Clotilde Reiss va pouvoir quitter l'Iran

Discussion dans 'Info du monde' créé par @@@, 15 Mai 2010.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    Un jugement rendu samedi permettrait à la jeune Française, retenue en Iran depuis presque un an pour avoir participé à des manifestations post-électorales, de rentrer prochainement en France.

    Le bout du tunnel pour Clotilde Reiss ? La jeune Française, retenue en Iran depuis le 1er juillet 2009 pour avoir participé à des manifestations post-électorales, va pouvoir quitter le pays prochainement à la suite d'un jugement rendu samedi, a déclaré son avocat.

    «La cour a condamné Mlle Reiss à une amende de 300 millions de tomans (285.000 USD) que j'ai payée ce matin», a déclaré Me Mohammad-Ali Mahdavi Sabet. L'avocat a précisé qu'il n'avait pas fait appel de ce jugement, «proche d'un acquittement», et qui, surtout, «va permettre à Mlle Reiss de quitter l'Iran dès demain». «L'affaire est finie», a-t-il ajouté. Me Mahdavi Sabet a précisé qu'il devait encore se rendre dimanche matin au tribunal révolutionnaire de Téhéran pour «récupérer le passeport de Mlle Reiss». A Paris, le ministère des Affaires étrangères a dit attendre son retour en France «sans délai».

    Mardi, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères avait dit espérer une «décision rapide» de la justice de son pays à propos de la Française. «L'affaire de Mlle Reiss suit son cours légal. Le tribunal annoncera sa décision. Nous espérons qu'une décision rapide sera annoncée», avait-il répondu à une question.






    http://www.lefigaro.fr/internationa...clothilde-reiss-va-pouvoir-quitter-l-iran.php
     
  2. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    Exclusif .Le rôle déterminant du Sénégal dans la libération de Clotilde Reiss


    [​IMG]


    Le président sénégalais Abdoulaye Wade a-t-il joué un rôle dans la libération de Clotilde Reiss ? C'est ce qu'affirme son entourage, qui a précisé à notre journal les étapes de la véritable médiation qu'aurait menée Wade, ces derniers mois, entre les autorités françaises et celles de Téhéran, où il se trouvait justement samedi.

    La médiation aurait démarré en octobre 2009 lorsque Wade, qui préside l'Organisation de la conférence islamique (OCI) - le grand rassemblement des musulmans du monde - et entretient des liens avec le régime d'Ahmadinejad, évoque en tête-à-tête l'affaire Reiss avec le président iranien, lors d'une visite à Téhéran.

    L'Iranien «laisse entendre une possible libération de Clotilde Reiss sous certaines conditions spéciales» nous confie Madické Niang, ministre sénégalais des Affaires étrangères.

    Quelques jours plus tard, à Paris, Wade informe Claude Guéant, bras droit de Nicolas Sarkozy de la teneur de cet entretien. Paris demande alors à Dakar de poursuivre sa médiation avant de demander d'y mettre un terme fin novembre 2009. Volte-face des autorités françaises qui font de nouveau appel au Sénégal. C'est le président Wade lui-même qui aurait averti dès mardi dernier, dans la soirée, Claude Guéant de la libération imminente de l'étudiante française.





    http://www.leparisien.fr/politique/...ation-de-clotilde-reiss-15-05-2010-923411.php
     
  3. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    Retour de Reiss d'Iran: "aucun marchandage" ni "contrepartie" (Kouchner)


    La libération de la Française Clotilde Reiss, en route pour Paris après avoir été retenue pendant dix mois en Iran, n'a fait l'objet d'"aucun marchandage" ni d'"aucune contrepartie" au régime de Téhéran, a déclaré dimanche le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner.



    La libération de la Française Clotilde Reiss, en route pour Paris après avoir été retenue pendant dix mois en Iran, n'a fait l'objet d'"aucun marchandage" ni d'"aucune contrepartie" au régime de Téhéran, a déclaré dimanche le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner.

    "Je voudrais simplement vous dire qu'il n'y a eu aucune contrepartie (...) aucun marchandage", a assuré le ministre au micro de Radio J, se félicitant de la libération de la jeune Française.

    Dans la matinée, le porte-parole des Affaires étrangères iraniennes, Ramin Mehmanparast, a réfuté tout lien entre la libération de la Française et celle de l'ingénieur iranien, Majid Kakavand, rentré dans son pays la semaine dernière après le refus de la France de l'extrader vers les Etats-Unis.

    "Cette succession des décisions judiciaires - en France on n'influence pas des décisions des juges - n'a rien à voir avec un marchandage éventuel, avec un marchandage allégué", a invoqué le ministre.

    Retenue à Téhéran depuis juillet 2009 pour avoir participé à des manifestations anti-gouvernementales, Clotilde Reiss a quitté dimanche matin Téhéran et doit arriver en milieu de journée à Paris. Elle avait été autorisée à quitter l'Iran après un jugement samedi qui l'a condamnée à une amende.

    Sa libération intervient peu après le retour en Iran de M. Kakavand et alors qu'un autre Iranien, Ali Vakili Rad, l'assasin de l'ancien Premier ministre du Shah d'Iran Chapour Bakhtiar emprisonné en France, est libérable dans quelques jours.

    Paris et Téhéran ont toujours officiellement démenti tout lien entre ces affaires. Mais le président Ahmadinejad avait déclaré le 18 décembre que la solution de l'affaire Reiss dépendait "de l'attitude des dirigeants français".




    http://www.lematin.ch/flash-info/monde/retour-reiss-iran-marchandage-contrepartie-kouchner
     
  4. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
  5. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
  6. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    Wade: Reiss aurait pu être libérée avant



    Le président sénégalais Abdoulaye Wade a mis en cause aujourd'hui le conseiller Afrique de l'Elysée André Parant en affirmant que Clotilde Reiss aurait pu être libérée "il y a déjà six mois" sans son intervention.

    "Je ne sais pas si c'est lui ou s'il a reçu des instructions, mais je dis simplement que le fait pour lui de me dire d'arrêter de m'occuper de cette affaire il y a six mois, parce qu'il avait un bon contact, est la preuve que ce contact n'était pas bon. Cela veut dire que Clotilde Reiss aurait été libérée depuis il y a déjà six mois", a-t-il dit sur RTL.

    Le président du Sénégal a expliqué avoir rencontré son homologue iranien Mahmoud Ahmadinejad après l'arrestation de la jeune universitaire française en juillet 2009 et que celui-ci lui avait dès le début "donné son accord" pour la libérer.

    "J'ai appelé l'Elysée pour demander à (Nicolas) Sarkozy de m'envoyer quelqu'un en qui il avait confiance pour voir en détail comment on pouvait procéder à la libération de Clotilde Reiss et on m'a envoyé André Parant", a-t-il poursuivi, en précisant que cette rencontre s'était déroulée en octobre 2009. "Quelques jours après, il m'appelle.
    J'étais très étonné, il me dit: 'Président Wade, on vous demande vraiment de laisser ce dossier de côté pour l'instant parce que nous sommes sur une piste, nous avons un contact extrêmement sérieux'".

    M. Wade a affirmé avoir repris contact avec le président iranien après avoir reçu le "feu vert" de Nicolas Sarkozy car il ne s'était toujours "rien passé". "Les Iraniens ne voulaient pas qu'elle quitte Téhéran avant mon arrivée. Je suis quand même le président de l'Organisation de la conférence islamique (...) C'est fort de ça que j'étais sûr que je pouvais faire quelque chose", a assuré le président sénégalais.

    Dans un entretien à paraître dans "Le Parisien/Aujourd'hui en France", Abdoulaye Wade ajoute que Nicolas Sarkozy l'a appelé dimanche à Téhéran pour le féliciter. "Il m'a dit: 'je te félicite chaleureusement pour tout ce que tu as fait pour la libération de Clotilde Reiss'. Quand il m'a appelé, je sortais de rendez-vous chez le président Ahmadinejad", dit-il.

    Le président sénégalais ajoute avoir appris "en regardant la télévision", que le chef de l'Etat français avait également remercié le Brésilien Luis Inacio Lula da Silva et le Syrien Bachar el-Assad. "Franchement, j'ignore tout de ces interventions... Mais dans ces affaires il y a beaucoup de gens qui interviennent. Ce que je peux affirmer, chronologie en main, c'est que cette libération est le résultat direct de ma médiation", assure-t-il. Quant à d'éventuelles contreparties, "les Iraniens ne m'en ont jamais parlé", dit-il. "Moi, je recommandais un geste humanitaire à même de restaurer l'image de l'Iran".





    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2...0-wade-reiss-aurait-pu-etre-liberee-avant.php
     

Partager cette page