Contador / Tour de France 2007

Discussion dans 'Autres Sports' créé par osiris, 29 Juillet 2007.

  1. osiris

    osiris Visiteur

    J'aime reçus:
    103
    Points:
    0
    L'envol de Contador


    [​IMG]


    Simple outsider il y a trois semaines, Alberto Contador est le grand triomphateur du Tour 2007. Servi par les circonstances et son propre talent, il succède à Indurain au palmarès des vainqueurs espagnols. Reste à savoir s'il s'inscrira dans une simple transition ou s'il peut régner durablement.

    Comme Lance Armstrong, il a aperçu la mort avant de remporter le Tour de France. Comme Jan Ullrich, il ramène simultanément à Paris le maillot jaune et le maillot blanc du meilleur jeune. Comme Floyd Landis l'an dernier, il a triomphé dans Paris-Nice quatre mois avant de dominer le Tour. Alberto Contador a donc quelques liens de parenté avec quelques récents lauréats de la Grande Boucle. Et comme ses trois prédécesseurs, l'ombre du soupçon plane au-dessus de sa couronne. Le nouveau roi de France et d'Espagne devra s'y habituer. Comme l'a dit Patrice Clerc, "tout coureur professionnel est aujourd'hui présumé dopé". Le plus fort d'entre eux sur la plus grande course du monde, un peu plus encore que les autres...

    Depuis sa prise de pouvoir, à la suite de l'exclusion de Michael Rasmussen, Contador a affiché un détachement certain vis-à-vis de ce climat de suspicion. Plutôt zen, le maillot jaune. Il est vrai qu'en dépit de son jeune âge, l'Espagnol revient de très loin. C'est même un miraculé. Un an après ses débuts professionnels, en mai 2004, victime d'une chute lors du Tour des Asturies, il est transporté à l'hôpital. Des examens laissent les médecins stupéfaits. Il souffre d'un début de rupture d'anévrisme. Sans cette chute, elle n'aurait jamais été décelée. Contador serait mort. Après une opération délicate et une longue convalescence, il remonte sur le vélo six mois plus tard.

    Construit à travers les épreuves


    [​IMG]


    A son retour, en janvier 2005, le succès ne tarde pas à venir. Bon puncheur, excellent grimpeur et rouleur très correct, il s'offre une étape du Tour Down Under, en Australie, triomphe dans la Semaine Catalane et signe des victoires d'étapes au Tour de Romandie ou sur la Bicyclette basque. Mais Contador reste un sursitaire. Un nouveau malaise, heureusement sans gravité, à l'été 2006, viendra lui rappeler par où il est passé. Chez les Contador, famille humble, on connait le prix de la vie. Raul, le plus jeune des frères d'Alberto, qu'il adore, souffre d'une paralysie cérébrale. C'est à lui qu'il avait dédié sa victoire au Plateau de Beille, dimanche dernier.

    Contador s'est construit à travers ces épreuves. Personnelles, mais aussi professionnelles. Quand son mentor chez Liberty Seguros, Manolo Saiz, est pris la main dans le sac dans l'affaire de dopage Puerto en mai 2006, Contador est un temps impliqué. Il fera partie des coureurs écartés à la veille du prologue du Tour de France 2006. Avant d'être mis hors de cause un peu plus tard. "J'ai simplement eu le tort de me trouver dans la mauvaise équipe au mauvais moment", insiste-t-il. Mais le mal était fait. Depuis, le doute plane. Lors de la longue conférence de presse qu'il a tenue samedi soir, le maillot jaune a dû faire face à de nombreuses questions sur le dopage et l'affaire Puerto, assez peu sur sa victoire.


    Il sait ce qu'il veut

    Son passage à l'intersaison chez Discovery Channel, de Manolo Saiz à Johan Bruyneel, n'a freiné ni les soupçons ni sa progression. "Alberto est un coureur hors du commun, l'un des plus talentueux que j'ai eu à diriger", confiait récemment le manager belge. Contador sait ce qu'il veut, et sa victoire dans Paris-Nice au mois de mars lui a donné le surplus de confiance qui lui manquait. Bruyneel raconte cette anecdote révélatrice: "Juste avant le départ du Tour, j'ai fait le point avec chacun de mes coureurs. Pour Alberto, j'avais dressé la liste de ses rivaux pour le classement du meilleur jeune. Je lui ai dit 'tes adversaires seront sûrement Gerdemann et Dekker. Il m'a répondu 'j'espère plutôt que mes adversaires seront Valverde ou Evans." Il pensait, déjà, au maillot jaune.

    Ce sont pourtant les circonstances qui l'ont amené à prendre le leadership au sein de son équipe. Contador n'a rien réclamé. Aucun coup de force ni de gueule. Il s'est imposé comme une évidence en montagne, où il fut le seul à soutenir la comparaison avec Rasmussen. Arrivé au sommet bien plus tôt que prévu, le Castillan devra maintenant déjouer les pièges de son temps. Il est à souhaiter qu'il soit aussi blanc que le maillot qu'il a porté pendant près de deux semaines. Dans le flou artistique actuel, difficile de savoir si son règne peut s'avérer durable ou non. Ullrich a gagné son premier Tour à 23 ans, mais c'était aussi le dernier. Indurain et Armstrong ont attendu d'en avoir 27, mais ils en ont remporté 12 à eux deux. En attendant, son histoire est belle. Pourvu qu'elle le reste...
     

Partager cette page