Conseil national du commerce extérieur: Un accord de libre-échange avec le Canada en

Discussion dans 'Info du bled' créé par Info du bled, 25 Juillet 2009.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    La 14ème session du Conseil national du commerce extérieur (CNCE) a été tenue jeudi 23 courant à Casablanca
    Le rapport annuel 2007 – 2008 sur les échanges extérieurs a été présenté en l’occasion. L’ordre du jour portait également sur l’adoption du procès-verbal de la 13ème session ordinaire et de la cinquième session élective du Conseil, l’examen et l’adoption de la procédure de sélection des candidats aux trophées de l’exportation, l’exposition des activités du Conseil relatives à sa contribution à la préparation des négociations de libéralisation du commerce, des services et du droit d’établissement avec l’Union européenne ainsi que la mise en œuvre du guichet unique du commerce extérieur.
    Noureddine Omary, président du Conseil, a donné un aperçu exhaustif sur le rapport avant de céder la parole au ministre du Commerce extérieur, Abdellatif Mâazouz, dont l’intervention a porté sur quatre points : la négociation d’un accord de libre-échange avec le Canada, la politique commerciale extérieure, la promotion des exportations et enfin l’organisation institutionnelle et la mobilisation des moyens.
    « L’élaboration de ce rapport a nécessité un travail laborieux du secrétariat général du CNCE, de plus de deux ans, qui a porté sur le traitement et l’intégration de plusieurs bases de données, d’organismes nationaux et internationaux et sur l’analyse des données intégrées, à travers pas moins de 50 indicateurs de performance », a noté, pour sa part, Mohamed Lahlou, président du comité « Rapport annuel »
    A son tour, Mohamed Benayad, secrétaire général du CNCE, a fourni à l’assistance des précisions sur le rapport annuel des échanges extérieurs.
    L’évaluation de la balance commerciale, a-t-il indiqué, a été déduite grâce à une comparaison des échanges extérieurs du Maroc avec d’autres pays tels que la Turquie, l’Egypte et la Tunisie pour le pourtour méditerranéen ; la Chine, la Thaïlande et la Malaisie pour l’Asie ; le Chili et le Mexique pour l’Amérique ; et enfin l’Espagne et la Roumanie pour l’Europe.
    Le rapport présente l’état déficitaire de la balance commerciale des biens et des services en 2008 et note une forte croissance des échanges extérieurs des biens en 2008, relativement aux tendances observées tant au niveau des pays clients que ceux partenaires, soit respectivement 18.2% contre 13% et 10.7%.
    Citant les trois principaux facteurs à l’origine de cette dynamique, à savoir la forte augmentation des prix de l’énergie, la progression exceptionnelle des prix des phosphates et dérivés et le renforcement du volume des importations des biens d’équipement, le rapport met en relief l’ouverture de l’économie marocaine qu’atteste la progression des importations et des exportations. On retient ainsi une augmentation de 22% des achats marocains à l’étranger des biens et services menant le taux de dépendance des importations à 54.1%. Quant aux exportations marocaines des biens et services, on note que leur croissance est estimée à 13% en 2008 renforçant les parts de marchés marocains.
    Les secteurs industriel et agricole totalisent 68.1% des contributions positives à la croissance. Le dirham a poursuivi en 2008 sa dépréciation par rapport à l’euro et son appréciation par rapport au dollar et à la livre sterling. Il convient de rappeler aussi qu’à fin 2008, le nombre de pays avec lesquels le Maroc avait conclu des accords de libre- échange s’élève à 55, dont 27 sont membres de l’Union européenne.
    En conclusion, il convient de relever que l’année 2008 a connu une croissance exceptionnelle des échanges extérieurs, induite notamment par la hausse des prix des principaux produits à l’importation et à l’exportation, mais avec un retour du déficit du compte courant et le maintien des principales fragilités de l’économie marocaine. L’objectif étant le rééquilibrage de la croissance à travers des plans sectoriels.







    Source : libe.ma
     

Partager cette page