DÉCOUVREZ LES TRÉSORS CACHÉS DU MAROC / les villes au maroc.....

Discussion dans 'Nouvelles (9issass 9assira) & Chroniques' créé par izeli, 31 Mars 2007.

  1. izeli

    izeli ●[●ЖΣΨ

    J'aime reçus:
    229
    Points:
    63
    Comment ont été édifiées les villes du Maroc? Qui a construit ces édifices aux décors si somptueux qui forcent notre admiration? Durant toute l'histoire de l'architecture du Maroc, on a toujours mieux connu les édifices et les mécènes qui les ont commandés que les artistes qui les ont créés. On parle de l'architecture almoravide, almohade, mérinide, et presque jamais de la réalisation de tel ou tel architecte, ou de tel ou tel maître d'œuvre.
    vols maroc Car la construction était le produit du travail d'une multitude de corps de métier spécialisés (maçons, menuisiers, plâtriers, sculpteurs, charpentiers, peintres ... ), supervisés non par un architecte tel que nous le concevons aujourd'hui, mais par un maitre d'œuvre. Dans la pratique, la conception du plan des villes et des édifices se précisait oralement et dépendait directement de savoir-faire accumulés au cours des siècles. Parfois, les édifices complexes se réalisaient sur une longue durée, qui dépassait plusieurs générations de bâtisseurs. Souvent, des mosquées ou des palais voyaient leur configuration initiale se transformer complètement au cours des années de leur réalisation.


    A travers toutes les villes du Maroc, on retrouve toujours cette passion pour l'architecture, cette somptueuse beauté orientale, l'agitation des souks et des médinas, le calme des petites places ombragées plus reculées. L'envoutement est garanti pour le voyageur.
     
  2. izeli

    izeli ●[●ЖΣΨ

    J'aime reçus:
    229
    Points:
    63
    Re : DÉCOUVREZ LES TRÉSORS CACHÉS DU MAROC / les villes au maroc.....

    Midelt


    [​IMG]

    Au coeur du moyen Atlas, entre Meknes et Errachidia se situe Midelt . Cette petite ville marocaine est depuis longtemps un grand centre agricole basé sur l’exploitation des pommiers , la ville est entourée par plusieurs villages agricoles , touristiques et des sites d’exploitation minérale. En plus ville est très riche par les gisements de pierres fossiles de toutes sortes et ont donné naissance à une activité économique florissante, mais qui gagnerait à être organisée pour bénéficier au plus grand nombre.

    Malgré son climat dur, Midelt est une terre fertile et généreuse ; elle est connue depuis longtemps par sa richesse minérale qui été exploités jusqu’aux années 80, mais actuellement seule l’extraction des roches précieuses tel que la"Vanadinite " [​IMG]domine l’activité des habitants de la région surtout à Ahouli et Mibladen. Le nom de Midelt est lié depuis plusieurs années aux pommes . Cette petite ville occupe, au niveau national, la première place dans la production de ce fruit, tant sur le plan quantité, que sur le plan de la qualité. La région produit également un grand nombre de variétés de pommes.

    Le mousem des pommes et une fête célébré chaque années au mois d’octobre, c’est une occasion pour la commercialisation et la publicité de ces produits et aussi le moment pour ce rencontrer et découvrir la beauté et le charme de cette région. Sur la route de Tafilalet, Midelt est une région touristique riche de sa bonne nature montagnarde et de ses habitants au naturel très accueillant. Midelt a un site touristique d’une beauté extraordinaire. Il s’appelle Jaafer et offre une magnifique vue au pied de Jbel El Ayachi . C’est un pole touristique connu par les visiteurs de la région depuis longtemps.

    Il y a d ‘autres places plus belles et merveilleuses mais qui n’ont pas une très grande réputation comme les sites de Jaâfer et Ahouli. Il existe aussi d’autre places qui ne sont pas encore découvertes par le grand public, des places qui sont vraiment très grandes et magnifiques. C’est la nature montagnarde à l’état pur comme Ait Ben Azou, Bertat, Ain Zriuila et Sidi-Said. C’est toute la beauté et la magie du Moyen Atlas que l’on retrouve dans ces localités, accueillantes et charmeuses. La majesté des cédres, les odeurs des arbres fruitiers et les mille et une senteur de la flore locale sont autant d’éblouissements qui excitent tous les sens des visiteurs. Midelt, c’est aussi la limite de deux mondes.

    D’un côté, le Moyen Atlas et de l’autre, le Tafilalet. Sur le plan géographique, climatique, culturel et ethnique, Midelt marque la frontière entre deux espaces bien distincts. Mais il n’y a pas de rupture. Bien au contraire, il y a une continuité qui vous fait passer d’un mode de vie à un autre, d’une nature à une autre et d’un climat à un autre, sans heurt. C’est tout le charme de cette région.
     
  3. ID^^

    ID^^ Accro

    J'aime reçus:
    375
    Points:
    83
    Re : DÉCOUVREZ LES TRÉSORS CACHÉS DU MAROC / les villes au maroc.....

    merci izeli bon travail [17h]
     
  4. izeli

    izeli ●[●ЖΣΨ

    J'aime reçus:
    229
    Points:
    63
    Re : DÉCOUVREZ LES TRÉSORS CACHÉS DU MAROC / les villes au maroc.....

    Azrou


    [​IMG]

    Azrou, dont le nom signifie le rocher en berbère, est une petite station estivale à 1200 m d'altitude. Elle est située au croisement des routes qui partent de Meknes et de Fès vers le sud. Les maisons sont construites en pisé et couvertes de tuiles rondes prs de la vieille Kasb de la fin du XVIIè siecle. Au Marché du vendredi, mais surtout à la coopérative artisanale, on trouve des tapis berbères de belle qualité, des poteries et des objets en bois de cèdre. Azrou reçoit au printemps la foire aux moutons.
    tous les vols vers le Maroc...

    Au sud-ouest, la route passant par Ain-Leuh ( Souk pittoresque le lundi et jeudi ), et traversant la foret de cèdres, mène aux sources de Oum-er-Rbia. 40 km après Ain-Leuh, ces sources du plus grand fleuve du Maroc sont accessibles à pied (10 min). Au pied de la falaise surgissent des sources vauclusiennes dans lesquelles on verra de nombreuses truites. En poursuivant vers le sud jusqu'a Khenifra, la route traverse une foret de chenes et de cèdres; on y rencontre parfois des singes.

    Au sud-est, par la route de Midelt, puis par une piste sur la gauche à 8 km, on accède au célèbre cèdre Gouraud, haut de 40 m. Ce cèdre de l'Atlas porte le nom d'un colonel français qui fut Résident général en 1917. Les cèdres sont admirables pour leur forme large et conique. On vous proposera ici des ammonites ou des pierres semi-précieuses. Continuez la piste et tournez vers le Michliffen; petite station de ski à 2000 m d'alt., trés fréquentée en hiver. Continuez vers le nord-est pour parvenir à Ifrane en passant par Tizi n'Tretten.

    Au nord-ouest, sur la route de Meknes, au belvédère d'Ito arretez vous pour admirer le panorama grandiose sur la vallé du Tigrigra.
     
  5. izeli

    izeli ●[●ЖΣΨ

    J'aime reçus:
    229
    Points:
    63
    Re : DÉCOUVREZ LES TRÉSORS CACHÉS DU MAROC / les villes au maroc.....

    bghit kol wahed dp une ville ou bien une région au maroc ...saraha 70% men el maghareba ma3refinch les villes marocaine ...7echoma [42h]
    khasena ne3arefo el maghrib deyalna 3ad nechofo 3la barra aw la? [:Z]
     
  6. izeli

    izeli ●[●ЖΣΨ

    J'aime reçus:
    229
    Points:
    63
    Re : DÉCOUVREZ LES TRÉSORS CACHÉS DU MAROC / les villes au maroc.....

    [22h] oui jdid acheno dehar likom fih 3andak ghir ijb liya les mois -- tani [07h]
     
  7. izeli

    izeli ●[●ЖΣΨ

    J'aime reçus:
    229
    Points:
    63
    Re : DÉCOUVREZ LES TRÉSORS CACHÉS DU MAROC / les villes au maroc.....

    Imilchil

    [​IMG]

    Le village d’Imilchil , situé à 200 km d’Errachidia, au Sud-Est du Maroc et dont la notoriété dépasse les frontières nationales, grâce à son moussem de Tisli et Tislet, souffre, à l’instar de toute la région, de l’isolement et la marginalisation, à cause de considérations géographiques et historiques, dont les événements qui ont eu lieu dans la région et précisément, à Imilchil en 1973. Isolement et marginalisation qui se traduisent par l’absence des infrastructures les plus indispensables, à savoir : eau potable, électricité, équipements médicaux et spécialisations sanitaires, revêtement de routes. Ce qui empêche les habitants de jouir pleinement de leurs droits économiques et sociaux et partant, de leurs droits culturels, politiques et civils, stipulés dans la Constitution, les conventions et les chartes des droits de l’Homme ; ce qui les expose aux divers crimes économiques (corruption, pillage et détournement de fonds publics, népotisme etc.) ; met leurs vies en danger permanent et les relègue au rang des laissés pour compte dans tout projet de développement. Depuis 1991, les habitants ne cessent de présenter leurs revendications à tout responsable, tant national que régional, qui daigne faire le déplacement, jusqu’à cette petite partie oubliée de notre patrie. Jusqu’au 5 mars dernier, ils n’ont eu droit qu’à des promesses et engagements sans lendemain. Depuis le 6 mars, c’est à d’autres traitements qu’ils auront désormais droit ; lesquels ne leur sont pas pour autant inconnus : ils sont toujours aussi présents, tout comme les souffrances et les malheurs qu’ils ont occasionnés, il y a trente ans auparavant -et continuent d’occasionner- aux habitants, dans la mémoire et sur le corps collectif, toujours aussi meurtris de ceux-ci.

    Ce 6 mars, ils organisèrent un sit-in devant le cercle administratif et exigèrent des négociations directes et sérieuses, au sujet de leurs revendications, avec le gouverneur en personne et non avec la commission qui leur a été déléguée, du fait que nombre de problèmes dont souffre le village découlent d’abus, d’exactions et de corruption de plusieurs de ses membres. Mais comme toujours, les priorités et les soucis sécuritaires l’emportent dans cette région où les libertés sont violemment réprimées, vu les considérations géographiques et historiques sus-citées. Les événements ont dégénéré ce 6 mars. Les gendarmes arrêtèrent l’un des manifestants, Belhacen Ali, un étudiant. Quand ces derniers tentèrent de le libérer, les gendarmes les réprimèrent violemment à coups de matraques et tirèrent même des balles en l’air. A la suite de quoi les manifestants, terriblement effrayés, prirent aussitôt la fuite. A noter que le chef du cercle administratif n’avait pas suivi les procédures légales en vigueur, pour exiger le lever du sit-in. Il n’était pas non plus, en tenue officielle à ce moment-là. Le lendemain, 7 mars, les habitants reprirent courage et organisèrent un second sit-in devant la gendarmerie, pour exiger la libération de l’étudiant ; sit-in qu’ils levèrent aussitôt, suite à la promesse de libération qu’ils reçurent. Cette promesse s’est avérée, plus tard, être une simple tactique des autorités locales pour gagner du temps, en attendant les renforts qui arrivèrent le jour même, assiégèrent le village et semèrent la terreur. Samedi 8 mars, aux premières heures du matin, les maisons et les lieux publics (café, télé boutique) furent investis par les forces de sécurité et 21 citoyens furent arbitrairement arrêtés, dont certains n’avaient même pas pris part au mouvement de contestation et étaient là uniquement pour s’approvisionner au souk hebdomadaire. Les biens et les vivres des habitants furent aussi détruits et ravagés. A leur arrestation, ces citoyens subirent des tortures et divers traitements dégradants et inhumains, à la gendarmerie avant d’être transférés à Errachidia. Ils furent même privés de la nourriture que leurs familles leur apportaient. C’est ce qui ressort des déclarations de certains d’entre eux après leur libération, à la section de l’Association Maroc aine des Droits Humains à Errachidia, qui, dès qu’elle a eu vent des événements, a intensifié ses contacts auprès des autorités, pour plus d’informations sur les événements et pour s’assurer du sort des victimes, ainsi qu’auprès des familles de celles-ci, pour entendre leurs propres versions des faits et apporter son soutien aux unes et aux autres. Elle a, par la suite, établi un rapport sur les faits et émis un communiqué où elle dénonce la répression violente de la manifestation pacifique des habitants, le siège et la terreur qui lui sont imposés, la destruction de leurs biens, la détention de nombre d’entre eux, ainsi que la torture et les traitements inhumains qu’ils ont subis. Elle revendique aussi des autorités la libération immédiate des citoyens détenus, la fin de toute poursuite judiciaire contre eux, la levée du siège sur Imilchil, la punition des véritables responsables de ces fâcheux événements et l’engagement de véritables et sérieuses négociations avec les habitants, en vue de solutions complètes et justes à leurs problèmes.

    A Errachidia, les détenus furent présentés, hier, lundi 10 mars, devant le Procureur du roi près le tribunal de Première instance. Deux d’entre eux furent cependant, libérés auparavant, bénéficiant ainsi, d’une part, de leurs relations suspectes avec les autorités à Imilchil et d’autre part, de l’intercession de certains députés locaux, après avoir, toutefois, accepté de témoigner contre les autres détenus. A vingt heures de ce même jour, dix de ces citoyens comparurent de façon exceptionnelle, devant le tribunal de première instance ; quatre d’entre eux, en état d’arrestation et six en état de liberté provisoire. Quant aux autres, ils furent relâchés quelques minutes auparavant.

    Les chefs d’accusation qui pèsent sur les détenus sont : l’attroupement non-armé, l’injure publique et l’agression contre un fonctionnaire en exercice, allusion faite au gendarme blessé, pendant les événements, par une pierre qui lui aurait été jetée, selon certaines victimes, par l’un des membres de la commission sus-citée, puisque selon ces victimes, la manifestation était purement pacifique ; en outre, aucun des manifestants n’avait eu l’occasion d’agir, l’intervention des gendarmes ayant aussi brusque que brutale. La Cour a rejeté la demande de liberté provisoire présentée par la défense, Me Hamidi.

    Aujourd’hui encore, le village continue d’être assiégé ; les biens et les vivres continuent aussi, d’être détruits et saccagés et les habitants vivent dans la terreur, confinés chez eux - qui n’est plus chez eux, puisque les maisons continuent d’être investies à tout moment, par les forces -, ou fuyant sur les monts voisins ou vers les villes voisines, là où ils ne sont pas plus en sécurité, du fait qu’ils sont partout et étroitement recherchés, comme s’ils étaient de dangereux criminels, ou plutôt de terribles terroristes. Tout cela pour avoir, pacifiquement, réclamé des droits tellement rudimentaires, et tellement insuffisants pour assurer les moindres exigences du droit à une vie digne ; ce droit qui est refusé à l’ensemble des habitants de cette région et encore plus à ceux d’Imilchil et ce, depuis plus de trente ans, en vertu d’un châtiment aussi vil que collectif.
    lac isli [​IMG]
    lac tisslit
    [​IMG]
     
  8. izeli

    izeli ●[●ЖΣΨ

    J'aime reçus:
    229
    Points:
    63
    Re : DÉCOUVREZ LES TRÉSORS CACHÉS DU MAROC / les villes au maroc.....

    Er Rachidia

    [​IMG]

    Errachidia, anciennement connue sur le nom « Ksar Es Souk», est une ville du Maroc devenue région administrative depuis 1956 (Meknès - Tafilalet).

    Située au sud-est du Maroc , la province d'Errachidia est délimitée par les celles de Figuig à l'Est, Beni Mellal , Azilal à l'Ouest, Khénifra et Boulmane au nord ainsi que la province de Ouarzazate et la frontière Algérienne avec le Maroc au sud. C'est aussi le prolongement de la vallée du Ziz, rivière descendu du Haut Atlas, creusant son passage dans d'impressionnantes falaises ocres, nourrissant d'immenses palmeraies verdoyantes et terminant sa route dans le désert.

    Errachidia est le joyau du sud est du Maroc pour ses paysages et sa culture (festival d'Imilchil dans le Haut Atlas et l'hospitalité de sa population locale. Aujourd’hui on y parle aussi bien l'arabe que le Tamazight (berbère).

    Le Tafilalet, plein d'histoire par sa ville ancestrale Sijilmassa, fût le point de départ et de retour des caravanes allant à Tombouctou en 40 jours à dos de dromadaire .

    Maroc Er Rachidia
     
  9. ziko30

    ziko30 Citoyen

    J'aime reçus:
    13
    Points:
    38
    Re : DÉCOUVREZ LES TRÉSORS CACHÉS DU MAROC / les villes au maroc.....

    merci wllahta hadechi wa3errrr [:Z]
     
  10. izeli

    izeli ●[●ЖΣΨ

    J'aime reçus:
    229
    Points:
    63
    Re : DÉCOUVREZ LES TRÉSORS CACHÉS DU MAROC / les villes au maroc.....

    Casablanca

    Capitale économique au prodigieux essor, métropole internationale dont le développement est inséparable de l'activité portuaire, Casablanca revêt aujourd'hui une importance majeure pour le monde des affaires. Cité commerçante et ville industrielle, Casablanca prend aujourd'hui sa vraie dimension spirituelle avec la mosquée Hassan II, l'une des plus belle au monde.
    [​IMG]

    Dernier fleuron de la ville la plus moderne du Royaume, la Grande Mosquée Hassan II se dresse, majestueuse, entre ciel et mer. Une nef divine, avec une salle de prière d'une contenance de 25.000 fidèles et une esplanade de 80.000. Ce joyau religieux constitue sans aucun doute un subtil mélange de l'architecture traditionnelle marocaine et de la technologie la plus sophistiquée.
    Dès le XII ème siècle, les historiens avaient parlé du port d'Anfa, point d'attraction de toutes les régions avoisinantes: Chaouia, Rehamnas, Tadla.

    Anfa les mettait en rapport avec l'Europe et leur permettait d'exporter l'excédent de leur production de céréales, de laine, de peaux, de cire d'abeille et d'huile. A l'époque moderne, tout en gardant quelques souvenirs (bazars, souks, remparts cachant l'ancienne Médina, mosquées, marabouts, dont celui de Sidi Abderrahman, le sanctuaire le plus fréquenté), Casablanca est à l'image de tout un Royaume qui avance à grands pas sur la route du progrès et du modernisme.

    La Corniche, qui vit dans l'intimité avec l'Atlantique, fait partie de ces lieux où l'on vient étancher sa soif, se tremper les pieds dans l'eau ou vibrer au rythme d'une musique dans un des nombreux dancings de luxe. Faut-il rappeler que Casablanca a été le théatre de plusieurs rencontres historiques qui ont influé sur le destin du monde ? C'est à Casablanca, en effet, en 1943, que feu Sa Majesté Mohammed V, accompagné de Sa Majesté Hassan II, alors jeune Prince Héritier, reçut les trois grands Chefs d'Etat du monde libre, Churchill, Roosevelt et De Gaulle, à l'occasion de la conférence d'Anfa.
    [​IMG]
     
  11. izeli

    izeli ●[●ЖΣΨ

    J'aime reçus:
    229
    Points:
    63
    Re : DÉCOUVREZ LES TRÉSORS CACHÉS DU MAROC / les villes au maroc.....

    Marrakech

    [​IMG]

    Jaillissant au pied des sommets enneigés de l'Atlas, dressée entre ses remparts rouges à l'ombre de sa palmeraie millénaire, somptueuse, exubérante et fantasque, Marrakech résonne comme un sortilège. De toutes parts, elle déroule ses fastes et sa magie. Chez les teinturiers, dans un éclatant foisonnement d'écheveaux multicolores. A l'époque du Festival, dans les rythmes et les musiques, dans l'âme des danseuses. A travers les palabres des marchands et les jongleries des bateleurs. Dans l'ombre de son jardin bleu. Et dans la perfection omniprésente de la Koutoubia.
    [​IMG]

    La première sensation ressentie aux portes de cette capitale impériale est l'enchantement, avant de passer à l'ensorcellement et succomber carrément à l'envoûtement des lieux, du décor et des ... hommes, artistes folkloriques par essence qui n'ont qu'une préoccupation : rendre agréable le séjour de tous leurs hôtes.

    Célèbre par la Place Jamâa El Fna, la ville phare des Almoravides est fondée vers 1070 et a pour objectif le contrôle des débouchés de l'Atlas tout proche. C'est de ce camp rudimentaire que partent les premières conquêtes militaires. Abou Bakr, le Chef des Almoravides, entreprend la construction d'une Kasbah surnommée "le château de pierres", à deux pas de l'actuelle Koutoubia.
    Marrakech devient la capitale d'un vaste empire sous le règne de Youssef Ben Tachfine pour s'étendre, sous les Almohades, jusqu'à la frontière de la Lybie.

    Le premier souverain Almohade, Abdelmoumen, entreprend l'édification de la mosquée de la Koutoubia, que son petit-fils Yacoub El Mansour complétera d'un superbe minaret, encore visible aujourd'hui. Son fils Youssef fait creuser des réservoirs et construisit un vaste quartier administratif C'est l'apogée de Marrakech. Construite à la même époque que, "la Giralda," de Séville et la "Tour Hassan", de Rabat, la Koutoubia (XI ème siècle) est un authentique chef-d'oeuvre de l'art hispano-mauresque. Son minaret s'élance à près de 70 mètres.

    Le Palais Badii fut longtemps considèré comme la merveille du monde musulman. C'est le Souverain Ahmed El Mansour Dahbi qui entreprit la construction dudit palais à la suite de sa victoire de l'an 986 de l'Hégire (1578) sur l'armée portugaise, victoire célèbre dans le monde occidental sous le nom de la Bataille des Trois Rois. Les grands travaux de construction ont duré pendant seize ans.

    Autres merveilles de cette ville à la couleur ocre : le musée de Dar Si Said renfermant la quintessence des arts du maroc, et faisant scintiller les ornements en or et en marbre glanés par Ahmed El Mansour (1578-1603), le plus illustre des souverains Saadiens, la Medersa Ben Youssef, école coranique, établie en 1570 par Moulay Abdallah, véritable chef-d'oeuvre de l'architecture mérinide, le jardin de l'Agdal, construit au XII ème siècle, sous le règne d'Abdelmoumen, roi du Maroc; la Ménara, magnifique bassin bordé de fleurs...
     
  12. adil_boch

    adil_boch همس اليل

    J'aime reçus:
    1
    Points:
    0
    Re : DÉCOUVREZ LES TRÉSORS CACHÉS DU MAROC / les villes au maroc.....

    Histoire de Ifrane​

    Ifrane signifie en Tamazight (berbère) grottes, (singulier:Ifri). Nombreuses dans la région, les grottes ont transmis leur nom à la région, plus connue des juifs sous forme : Oufrane.
    Les premières traces de l’installation humaine dans la région remontent au Néolithique. Des grottes telles que celles de Tizguite ainsi que les vestiges archéologiques remontant à la Préhistoire à Zerouka, Ghabt, Al Bahr et Itto en témoignent.

    Par la suite, la région d'Ifrane fut habitée d'abord par les berbères puis par les juifs, et ce, depuis environ trois milles ans avant Jésus-Christ. On prétend qu'elle a été la cité de la plus ancienne colonie juive au Maroc.

    Selon la tradition orale, les israélites ont quitté la Palestine au temps de Nabuchodonosor, roi de Babylone (160 Km au sud de Bagdad) après la première destruction du temple en 587 av.J.C. Il traversèrent l'Egypte et la bordure septentrionale du Sahara, puis parvinrent au rivage atlantique de l'anti-atlas en 361 avant Jésus-Christ et s'installèrent en premier lieu dans les grottes en bordure de l'oued Ifrane, et ce, après qu'ils aient pu acheter l'autorisation de s'installer aux autochtones.
    Ifrane est le centre d’estivage marocain le plus fréquenté. La province d’Ifrane se trouve au cœur du Moyen-Atlas avec une superficie de 3573 km2. Elle est habitée par deux grandes tribus Sanhaja, les Béni M’guild et les Béni M’tir. Station de montagne, cette cité est devenue un haut lieu des sports d’hiver. Avec ses chalets aux toits couverts de tuiles rouges, elle est située à 1650 m d’altitude.
    Ses richesses naturelles ont amené les responsables de la région à créer un parc national de 53000 ha. C’est dans cette région qu’on trouve la plus grande forêt de cèdre du pays. De son vrai nom Ourti (jardin en tamazigh), Ifrane est le centre d’estivage marocain le plus fréquenté. Ses lacs sont incontournables pour la pêche à la truite et au brochet. Elle est également une région pastorale et possède une station expérimentale pour l’étude des comportements des animaux.
    Ifrane abrite l'une des plus prestigieuses universités du Maroc : Al Akhawayne University In Ifrane, où l'enseignement est entièrement anglo-saxon.

    [​IMG]
     
  13. izeli

    izeli ●[●ЖΣΨ

    J'aime reçus:
    229
    Points:
    63
    Re : DÉCOUVREZ LES TRÉSORS CACHÉS DU MAROC / les villes au maroc.....

    tanmmiret allah i3tik se7a
     
  14. izeli

    izeli ●[●ЖΣΨ

    J'aime reçus:
    229
    Points:
    63
    Re : DÉCOUVREZ LES TRÉSORS CACHÉS DU MAROC / les villes au maroc.....

    iwa netoma ma3andkom walo ga3?!! kayena kadiya kol 1 fina ikkteb 3la la ville deyalo ou bien la région dyalo...aidé wa3era hadi,achno dehar likom?? [22h] [:Z]
     
  15. oussamma

    oussamma Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0


    a jemmi ktebti azrou o derti chjer f teswira hhha 3la 9elt tsawer dyal azrou
    hana ha teswira dyal azrou
    [​IMG]
     
  16. kochlok03

    kochlok03 Visiteur

    J'aime reçus:
    114
    Points:
    0
    ossamma zine dial Azrou howa dak chjar O tabi3a dialha ... ;) ... Aji 3raf fin jat dak trik ????
     
  17. chniwla83

    chniwla83 sans ails ;)

    J'aime reçus:
    1
    Points:
    0
    chkoun li fat sama3 b les jardins ( de chine, d'andalousie, d'amazone...) qui se trouve sur la route de bou9nadel.
     
  18. Curci

    Curci Accro

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    mchit lihom les années 80 <D
     
  19. izeli

    izeli ●[●ЖΣΨ

    J'aime reçus:
    229
    Points:
    63

    iwa dreb chi tella ochof wach kayn chi taghyir ;)
     

Partager cette page