Comment vont-ils passer la journée ?

Discussion dans 'Scooooop' créé par Le_Dictateur, 29 Juin 2007.

  1. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    Les élèves sont déjà en vacances alors que leurs parents travaillent encore. Décalage.

    La saison estivale s'est déjà annoncée et nous voilà proches de ce qu'on a l'habitude d'appeler les «grandes vacances». Cette période tant attendue n'est pas sans poser de nombreux questionnements. Elle est souvent vécue par les parents professionnellement actifs avec une certaine angoisse.

    Que faire des enfants pendant toutes ces heures ? Telle est la principale question. Par la force des choses, les enfants se retrouvent livrés à eux-mêmes.


    Ils restent à la maison et s'ennuient devant la télévision. Comment occuper son enfant pendant l'été ? Entre jeux, télé et vidéo, où doit s'arrêter sa liberté ? Faut-il proposer des séjours chez les grands-parents ou en colonies de vacances ? Voici un détour sur les conduites à suivre.

    Créant un vrai casse-tête chinois pour les parents actifs, les vacances scolaires s'étalent sur onze semaines d'un repos nécessaire pour
    les enfants. En effet, cette période représente pour les écoliers, une excellente occasion de se reconstituer, car ils se reposent après neuf mois de travail en classe. Mais, pour les parents, ces vacances comportent une grande responsabilité : encadrer les enfants, afin qu'ils s'adonnent à de saines distractions, tout en évitant les caprices et les dérapages.

    «Les parents sont les premiers responsables de l'éducation de leurs enfants, et surtout leur comportements pendant les grandes vacances, qui commencent au début du mois de juillet. Il s'agit d'une opération de remise et de reprise entre les responsables scolaires et les parents qui doivent, deux mois durant, prendre la relève» explique Nadia, institutrice dans une école primaire et privée.
    Il faudrait toutefois signaler que la notion de responsabilité et de gestion du temps n'est pas souvent comprise de la même manière.

    Si certains parents se concentrent sur les préparatifs de la prochaine rentrée scolaire et la prennent pour principale préoccupation, en alliant lecture et voyages éducatifs, d'autres songent plutôt aux distractions pour permettre aux enfants de récupérer après une année scolaire de dur labeur, souvent mouvementée.

    Ce second choix est aussi approuvé par le pédopsychiatre Guizlaine Benjelloun «Surtout pas de devoirs ! L'année est assez chargée en apprentissage formel. Il faut laisser les enfants passer du temps avec leurs amis, leurs cousins, en limitant les heures passées devant le télé, les DVD, la Playstation, le PC qui sont sources d'excitation nocive.

    Aussi, il faut veiller à les accompagner là où ils veulent aller, quand c'est possible, bien sûr». En effet, en dehors de la présence vivifiante des parents disponibles, plusieurs autres couples professionnellement actifs (ne bénéficiant que d'une certaine durée de congé, qui varie d'une semaine à un mois) se retrouvent anxieux à cause du vide que va vivre leur progéniture durant leur absence.

    Cependant, il existe deux sortes de ménages travaillant lors des vacances scolaires. Ceux qui ont des enfants âgés de moins de 7 ans, qui ne peuvent pas compter sur eux-mêmes et les autres, plus âgés, qui peuvent se débrouiller tout seuls. Pour la première catégorie, les vacances scolaires sont l'occasion de séjours prolongés chez les grands-parents.

    Ces derniers n'assument pas uniquement une fonction de garde, ils vont pouvoir nouer avec leurs petits-enfants une relation différente.
    En plus des jeux et des séances vidéo et de télévision prolongées, l'enfant jouira de la gâterie de ses aïeux. Un sentiment qui se traduira souvent par une attitude qui peut entraîner une succession de bêtises, de l'entêtement, une tendance à veiller tard le soir ou de sortir en plein canicule pour jouer avec les enfants du voisin.

    Afin d'éviter tous ces dérapages, les parents doivent expliquer à leur enfant qu'il doit se comporter de la même façon qu'à la maison. Ils ne doivent pas le larguer chez la «mamie» sans les «passe temps», mais plutôt lui offrir une panoplie de bandes dessinées pour
    la lecture et de jeux vidéo qui permettront de nourrir son imaginaire, et qui épargneront aux grands-parents la super activité de leur petit enfant chéri.

    Et c'est là où réside la difficulté d'avoir des enfants très petits, ne pouvant compter sur eux-mêmes pour sortir, voyager ou pratiquer certaines activités.

    Par contre, chez les ménages dont les enfants sont un peu plus âgés, les vacances scolaires peuvent être l'occasion de vivre des expériences différentes de socialisation à travers des activités de groupe selon leur affinité (sport, natation, musique) ou organisées (colonies de vacances, camps, séjours thématiques)
    Toutefois, même si cette prise de distance est très bénéfique à l'enfant en terme de développement, il est indispensable de lui laisser le choix
    et de susciter sa motivation.

    Il ne doit pas considérer le séjour comme une punition ou un abandon de ses parents, mais plutôt comme une chance inespérée de découvrir quelque chose d'autre, loin du cocon familial.
    --------------------------------------------------------


    Lorsque la complicité s'amplifie
    Les vacances scolaires restent le moment idéal qui permet d'instaurer un autre rapport avec l'enfant, surtout que nous vivons dans une société où les parents sont de plus en plus happés par leurs obligations professionnelles et où les week-ends sont de plus en plus tronqués par la même logique.

    De ce fait, la possibilité pour les enfants de voir leurs parents dans un état de tension nerveuse apaisé est certainement fondamental pour la structuration de leur image parentale. «L'absence du stress scolaire est aussi très bénéfique» explique le Dr Benjelloun. «Les enfants n'ont plus le sentiment d'être perçus par leurs parents comme des étudiants dont les performances sont sans cesse disséquées. C'est à cette occasion que peuvent se nouer des liens de complicité différents», conclut- t-elle.

    Mounir, jeune père de deux enfants (5 et 7 ans) témoigne de sa propre expérience «Les vacances sont la période idéale pour comprendre plus mes enfants. Qu'on soit en congé ou pas, ma femme et moi, essayons toujours de rester zen durant cette période, car pendant l'année, nous n'avons pas forcément suffisamment de temps à consacrer à notre famille».

    En effet, pendant l'année scolaire, les parents s'intéressent souvent aux résultats de leurs enfants. Ils omettent souvent de consacrer un moment pour s'occuper de leur personnalité et de comprendre leurs goûts.

    «On essaye toujours de se rattraper en vacances, car il est nécessaire de prendre le temps de communiquer avec nos petits, de les observer, de partager avec eux des activités. C'est ce qui forgera leurs souvenirs d'enfance et ce qui sera par la suite leur référence pour élever leurs propres enfants», déclare Mounir.


    Rajaa Kantaoui | LE MATIN
     

Partager cette page