Coupe de l'UEFA - Finale : la Coupe de l'UEFA a sacré le Shakhtar Donetsk à Istanbul

Discussion dans 'Uefa competitions' créé par simo160, 21 Mai 2009.

  1. simo160

    simo160 Accro Membre du personnel

    J'aime reçus:
    100
    Points:
    48
    La Coupe se couche à l'Est​


    [​IMG]
    Pour sa dernière édition avant l'Europa League, la Coupe de l'UEFA a sacré le Shakhtar Donetsk à Istanbul. Tombeur du Werder Brême en finale (2-1 a.p.), il devient le premier club ukrainien de l'ère post-soviétique à décrocher un titre européen. Le signe de l'émergence d'un nouvel eldorado.

    SHAKHTAR DONETSK - WERDER BRÊME: 2-1 (a.p.)
    Buts: Luiz Adriano (25e) et Jadson (96e) pour Donetsk - Naldo (35e) pour Brême


    On le répète à l'envie, le football européen se lève un peu plus souvent, jour après jour, année après année, saison après saison, à l'est. Pour cette dernière édition de la Coupe de l'UEFA, qui prendra dès la saison prochaine le nom d'Europa League, le Shakhtar Donetsk n'a pas failli à la réputation grandissante des clubs logés dans l'ancien bloc communiste, en Russie et en Ukraine tout particulièrement. Après le CSKA Moscou en 2005, le Zenit Saint Pétersbourg l'an passé, c'est au tour d'un autre club dit "de l'Est" de soulever le fameux trophée, au nez et à la barbe du Werder Brême (2-1). La victoire du Shakhtar consacre ainsi une certaine idée du football, un amalgame entre la rigueur et la créativité des Sud-Américains mais aussi celui de l'argent triomphant.

    Entre quelques uns des meilleurs internationaux slaves, de l'Ukrainien Dmytro Chygrynski au capitaine et intraitable aboyeur croate Darijo Srna en passant par le Polonais Marcin Lewandowski, et les talents brésiliens attirés à prix d'or afin de conquérir l'Europe, le Shakhtar a finalement su trouver la bonne alchimie. Les défenseurs, par leur combativité et leur rigueur, ont ainsi beaucoup aidé dans la conduite de cette aventure conclue de manière heureuse à Istanbul. Sous la houlette du sous-estimé Mircea Lucescu, le Shakhtar a basé son succès final, comme la plupart de ses autres résultats, grâce à une défense très basse pour gêner au mieux les nombreux appels de balle des attaquants du Werder, Claudio Pizarro en particulier.

    Une histoire en marche

    Pourtant, Donetsk a, malgré son potentiel technique, laissé venir la formation allemande pendant la majeure partie de la rencontre pour mieux la contrer. Car c'est là que le Shakhtar a puisé sa force depuis le début de la compétition. Hormis le premier quart d'heure au cours duquel le quatuor magique brésilien Jadson-Willian-Ilsinho-Luiz Adriano a essayé de trouver des espaces grâce à des séquences à une touche de balle souvent concluantes, le danger est surtout venu depuis les premières relances. Soit par Lewandowski, soit de l'axe par l'entremise de Fernandinho, évoluant presque en tant que deuxième meneur de jeu aux côtés de Jadson, ou même par les côtés avec les incessantes montées de Srna dans son couloir droit.

    Et malgré le pressing haut et efficace des Allemands et donc la raréfaction de ballons, les occasions les plus franches ont été, au cours de la première période, pour le Shakhtar. A l'ouverture du score de Luiz Adriano (1-0, 25e), déjà buteur contre l'OM au Vélodrome en quarts de finale, le Werder a su être patient pour répondre. Comme sur le premier but ukrainien, conséquence d'un mauvais alignement, Naldo a profité de l'erreur de main du gardien Andrey Pyatov pour récompenser la domination de plus en plus latente de son équipe (1-1, 35e). A l'espoir d'une finale plaisante a finalement succédé la tension et la fébrilité.

    Les fautes se sont multipliées et les moments de tensions également. Mais c'est finalement la formation la plus solide et, assurément, la plus talentueuse qui a finalement décroché le gros lot par Jadson. Le Brésilien, éclipsé d'ailleurs par Fernandinho en début de partie, a donné la victoire aux siens pour poser définitivement son emprunte sur la finale (2-1, 96e). Si l'histoire de la Coupe de l'UEFA est désormais terminée, l'histoire européenne du Shakhtar et celui de ses voisins a commencé et pour de bon.

    LA DECLA : Mircea Lucescu (entraîneur du Shakhtar Donetsk)

    "Je suis bien sûr très heureux, je ne peux que remercier tous ceux qui ont participé à cette campagne victorieuse, les joueurs, le président, l'encadrement. Nous avons battu un adversaire très valeureux qui a battu des équipes italiennes comme l'AC Milan et l'Udinese pour parvenir en finale. On a contrôlé la rencontre comme on le voulait, malheureusement, on n'a marqué qu'un seul but en première période. Après l'égalisation, c'est devenu plus difficile, on a perdu un peu la maîtrise du jeu, mais je crois qu'on était la meilleure équipe, nous sommes le vainqueur logique de cette finale".



    Eurosport
     

Partager cette page