Déclarations de l'Algérie sur le Sahara, Quelles strategies entreprendre?

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 23 Mai 2005.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    Le Royaume du Maroc déplore vivement les dernières déclarations et positions officielles de l'Algérie sur la question du Sahara Marocain, indique un communiqué du ministère des affaires étrangères et de la coopération parvenu dimanche à la MAP.



    Le Royaume du Maroc, ajoute le texte, regrette profondément que de telles positions soient volontairement réitérées après la visite historique de SM le Roi Mohammed VI en mars dernier à Alger et à la veille de la tenue en Libye d'un sommet prometteur de l'Union du Maghreb Arabe.


    Voici le texte intégral du communiqué:


    "Le Royaume du Maroc déplore vivement les déclarations et positions officielles que l'Algérie a cru devoir exprimer ces derniers jours sur la question du Sahara marocain, alors que les deux pays voisins et frères avaient décidé, en mars dernier à l'occasion de l'importante et historique visite de SM le Roi Mohammed VI à Alger, de s'engager résolument et sincèrement dans la voie de l'apaisement et de la normalisation en laissant notre question nationale trouver une solution définitive dans le cadre des Nations Unies.


    En effet, l'Algérie a paradoxalement opté, à la veille de la tenue en Libye d'un sommet prometteur de relance de l'Union du Maghreb arabe, de recourir, avec une singulière insistance à une argumentation pour le moins spécieuse, sur la question du sahara.


    L'Algérie ne se contente pas de rappeler des positions de principe. Elle adopte un parti pris systématique contre les intérêts supérieurs du Royaume en procédant à une lecture obstinément tronquée de la légalité internationale et en empruntant un argumentaire qui s'écarte de l'esprit et de la lettre des récentes résolutions du Conseil de Sécurité.



    Ainsi, l'Algérie demande au Maroc d'accepter et de mettre en oeuvre le plan Baker II de 2003, pourtant largement dépassé au point que les Nations unies appellent officiellement depuis à la nécessité de sortir de l'impasse actuelle et de progresser vers une solution politique et définitive à négocier.


    A quelques jours de la tenue à Tripoli d'un sommet maghrébin tant attendu après une interruption de onze années, en raison justement du différend algéro-marocain sur la question, l'Algérie va jusqu'à attribuer au ''Front Polisario'' le statut de "mouvement de libération du peuple sahraoui", ignorant ainsi la large majorité d'authentiques sahraouis fermement attachés à leur marocanité.


    En outre, l'Algérie affirme que le "peuple sahraoui résistant" doit exercer "sa souveraineté sur ses territoires et recouvrer sa liberté et son indépendance''.


    Le Royaume s'étonne fortement de telles positions et en rejette les fondements. Il regrette profondément que ces positions soient volontairement réitérées dans une démarche pour le moins contradictoire tant avec l'approche bilatérale récemment retenue qu'avec la volonté de donner au processus d'intégration maghrébine une réelle chance de progression et de succès dans une vision unitaire et respectueuse des intérêts supérieurs des Etats membres de l'Union du Maghreb Arabe".

    Source: MAP
     

Partager cette page