Crimes de guerre à Tindouf

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 25 Septembre 2005.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    L'ambassadeur représentant permanent du Royaume du Maroc auprès des Nations Unies a remis vendredi une lettre au président du Conseil de sécurité au sujet de l'entreprise de diversion et de propagande qui a été menée au Sahara marocain. Après avoir rappelé la fin de " la détention arbitraire des derniers prisonniers marocains, qui étaient encore détenus à Tindouf ", il a noté que " le dossier des violations graves des droits des Marocains, détenus sur le territoire algérien demeure ouvert, y compris pour ceux nombreux qui ont succombé aux traitements inhumains et dégradants de leurs tortionnaires ".

    Pour M. Bennouna, " ces crimes de guerre caractérisés, qui ont été commis à l'encontre de milliers de prisonniers marocains ne peuvent, au regard du droit international et de l'éthique, rester impunis ".

    " Quant aux milliers de Marocains civils qui se trouvent encore dans les camps, a-t-il ajouté, ils ne jouissent d'aucun des droits fondamentaux de la personne humaine notamment la liberté d'expression et de circulation ". Aussi, le Maroc n'a-t-il jamais arrêté de dénoncer ces violations des droits de l'Homme " qui portent gravement préjudice aux populations, prises en otage, au mépris de tous les principes qui régissent le droit d'asile ".

    " C'est dans ces circonstances, a poursuivi M. Bennouna, qu'une entreprise de diversion et de propagande a été engagée au Sahara, notamment à Laâyoune, au travers de provocations et d'actes criminels violents, portant atteinte aux personnes et aux biens et troublant gravement l'ordre public ". Il a, en substance, précisé que le Royaume, " a tout naturellement réagi à ces événements provoqués, en se conformant pleinement aux règles de droit et aux procédures judiciaires garantissant un procès équitable ".

    Préoccupé par de tels agissements, le Royaume a-t-il ajouté, se devait d'attirer l'attention du Conseil de sécurité, à la veille de la visite que M. Van Walsum, envoyé personnel du Secrétaire général, s'apprête à effectuer dans la région en vue de s'enquérir des positions des uns et des autres au sujet du différend sur le Sahara.

    L'ambassadeur représentant permanent du Royaume du Maroc auprès des Nations Unies a également noté que les manoeuvres des ennemis de notre intégrité territoriale coïncident avec leurs " déclarations officielles rigides qui visent à entraver la relance du processus de recherche d'une solution politique ".

    Le Matin

     

Partager cette page