Des bombes à retardement

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 17 Janvier 2006.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    Le Maroc en mal de visibilité en matière de protection de l’environnement

    Notre pays souffre d’un flagrant manque de visibilité en matière de politiques de protection de l’environnement qui doivent être adoptées par le gouvernement et respectées à l’échelle locale par les régions, les wilayas, les mairies et les communes.
    Il n’existe en effet à l’heure actuelle aucun agenda où seraient inscrits les échéances et les objectifs à atteindre pour chaque dossier (eau, air, énergie, déchets, forêts, changement climatique, etc.), alors que le Maroc a ratifié la majorité des traités et conventions internationaux et qu’il est donc appelé, voire condamné, à respecter ses engagements aux yeux de la communauté internationale, des bailleurs de fonds et surtout des citoyens pour qui le droit à un environnement sain est certainement loin d’être un droit reconnu, garanti et respecté par la loi marocaine.

    En effet, notre pays ne dispose pas à l’heure actuelle d’un arsenal juridique homogène pouvant garantir la pérennité et l’efficience des stratégies de protection de l’environnement.

    Mais, cela reflète surtout des incohérences entre certains départements gouvernementaux, voire souvent des conflits de compétence, donc, par conséquent, l’absence d’une vision prospective à long terme.


    Résultat : l’inertie et l’immobilisme se traduisent par une dégradation accrue des ressources naturelles et de la qualité de vie, surtout lorsque des freins et des résistances au changement sont aggravés par un flagrant manque de volonté politique.

    Exemple tout frais : un projet de loi n’a été récemment voté par la Chambre des conseillers qu’après avoir passé plus de dix ans avec les allers-retours entre les départements concernés et le parlement, le séjour prolongé dans les tiroirs du Secrétariat Général du Gouvernement !

    Question à trois inconnues : combien d’années faudra-t-il encore attendre pour que ce projet entre enfin en vigueur ?

    Cette loi devrait pourtant mettre un terme à l’anarchie des décharges publiques, lancer 50 décharges contrôlées et surtout en finir avec les feux de poubelles. Ce texte est en effet très répressif puisqu’il prévoit 6 mois à 2 ans de prison et/ou une amende de 10.000 à 2 millions de dh à l’encontre de toute personne ayant jeté, enfoui ou détruit des déchets dangereux.

    Le texte est peut-être volontariste et ambitieux, mais des inquiétudes légitimes demeurent en suspens concernant sa mise en application.

    En effet, il y a de cela quatre ans, le gouvernement avait décidé l’interdiction de produire des sachets en plastique noir et avait exigé des industriels que leurs coordonnées soient clairement mentionnées sur des sachets de couleur. A ce jour, personne n’a encore respecté les instructions du gouvernement.

    Sur un tout autre chapitre, 150 millions de dh sont prévus cette année pour l’assainissement liquide, mais sans qu’il n’y ait à l’heure actuelle aucun programme, aucun calendrier et aucune stratégie pour le traitement des eaux usées.

    Qu’il s’agisse de la question des déchets et des décharges, voire celle de l’assainissement liquide et des stations de traitement dont la majorité ne sont pas opérationnelles, l’absence d’un agenda clair et précis met à mal la crédibilité du Maroc en ce qui concerne sa stratégie de protection de l’environnement qui demeure timide, hésitante et très peu homogène.

    Pourtant, le prix à payer est très lourd pour la collectivité, pour les générations montantes, pour les ressources naturelles et le patrimoine écologique, mais également pour l’économie. Alors, à quand un débat pour savoir si le futur de notre environnement a un avenir ?

    Hafid FASSI FIHRI
    L'Opinion
     
  2. morphin

    morphin Visiteur

    J'aime reçus:
    2
    Points:
    0
    Re : Des bombes à retardement

    il parait que après des années de retard, on sera doté prochainement d’une loi relative a la gestion et au traitement des déchets. Le projet est en cours d'etre examiné à la Chambre des conseillers.
     

Partager cette page