Conférence de presse du chef de la diplomatie française en visite au maroc.

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 13 Juillet 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    «La France est favorable à une solution politique mutuellement acceptée par les différentes parties dans le cadre de l'ONU». La déclaration est du tout nouveau ministre français des Affaires étrangères qui effectuait hier une visite de travail au Maroc. Lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue marocain, Mohamed Benaïssa, tenue à Casablanca à l'issue d'entretiens entre les deux parties, Philippe Douste-Blazy affirmait que la désignation d'un représentant ou un émissaire de l'ONU au Sahara reste tributaire d'un consensus des parties concernées autour de la personne.

    Le chef de la diplomatie française s'est dit, par ailleurs, convaincu qu'«un dialogue politique direct entre Rabat et Alger est de nature à aider à la solution du conflit».

    Interpellé au sujet du timing et de l'objet de sa visite au Maroc, le ministre français des Affaires étrangères a commencé par souligner son attachement pour le pays. «J'aime le Maroc», a-t-il dit. Un pays où il s'est souvent rendu que ce soit pour le travail où à titre privé. Officiellement, comme devait le précisait le ministre marocain des Affaires étrangères, la visite de M. Douste-Blazy «s'inscrit dans le cadre du dialogue dense et permanen» entre Paris et Rabat. Elle devait sans doute aussi préparer aux travaux de la 7e haute commission mixte maroco-française, prévue les 27 et 28 septembre 2005 à Rabat.

    De fait, la visite offrait «l'occasion de procéder à un large tour d'horizon sur les questions bilatérales, ainsi que sur les grandes questions régionales et internationales d'intérêts communs». L'actualité brûlante des attentats de Londres a fait qu'inévitablement la question de la lutte contre le terrorisme s'est invitée à la table des discussions. «La coopération continue», d'ailleurs, et «est ininterrompue dans ce domaine», devait souligner Mohamed Benaïssa qui rappelait que le Maroc avait demandé l'extradition d'un des suspects dont le lien avec les attentats du 16 mai 2003 à Casablanca est établi.


    Le chef de la diplomatie marocaine qui indiquait que le Maroc est autant intéressé par ce fléau que les autres pays du monde, a souligné les efforts sans cesse consentis par notre pays qui ½uvre pour la paix et la sécurité dans notre région et dans le monde.

    "Personne ne doit mettre le genou à terre face au terrorisme", a déclaré pour sa part Philippe Douste-Blazy. "Le terrorisme c'est la haine, la terreur, l'inhumanité, l'inacceptable", a-t-il affirmé tout en soulignant qu'aucun pays ou religion ne doivent être stigmatisés pour cela.

    Sur un tout autre registre, M. Douste-Blazy a rappelé la position française favorable à la mise en ½uvre de la résolution 1546 du Conseil de sécurité de l'ONU relative à la souveraineté irakienne. L'idée, explicitée par le chef de la diplomatie française est de "placer les Irakiens au centre de la gestion de leur pays".

    Le partenariat euro-méditerranéen est également au centre des discussions. A ce sujet, le ministre français a souligné que son pays ½uvre en faveur de "l'intégration maghrébine". " La France a une très grande chance géographique et politique ". Elle est proche du Maghreb par la Méditerranée et les deux partagent un passé et une histoire, devait-il rappeler. " Il est fondamental que nous travaillons ensemble ", a déclaré M. Douste-Blazy. De sa visite et ses entretiens au Maroc, où il était notamment reçu en audience par S.M. le Roi Mohammed VI, le ministre français des Affaires étrangères dit retenir "une volonté commune" de continuer à approfondir les relations entre les deux pays


                                                                   par:Khadija Ridouane
    Source: Le matin.
     

Partager cette page