Coupe de France 2009 : Guingamp remporte la coupe

Discussion dans 'France' créé par simo160, 10 Mai 2009.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    [​IMG]
    Pensionnaire de Ligue 2, Guingamp a remporté la finale de la Coupe de France au nez et à la barbe de Rennes (2-1). Comme Le Havre, 50 ans auparavant. Mené, l'En Avant a su renverser la situation au Stade de France pour s'offrir son premier trophée et s'ouvrir les portes de l'Europe.

    RENNES-GUINGAMP: 1-2
    Buts: Bocanegra (69e) pour Rennes. Eduardo (72e et 83e) pour Guingamp.


    L'important c'est d'y croire. Juste cela. Plus facile à dire qu'à faire répondra sans doute Guy Lacombe, entraîneur du Stade Rennais. Pourtant, l'équipe supposée être la plus forte sur le papier n'a pas su être à la hauteur d'une finale de Coupe de France. La rencontre qui a clôturé l'édition 2008-2009 de cette compétition tant convoitée n'a pourtant rien eu à voir avec tous les matches si ternes et sans émotion disputés jusqu'à présent. La vieille dame méritait mieux que ça. Et pour une finale, elle a été servie. Les deux formations ont ainsi livré une partie finalement assez plaisante et servi un vrai scénario de "Coupe" tout simplement. Mais à la fin, comme on a souvent eu l'habitude de le voir ces dernières années dans nos vertes contrées, l'issue fût surprenante.

    Guingamp s'est finalement offert LA Coupe (2-1). Les hommes de Victoir Zvunka offraient par la même occasion un premier trophée, au club, et à Noël Le Graet, son emblématique président. Ils sont également devenus la première équipe à battre une équipe d'une division supérieure depuis 1959. Cette année-là, Le Havre, alors en deuxième division comme la formation armoricaine, ce soir, avait alors battu le FC Sochaux. Un succès historique donc pour l'EAG, qui n'a pas volé ce succès, tant, au contraire de son adversaire de Ligue 1, la volonté de soulever la Coupe a transparu. Plus impliqués, sans complexes et avec de meilleurs joueurs de ballon que le septième de Ligue 1, les Guingampais ont fait fi de leur désavantage physique pour croire en leur rêve fou.

    L'offensive récompensée

    Rennes n'a, pour sa part, jamais su emballer le cours de la partie, signe que les pensionnaires du Stade de la Route de Lorient finissent difficilement la saison et dans un contexte où règne une certaine incertitude. Signe également que les joueurs d'Ille-et-Vilaine doivent se forcer pour proposer du jeu, ce qu'ils n'ont pu faire que lors de la première demi-heure de la seconde période mais là encore de manière très brouillonne et sans le sentiment de véritablement dominer son sujet. Et malgré l'ouverture du score de Carlos Bocanegra (1-0, 69e), qui marquait là son premier but en France, Rennes a encore fait étalage de quelques faiblesses. Ce qu'a pu exploiter Guingamp, déjà en ballotage favorable à l'issue du premier acte.

    Car grâce à un Wilson Oruma très actif, en particulier, et surtout un collectif très cohérent et solidaire, le treizième de Ligue 2 a beaucoup gêné la construction du jeu adverse, pressant haut et dévorant Benoît Cheyrou et Fabien Lemoine dans l'entrejeu. En alliant vitesse et technique, les "petits poucets" se procurèrent alors trois occasions franches (12e, 28e, 30e). Nicolas Douchez repoussait, à ce moment de la partie, un danger de plus en plus pressant. Et pourtant, c'est au moment où les supporters rennais s'y attendaient le moins qu'Eduardo (sept buts en Championnat et cinq en Coupe), décisif dans le beau parcours des siens, qui allait transportait son équipe au septième ciel. Rapidement après le but rennais, l'attaquant brésilien remettait sur les rails sa formation (1-1, 72e) avant de matérialiser les espaces proposés par un second but (1-2, 83e). Avec ce trophée inespéré, Guingamp s'ouvre les portes des étoiles, celles de l'Europe.


    LA DECLA : Victor Zvunka (entraîneur de Guingamp)

    "C'était marqué dans les vestiaires : '50 ans, gagnez et vous rentrerez dans l'histoire'. Mes joueurs sont allés la chercher (la victoire), parce qu'on a eu un début de deuxième mi-temps difficile. On prend ce but, mais on ne baisse pas les bras et derrière on retourne au combat et on marque deux superbes buts. Je félicite les joueurs, je suis super heureux parce qu'ils ont été au bout de ce qu'on pouvait faire. Je crois qu'on a démontré dans les matches que l'on vient de faire (depuis les quarts) qu'on avait une belle équipe."

    Eurosport
     

Partager cette page