Coup de soleil, herpès et déshydratation : les bobos de l'été

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 20 Juillet 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    Après une longue et dure année de labeur, voilà enfin des vacances bien méritées. Vous rêvez des lieux magiques que vous allez découvrir. Que ce soit à la mer, à la campagne ou à la montagne, le soleil darde ses rayons sans modération. C'est la saison des coups de chaleur, des coups de soleil. Fièvre, perte de connaissance, nausée…. Les tout-petits sont souvent les plus exposés à ces problèmes. Découvrez comment éviter ces désagréments ou comment y faire face pour profiter au maximum de ces instants de bonheur.

    Déshydratation
    Pendant l'été, il faut donc boire beaucoup et souvent, pour compenser des pertes d'eau plus importantes, dues essentiellement à la transpiration. Chaque jour, notre organisme perd de l'eau sous forme d'urine, de sueur et de liquide dans les selles. Ces éliminations s'élèvent à 2,5 litres par jour. Lorsque des apports équivalents de liquide ne viennent pas compenser ces pertes, un état de déshydratation s'installe. Cette dernière est l'un des maux qui guettent l'homme surtout par ces temps de chaleur. Elle constitue un grand danger qui peut menacer l'individu, et en particulier les enfants en bas âge.

    En fait, la déshydratation est due à la chaleur mais également à la consommation excessive de fruits mal lavés, à une longue exposition au soleil sans protection, ou sans boire. L'eau est tellement indispensable que l'être humain peut mourir s'il perd plus de 15% de son stock. C'est une quantité équivalente qui doit être consommée quotidiennement. Habituellement, les spécialistes recommandent de boire un litre et demi d'eau chaque jour. En cas de chaleur, ils recommandent de boire davantage. En effet, si les besoins en temps normal, sont arrêtés entre 1 et 1,5 litres d'eau à répartir sur 24 heures, en été, les choses se compliquent légèrement car les pertes en eau sont beaucoup plus importantes, les besoins aussi et par conséquent le volume d'apport doit être respecté. Donc, il faut impérativement remettre chaque jour à niveau notre "balance" hydrique. Si l'homme peut vivre quelques jours sans manger, il ne peut pas vivre sans boire. Mais quoi ? La meilleure boisson est bien sûr l'eau à volonté : eau du robinet, eau de source ou minérale, eau plate, eau gazeuse naturelle ou gazéifiée


    Boire beaucoup d'eau est le geste le plus élémentaire et le plus salutaire, voire le plus indispensable. Toute carence en eau peut occasionner des troubles graves allant de l'augmentation du taux d'urée, aux vomissements et diarrhées en passant par les troubles rénaux.
    Il ne faut donc jamais se priver de boire, surtout par temps chaud. Il faut savoir que la soif est un signal d'alarme nous rappelant qu'il faut boire, et que l'on doit éviter de laisser apparaître car elle est le signe que la déshydratation est en train de s'installer.

    Le coup de chaleur
    Le coup de chaleur ou hyperthermie, est dû à une exposition prolongée à une grosse chaleur à laquelle peut contribuer ou non le soleil, l'absence d'aération, le manque d'eau etc. Il frappe lorsque la personne est placée dans un endroit surchauffé (une pièce, une voiture laissée en plein soleil, au bord de la mer …) ou trop couverte. Il se traduit par une fièvre supérieure à 40°C, associée à des maux de tête, des vertiges, des nausées, des vomissements et des diarrhées.
    Il peut entraîner l'inconscience du sujet quelques minutes seulement après l'apparition des premiers symptômes.

    Ces accidents surviennent lorsque les mécanismes de régulation thermique du corps sont dépassés. Le coup de chaleur est particulièrement dangereux chez les enfants en bas âge et les personnes âgées qui ont des réserves en eau plus faibles et une faculté moindre à réguler la température du corps. Les signes annonciateurs du coup de chaleur sont des crampes ou des anomalies du comportement survenant après une exposition trop longue à une température élevée.

    que faire?
    Lorsqu'une personne présente ces symptômes elle doit être prise en charge le plus rapidement possible car elle est en danger de mort. Le premier geste est d'appeler immédiatement les secours. En attendant leur arrivée, la victime doit être déshabillée et installée dans un endroit frais, et être aspergé d'eau fraîche associée à un courant d'air. Si elle est consciente, donnez-lui des boissons fraîches. Pour ne pas en arriver là, il faut éviter de rester dans un endroit non aéré, limiter les efforts physiques, porter des vêtements légers et amples, prendre plusieurs douches tièdes et surtout boire beaucoup d'eau.

    L'herpès labial
    Tout le monde connaît le fameux bouton de fièvre appelé herpès labial : cloque purulente sur les lèvres ou autour de la bouche, qui se transforme en croûte pas très engageante. Ce petit bouton fait partie du cortège des " bobos " de l'été où le rayonnement du soleil est plus intense. Le premier contact avec le virus a le plus souvent lieu dans l'enfance. Il demeure en général "endormi" dans un ganglion nerveux, et se réactive à une fréquence variable selon les individus. Lorsque le virus se réveille, il se multiplie, la personne affectée ressent des picotements au niveau de la zone atteinte, une rougeur, puis des vésicules hautement contagieuses apparaissent. Elles se rompent, laissant la peau à vif, puis des croûtes se forment et mènent à la cicatrisation. L'herpès labial est bénin dans la plupart des cas, mais il peut devenir dramatique chez les bébés et chez les personnes immunodéprimées.

    Prévenir vaux mieux…
    La première chose à faire est de penser aux autres afin de ne pas les contaminer. Il faut également se protéger soi-même pour ne pas transmettre le virus aux autres endroits du corps. Pour cela, il faut se laver régulièrement les mains, éviter de toucher ou de gratter les lésions, surtout de se frotter les yeux, car la cornée est une des localisations privilégiées de cette affection. Les porteurs de lentilles doivent être particulièrement vigilants.

    La personne porteuse du virus n'est pas contagieuse entre les poussées. Il n'existe pas de traitements pour venir à bout de cette affection néanmoins, l'apparition du symptôme peut être rapidement prise en charge. Dès les premiers signes, démangeaisons, picotements, brûlures, foncez en pharmacie où vous pourrez vous procurer sans ordonnance des anti-viraux puissants, sous forme de crème.

    Ceux-ci empêchent le virus de se multiplier, et l'éruption du bouton. Pour limiter les récidives fréquentes, le médecin prescrira des comprimés d'anti-viraux qui sont plus adaptés. Enfin pour limiter la douleur et le nombre de crises, il ne faut pas trop s'exposer au soleil.


                                                                         PAR:Souad Ghazi

    Source: Le matin. 
     
  2. milagro

    milagro Visiteur

    J'aime reçus:
    61
    Points:
    0
    Re : Coup de soleil, herpès et déshydratation : les bobos de l'été

    merciiiiiiiiiiii pour ces conseils...
    le soleil fait un coup de tabac , surtout aprés une bonne journée de natation!
    [07h]
     
  3. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    Re : Coup de soleil, herpès et déshydratation : les bobos de l'été

    pas de quoi, fais gaffe du soleil!!!
     

Partager cette page