conseil supérieur de l'enseignement: La réforme de l’enseignement est tributaire d’un

Discussion dans 'Info du bled' créé par Info du bled, 24 Juillet 2009.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Le Conseil supérieur de l’enseignement (CSE) a tenu, les 20 et 21 juillet à Rabat, sa 9ème session ordinaire consacrée notamment à l’examen du bilan de l’année scolaire, universitaire et de formation 2008/2009, ainsi que les perspectives pour la rentrée scolaire 2009-2010.
    Ce conseil était l’occasion pour soulever et émettre nombre de questions et d’observations notamment l’embauche directe d’enseignants contractuels, le rendement de l’enseignement privé, la mise à niveau de l’inspection pédagogique, etc., nous a déclaré Abdelaziz Ioui, membre du CSE et secrétaire général du Syndicat démocratique de l’enseignement (FDT).
    Il a également souligné que des mesures prises par le département de l’Education n’évoluent pas en concomitance avec les objectifs du Plan d’urgence établi pour insuffler une nouvelle dynamique à la réforme éducative.
    D’un autre côté, Abdelaziz Ioui a fait savoir que le projet d’avis du Conseil sur l’état et les perspectives des programmes d’éducation non formelle et d’alphabétisation, élaboré à la demande du gouvernement a essayé, à travers certaines observations et propositions, de rectifier le tir pour atteindre les objectifs tracés à même d’en faire bénéficier des millions de citoyens. Et d’ajouter que depuis l’Indépendance, le Maroc n’a pas pu faire réduire le taux d’analphabétisme sous la barre de 10 millions, c’est dire qu’il y a un vrai problème et qu’il est temps de trouver des solutions dont la création d’une agence nationale dotée de moyens à même de réduire ce taux qui porte atteinte à l’image du Maroc.
    L'assemblée a, en outre, émis des observations et des propositions qui seront prises en compte pour finaliser cet avis, avant sa soumission au gouvernement.
    Par ailleurs, la question de l’enseignement privé a été soulevée au cours de ce Conseil. Une séance a été consacrée à l'audition de responsables des départements de l'éducation-formation à ce sujet après avoir constaté que ce secteur devient inquiétant tant au niveau qualitatif que pédagogique.
    Ces auditions, selon le communiqué, de CSE constituent une première étape dans le processus d'élaboration d'un diagnostic et d'une étude prospective, processus dont l'approche participative avec les différents intervenants et parties prenantes sera privilégiée. Ce projet est inscrit à l'ordre du jour de la session ordinaire de février 2010.
    L’enseignement privé ne remplit aucunement la mission pour laquelle il a été créé, à savoir participer à hauteur de 20% dans l’enseignement au niveau national. Pour le moment, il ne représente que 7%, un taux très en deçà de ce qui a été prévenu en commun accord avec le gouvernement, a précisé Abdelaziz Ioui. Au cours de cette session, l'assemblée générale s'est également penchée sur l'examen du projet de mise à niveau de l’inspection pédagogique et des questions d’ordre organisationnel, outre l'organisation d'une séance d'auditions sur le thème de "L’enseignement et la formation privés".
    A travers ce projet, le Conseil ambitionne ainsi d'apporter sa contribution à la réflexion autour des pistes d'action à même de motiver le corps des inspecteurs pédagogiques, d'améliorer ses conditions de travail et de renforcer le rôle de leadership qui est le sien dans le rehaussement de la qualité de l'enseignement et des apprentissages et ce, à travers le renouvellement des missions de l'inspection, dans le sens du renforcement de l'acte pédagogique dans les établissements scolaires.







    Source : libe.ma
     

Partager cette page