Crise: L’emploi reprend

Discussion dans 'Info du bled' créé par Med Omar, 14 Décembre 2009.

  1. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    · L’automobile augmente ses effectifs de 14,32% en octobre

    · 4,69% des salariés disparus des registres de la CNSS




    [​IMG]


    Les effectifs dans les secteurs touchés par la crise se stabilisent. Les dernières statistiques de la CNSS confirment la reprise dans les activités qui ont le plus souffert de la conjoncture internationale. Même si certains secteurs continuent à dégraisser, les pertes d’emplois restent dans des fourchettes «acceptables». Un diagnostic précis de la situation sera établi lors de la prochaine réunion du comité de veille prévu mardi 15 décembre et durant laquelle la CGEM devrait également décliner son analyse de la situation.
    A fin octobre, seulement 4,69% des assurés ont disparu des registres de la CNSS. En parallèle, le nombre de jours déclarés a reculé de 2,83%. Même les secteurs où l’on pronostiquait le pire tirent leur épingle du jeu. L’automobile, un secteur où les pertes d’emplois dans d’autres pays ont été importantes, crée la surprise. Les postes perdus jusque-là semblent avoir été récupérés. Pour le deuxième mois consécutif, ce secteur enregistre une augmentation de ses effectifs, soit 7,72% en septembre et 14,32% en octobre. Et par ricochet, le nombre de jours déclarés a également grimpé (18,21%).
    Dans le tourisme, les baisses des effectifs tournent autour de 3,35%. Soutenu par les performances des résidents, ce secteur enregistre aussi une reprise. Selon les statistiques du ministère du Tourisme, les nuitées réalisées dans les établissements d’hébergement classés ont progressé de 1,3% en octobre. Les arrivées aux postes frontières ont également progressé de 11%, soit une hausse de 6% des arrivées des étrangers et 20% des MRE (cf. www.leconomiste.com).
    Les BTP remontent également la pente. Dans cette activité, seuls 4,06% d’assurés ont disparu des registres de la CNSS. En revanche, le nombre de journées de travail déclarées n’a pas été affecté par le recul des effectifs.
    Autre secteur à s’en sortir, le textile où les prévisions des opérateurs étaient plus qu’alarmantes. Les effectifs déclarés par les entreprises textiles ont régressé de 4,69% alors que le nombre de journées déclarées a baissé de 2,83%. Dans ce secteur, les entreprises ont été nombreuses à recourir au plan de soutien mis en place par le gouvernement. Sur 371 entreprises dont la CNSS a pris en charge les cotisations sociales, 83% opèrent dans le textile, 8% dans le cuir et 9% sont des équipementiers automobiles. Les montants concernés représentent environ 16% de la masse salariale déclarée par les entreprises bénéficiaires. Un niveau qui ne semble pas gêner outre mesure puisque l’objectif recherché est le maintien de l’emploi. Chiffres à l’appui, la CNSS confirme que la baisse de l’effectif des salariés déclarés par les entreprises non bénéficiaires est plus importante.
    Dans le textile par exemple, elles ont perdu 11,17% de leurs salariés contre 0,32% dans les établissements soutenus. Dans les premières, le nombre de jours déclarés à la CNSS a baissé de 10,40% alors que dans les secondes il a augmenté de 4,71%. Idem dans le cuir où les entreprises qui n’ont pas bénéficié de l’aide de l’Etat ont énormément réduit leurs effectifs que dans celles qui ont eu recours aux mécanismes mis en place par le comité de veille stratégique.


    source : L'Economiste
     

Partager cette page