Dakar réitère son soutien ferme à l'intégrité territoriale du Royaume

Discussion dans 'Info du bled' créé par Le_Dictateur, 29 Janvier 2007.

  1. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    A Dakar et à Addis-Abeba, la voix de la sagesse a prévalu à l'occasion de la tenue du premier Forum d'échanges et de partenariat d'affaires entre le Maroc et les pays de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), ainsi que lors de la réunion de la 10e session ordinaire du Conseil exécutif de l'Union africaine (UA).


    De la capitale sénégalaise, le Président Abdoulaye Wade a réitéré le soutien ferme de son pays à l'intégrité territoriale du Maroc et au projet d'autonomie proposé par le Maroc pour trouver une solution définitive à la question du Sahara.


    «Cette proposition est considérée par le Sénégal comme une volonté du Maroc d'innover et non de continuer à faire du surplace», a encore souligné son ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères, Cheikh Tidiane Gadio, cité par l'agence MAP. De la capitale éthiopienne, le responsable sénégalais a indiqué que son pays adhère à la proposition marocaine de conférer une large autonomie à ses provinces du Sud, tout en renouvelant son appel à trouver une solution durable à la question du Sahara au lieu de rester sur la marge et de faire les mêmes rapports de constat de blocage.

    En effet, l'approche marocaine a été jugée très positive par plusieurs capitales. Ces dernières sont unanimes à déclarer que le projet d'autonomie est «un espoir pour la paix dans la région, comme il est de nature à faire avancer le dossier du Sahara».

    Pendant ce temps, la diplomatie algérienne se heurte au retrait par plusieurs pays de leur reconnaissance de la fantomatique entité qui a élu domicile sur son propre sol. Ces pays et autres ONG ne cessent de dénoncer les conditions déplorables dans lesquelles vivent les populations des camps de Tindouf et le traitement inhumain qui leur est infligé par les forces de sécurité du «polisario».

    La situation dans ces camps a empiré au point d'atteindre des proportions dramatiques au mépris des principes, valeurs et normes consacrés par l'humanité et les religions monothéistes. Plusieurs cas de viols de femmes et d'enfants, d'emprisonnement arbitraire et abusif, de torture ainsi que d'élimination physique, sont rapportés avec des détails qui ne peuvent laisser de doutes quant à leur véracité.

    L'abstention massive et écrasante lors du dernier vote aux Nations unies, le 14 décembre dernier, constitue «un message fort de la communauté internationale qui en a assez du surplace et qui souhaite explorer de nouveaux sentiers et faire preuve d'innovation dans la recherche de nouveaux plans de sortie de crise, mutuellement bénéfiques et acceptables par les parties concernées», a insisté le responsable sénégalais.


    El Mahjoub Rouane
    LE MATIN
     

Partager cette page