Croissance en 2006 : les deux scénarios de Lahlimi

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 24 Janvier 2006.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    4,7 % ou 5,2 % de taux de croissance selon que la récolte céréalière est moyenne (60 millions de quintaux) ou bonne (75 millions de quintaux).
    Les activités non agricoles marchandes progresseraient fortement.
    Nouvelles normes de calcul pour le PIB. à partir de juillet prochain.

    Le Haut commissariat au plan (HCP) vient d’élaborer le budget économique prévisionnel pour 2006 dans lequel, tenant compte des mesures prises dans la Loi de finances pour le prochain exercice et moyennant un certain nombre d’hypothèses, il dresse la configuration possible de l’activité économique du pays. Cet exercice fait suite à un autre, le budget économique exploratoire, élaboré l’été dernier, et par lequel le HCP avait esquissé à grands traits les contours de l’évolution économique en 2006, sans disposer à ce moment-là des données et mesures incluses dans la Loi de finances.
    Pour se prémunir contre les retournements de conjoncture, toujours possibles, en particulier l’arrivée ou non des pluies du printemps, le HCP a construit son budget prévisionnel sur deux scénarios. Le premier, prenant comme hypothèse une campagne céréalière moyenne (60 millions de quintaux), prévoit un taux de croissance de 4,7 %, soit 0,7 point de moins que l’objectif fixé par le gouvernement (5,4 %). Le second scénario, plus optimiste, est basé, lui, sur une campagne de 75 millions de quintaux et le taux de croissance prévu, selon cette configuration, serait de 5,2 %.
    L’un comme l’autre de ces scénarios tiennent évidemment compte, également, du comportement de l’environnement international : une consolidation de la croissance mondiale autour de 4,3 %, tiré notamment par la Chine (8,2 %), les USA (3,3 %), le Japon (2 %) et l’Union européenne (1,8 %) ; la hausse du prix moyen du baril de pétrole de 54,7 dollars en 2005 à 61,4 dollars (prévisions du FMI) ; et une parité euro-dollar légèrement en baisse à 1,17 au lieu de 1,2 en 2005.

    Au plan interne, le secteur non agricole marchand (donc hors administration), le vrai producteur de richesses, progresserait de 4,4 %, au lieu de 4,9 % en 2005. Il y a là un léger recul, mais la croissance reste forte, si l’on se rappelle que dans les années 90, la progression ne dépassait pas les 3 %. Les contributeurs à cette croissance du secteur marchand non agricole seront notamment les mines, l’énergie, le BTP et les industries manufacturières, soit à peu près l’ensemble de l’activité secondaire - à l’exclusion de l’industrie du textile, en butte à des difficultés découlant essentiellement du démantèlement de l’accord multifibres depuis le 1er janvier 2005.
    En ce qui concerne les activités tertiaires, les services marchands (tourisme, télécommunications, transports, commerce et activités financières) verraient également leur valeur ajoutée progresser de manière importante : 4,3 % au lieu de 4 % en 2005. Le secteur touristique en particulier devrait poursuivre sa tendance positive en affichant une hausse de sa valeur ajoutée (réelle) de l’ordre de 7,5 %. Et ceci eu égard notamment à l’accélération du rythme d’exécution des chantiers programmés dans le cadre de la Vision 2010 et à la libéralisation du transport aérien, entre autres.
    Comme dans presque toutes les économies en développement, la croissance est souvent, sinon toujours tirée par la demande interne, et tout particulièrement la consommation des ménages. C’est encore plus vrai du Maroc où la forte corrélation qui existe entre croissance et agriculture se retrouve de manière assez nette dans la progression du PIB et de la consommation : quand l’agriculture se porte bien, le PIB global augmente corrélativement et, du fait d’une forte autoconsommation des produits agricoles, la consommation des ménages enregistre des taux de progression proches de celui du PIB.
    Amélioration des revenus des ménages ruraux


    Lire La Suite

    Source: La Vie Economique

    _________________________________________________

    propose par aghilasse
     

Partager cette page