Chronique de Cruyff : Se préparer contre les hauts et les bas

Discussion dans 'Barça' créé par simo160, 3 Juin 2009.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    Aux saisons qui se sont soldées par de grands succès s'en sont suivies d'autres marquées par une crise. L'objectif de Guardiola, en plus de répéter une campagne comme celle-ci, sera d'éviter que le Barça répète les erreurs du passé.


    La Saison 2008-09 est exceptionnelle. Trois sur trois. Copa, Liga et Champions. Que'est-on en droit d'attendre à présent ? Déjà, profiter de tout ce qui a été vécu et obtenu. Du repos pour les joueurs et du travail pour les techniciens. L’équipe qualifiée par beaucoup et pour des raisons variées de meilleure du monde a aussi besoin de quelques retouches. Il y aura des arrivées et des départs. De cela déjà se chargeront les responsables du secteur technique. Son objectif prioritaire, comme je le vois, n'est pas de répéter à l’identique l’effet obtenu cette année. Il le sera dans l’esprit et constituera un défi, sans doute. De plus, il y aura constamment des comparaisons entre ce que nous avons fait et ce que nous ferons. Ce que nous avions et ce que nous aurons. Pour moi, l'objectif prioritaire lors de la prochaine campagne est tout autre : diminuer les hauts et les bas.
    On apprend plus de ses erreurs que de ses succès. Et les erreurs tu les vois en te penchant sur le passé, en surveillant ce qui est arrivé à ce club historiquement. Le changement en bien que nous avons vécu lors des 5-6 dernières années a été spectaculaire. Une première année de transition avec l'arrivée de Laporta et Rijkaard, deux années de succès et, après la Champions de Paris, une énorme baisse de régime lors des deux suivantes. Des hauts et des bas. Un peu comme quand je suis arrivée dans le club en 1974. Nous gagnons immédiatement la Liga sans contestation possible avec une équipe de rêve, et durant les quatre années suivantes nous ne remportons seulement qu’une Copa. Des hauts et des bas.


    On apprend de ses erreurs
    Des hauts et des bas comme ceux qui existaient avant mon étape comme joueur du Barça, où le club devait attendre beaucoup d’années avant de remporter un titre. Dans les années 80, une Liga ; dans les années 90, les quatre Ligas consécutives de la Dream Team plus les deux de Vont Gaal, pour ensuite devoir à nouveau attendre des années et le passage de plusieurs présidents, entraineurs et secrétaires techniques pour recommencer à se sentir fier du Barça de Rijkaard. Cela a peu duré et la motion de censure de l'été passé paraissait évidente pour presque tous. Seul celui qui commande commet des erreurs. Mais on en apprend toujours quelque chose de ses erreurs. La preuve : ceux qu’on voulait jeter l'été passé sont les mêmes que ceux qui ont pris les décisions qui se sont traduites aujourd’hui en succès.
    Par succès je ne me rapporte pas seulement au triplé, qui est son aspect le plus visible, mais à un modèle de football qui, j’entends, pourrait devenir la référence pour tous. La combinaison dans l’équipe de talents issus de l’extérieur avec celui de nombreux issus de la cantera s’est révélée payante grâce aux coupes levés. Son style de football, vaillant, décisif, offensif, est l'évolution, améliorée et adaptée à son époque, d'une ligne de jeu proposée par le Barça il y a déjà 20 ans. Et en 20 ans, il y a beaucoup de hauts et de bas.

    Un pas en avant
    C’est cela qu’il faut éviter. Tu aimes ce que tu fais et ce que tu fais plait beaucoup à tout le monde. Tu incites alors les autres à suivre cette ligne. L'image que le Barça donne avec son accord avec l’Unicef, son pari décidé pour sa carrière, par sa façon de comprendre et jouer au football, sont un exemple. Non seulement pour lui-même, mais pour tous ceux qui ne savent pas comment jouer et quelles lignes maitresses doit emprunter un club de football.
    Si du Barça j'espère qu'il soit un pas en avant et reste une référence par sa culture du football, des fédérations et des organismes qui régissent ce football j’aimerais qu'ils fassent aussi un pas à en avant pour veiller à la qualité du jeu. Parce que là tous en sortiraient gagnants.
    En sachant que la saison prochaine est l’année de la Coupe du Monde, la fédération espagnole ferait probablement mieux de planifier la saison en l’achevant en mai. Si le rendez-vous mundialista presse, elle collabore. Déjà : pourquoi disputer la finale de la Supercoupe d’'Espagne (Barça Vs Athletic Bilbao) sur deux rencontres ? Un seul suffit. Cela oblige des joueurs, qui ensuite auront à défendre leurs couleurs lors du Mondial, à disputer une partie supplémentaire. Et pourquoi la Copa se dispute-t’elle en matchs aller-retour ? Un seul suffit également. De nouveau, par caprice de la compétition que tu organises, tu obliges ces mêmes joueurs à jouer deux rencontres, joueurs dont tu voudras ensuite qu’ils assurent lors du Mondial. Il est bien impossible qu'ils y parviennent. Il est fou de disputer presque 70 parties concentrées en 42 semaines.
    La FIFA dépasse les bornes aussi dans l'organisation d'événements. Dans quelques jours débute la Coupe des Confédérations en Afrique du Sud. En décembre, il y aura le Mondial des clubs au Japon. Celui qui jouera moins de rencontres en disputera deux dans un pays éloigné où il est nécessaire de s'adapter à un tas de choses. Et tu voudras ensuite qu'en juin-juillet que ces joueurs fassent, non pas un bon, mais un grand et attrayant Mondial. Comment prétendre que cela puisse se produire si les acteurs sont les mêmes ?
    En voyant ce panorama se profiler, Guardiola sait bien qu’il doit élargir son effectif. Mais dans sa décision pèse plus l'obligation que la conviction. Si le calendrier était plus raisonnable et court, cela pourrait passer avec un élément supplémentaire par ligne. Ce qui est juste pour maintenir la concurrence et faire en sorte que personne ne s’endorme sur ses lauriers. Avec un calendrier tellement long tu te dois d’envisager quelques signatures de plus, en sachant que, si tu dépasses la bande, tu cours le danger de finir en maniant quelque chose en laquelle tu ne crois pas : un vestiaire avec un excès de joueurs est toujours plus difficile à diriger.


    fcbarcelonaclan
     

Partager cette page