Des citoyens contre Maroc Connect

Discussion dans 'Info du bled' créé par fassi, 5 Décembre 2006.

  1. fassi

    fassi Citoyen

    J'aime reçus:
    15
    Points:
    38
    A Mohammédia, les habitants se sont élevés contre l’installation d’une antenne relais sur la terrasse d’une villa par une équipe du troisième opérateur de la téléphonie mobile. Les autorités se sont interposées. Brutalement.
    Les habitants du quartier Castor de cette ville côtière ont écrit il y a des mois au gouverneur et aux élus de la ville pour leur faire part des angoisses liées à cette antenne. «J’ai passé toute ma vie à travailler comme un forcené pour construire cette maison où habitent mes enfants et mes petits-enfants. Tout ce qu’on demande à l’Etat, c’est de nous fournir des preuves que les rayons émis par cette antenne ne seront pas nocifs pour notre santé», lance Hajj Mohammed, la soixantaine.


    Portraits du roi brisés…

    Ce mercredi 15 novembre, Hajj Mohamed a dû rebrousser chemin de Ouarzazate après qu’on lui ait annoncé par téléphone que son épouse a été violentée par la police. Au cours de cette journée, les femmes et les enfants du quartier se sont regroupés comme d’habitude devant la villa qui abrite l’antenne-relais pour empêcher les employés de Maroc Connect d’achever les travaux. Les autorités de la ville vont alors investir les lieux, moqadems, policiers, agents de l’arrondissement sous la direction du pacha de la ville. «Nous avons été tout de suite alarmés par la population locale.

    Sur place, le pacha nous a promis que les droits des habitants seront respectés. Il a tout simplement attendu notre départ pour lancer l’offensive», raconte Ali Afkir, membre de la section locale de l’AMDH. Effectivement, vers 15h00, les agents de l’arrondissement vont se montrer plus agressifs. Ils vont repousser les femmes et battre les récalcitrantes. Leïla, la trentaine, raconte : «Ils ont battu mon fils de 11 ans et menacé de jeter la poussette avec ma fille de deux ans dedans. Ils ont déchiré les drapeaux marocains que l’on tenait entre les mains et brisé des portraits du roi sur la tête des femmes. Ils étaient tous en civil et ressemblaient plus à des videurs de bars qu’à des agents d’autorité».

    Les histoires de ces femmes, une trentaine environ, s’accordent sur la brutalité employée par les agents d’autorité pour les évacuer hors du périmètre abritant l’antenne. «Ils avaient l’indécence de nous lancer à voix haute que si on respectait nos époux, on serait dans nos maisons au lieu de manifester dans la rue, sans parler des insultes et des coups que l’on a reçus. Nous avons tout simplement été victimes d’une grande injustice», lance, les larmes aux yeux, cette jeune mère de famille. La rue a été bloquée par les policiers et, selon les dires de la population, le pacha de la ville voulait empêcher les ambulanciers de transporter les blessés : toutes des femmes de plus de cinquante ans.

    «On dispose de six certificats d’incapacité entre femmes et enfants. Un agent m’a frappée d’un coup de pied au ventre alors que j’ai l’âge de sa mère. C’est honteux», déplore hajja Rkiya Ennassiri qui souffre d’une maladie cardiaque. «Ce ne sont pas des auxiliaires de l’autorité qui ont frappé ma femme mais de véritables truands recrutés spécialement pour les basses ½uvres. C’est la première fois que je vois des agents en civil sans badges tabasser des citoyens. Ils poussent tout simplement les gens à se révolter», tonne M. Mohamed Tahou, retraité de son état.


    Méfiance et défiance

    Les habitants déplorent cette politique de répression, du fait accompli imposé par la loi du gourdin. Violences physiques, insultes, arrestations ont profondément marqué ces habitants de Mohammédia aussi bien physiquement que moralement. «On nous parle de moudawana, des droits de l’enfant, du droit au savoir... Après ce qui s’est passé, j’ai appris que ce n’est là que pure propagande. En fait, le citoyen marocain n’a aucune valeur dans ce pays», soupire Saïd à qui l’on a confisqué l’appareil photographique.

    Tout a commencé avec l’installation de l’antenne en août dernier. Les habitants ont alors cherché à s’informer sur les effets de cette antenne métallique géante à travers des recherches sur Internet. Ils ont alors su que les rayons pourraient, selon des études scientifiques, causer des maladies cancéreuses à moyen et à long termes. Ils se regroupent alors dans un collectif des quartiers nouvellement créés de la ville (Castor, hay mahatta, Al Qods, Rachidiya) et envoient des lettres partout. «Tout un quartier écrit au gouverneur.

    Celui-ci ne juge à aucun moment important de leur répondre. Voilà le type de mentalité qui sévit chez le Pouvoir», commente un autre membre de l’AMDH. Les habitants de ce quartier de Mohammédia ne comptent pas baisser les bras. Ils veulent aller de l’avant avec des revendications qu’ils jugent légitimes. «On ne demande pas l’impossible. L’Etat doit nous montrer que ces antennes ne sont pas nocives pour la santé des habitants», conclut Hajj Mohamed. Un droit que l’on ne peut pas leur contester…

    source
     
  2. youssef0511

    youssef0511 Visiteur

    J'aime reçus:
    2
    Points:
    0
    Re : Des citoyens contre Maroc Connect

    le maroc on l aime autan ke notre pays, mai pa pour ces derigan.... ou l faheme i feheme :(
     
  3. adilol

    adilol Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : Des citoyens contre Maroc Connect

    salam
    vraiment c honteux de voir ces choses la dans un pays qui disent devient civiliser.
    alors,je me souvient tres bien que j ai travaille la dessus qd j etais au maroc,a fkih ben saleh aprpos des installations electriques installees tres proche d une habitation ,apres mon rapport d etudes et des verifications techniques,j ai remarque que heureusement la distance etait respecte sinon il faut enlever tte l installation,
    pour vous dire que deriere ts ca,c had nass comme bacha o li fi pouvoir wa makarine walo vraiment il faut mettre un niveau pr acceder a ces postes.
    exple,had etude li dert,c en collaboration des habitants et moul les installations electriques car kan pret yhayyad ts si kan ydorr bi nass.

    lah yahdi makhlak o safi.waaaaaaaaaaaaa brinnnnnnnna bladna civilise bach rajo neecho fiha tranquil.
     
  4. tarix64

    tarix64 Visiteur

    J'aime reçus:
    46
    Points:
    0
    Re : Des citoyens contre Maroc Connect

    ma3reftch 3lach darouha me had nass rejala [07h] lah yekter me mttalhoum [07h]
     
  5. anaayoub

    anaayoub Accro

    J'aime reçus:
    187
    Points:
    63
    Re : Des citoyens contre Maroc Connect

    ca va?
     
  6. mr.critic

    mr.critic Visiteur

    J'aime reçus:
    1
    Points:
    0
    Re : Des citoyens contre Maroc Connect

    c vraiment decevant, l'affaire date de deux semaines et jusqu'a mnt on a rien entendu.
    Hadouk les respo darou ma bghaw et personne ma ghadi yehder m3ahom.
    Mais biensur, il s'agit de maroc connect dial le holding number one au maroc, ou7na kamlin 3aychin fi maghribONA watanONA.
     
  7. isa

    isa Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Bonjour,
    Je vis à casablanca et j'ai le même problème à cause d'une antenne relais à côté de chez moi.
    Est ce que vous pourriez me donner plus d'informations sur les personnes dont vous parlez dans votre article.( leurs coordonnées)
    J'aimerais pouvoir les contacter, voir les démarches qu'elles ont effectué et pourvoir en faire de même avec mes voisins.
    Merci beaucoup.
    J'attends de vos nouvelles.
    isabelle
     

Partager cette page