. Cet ancien ministre du Commerce a opté pour une peu usuelle stratégie médiatique, aux forts relents populistes. En s'attaquant de manière spectaculaire aux liens entre mafieux et politiques, il a coupé l'herbe sous le pied aux dirigeants pékinois, forts de leur antienne de lutte anticorruption au sein du Parti. Pékin ne l'a d'ailleurs soutenu que du bout des lèvres. Cet activisme est à replacer dans le cadre de la succession de 2012. Bo Xilai peut prétendre à une place parmi les neuf membres du comité permanent du Politburo du Parti, le vrai cœur du pouvoir chinois. Sept de ses membres vont être renouvelés en 2012.

    La survie du Parti
    Le jour même de cette exécution, un autre procès très symbolique s'est ouvert à Xian, où un ancien ministre adjoint de la Sécurité publique, Zheng Shaodong, est aussi accusé de corruption et d'abus d'autorité pour influencer des enquêtes criminelles. Et le dernier domaine en date en proie à une grande opération nettoyage est celui des compagnies aériennes d'État.

    La semaine dernière, on a ainsi appris que deux dirigeants de la compagnie Southern Airlines étaient détenus dans le cadre d'une vaste enquête visant le secteur du transport aérien, lancée fin 2009. Sept salariés de Southern Airlines sont déjà suspectés d'avoir reçu des pots-de-vin en échange du feu vert donné à de nouveaux itinéraires de vol et des créneaux horaires de décollage et d'atterrissage. Ont aussi été mis en cause le président de la société gérant l'aéroport de Pékin et le chef du département de l'aviation civile pour le nord de la Chine, Liu Yajun. Ce dernier s'est suicidé la semaine dernière, en se jetant sous un train.

    Le président Hu Jintao a averti à plusieurs reprises que la lutte anticorruption était la condition principale de la survie du Parti. Mais ce combat paraît sans fin, dans un système où l'omnipotence des cadres locaux, sans contre-pouvoirs ni transparence, favorise mécaniquement une forte corruption.

    http://www.lefigaro.fr/international/2010/07/08/01003-20100708ARTFIG00696-chine-un-dirigeant-local-execute-pour-corruption.php
     

Partager cette page