Des vaches laitières grâce aux hormones de croissance.

Discussion dans 'Scooooop' créé par osiris, 1 Juillet 2008.

  1. osiris

    osiris Visiteur

    J'aime reçus:
    103
    Points:
    0
    Des vaches laitières "plus vertes" grâce aux hormones de croissance


    [​IMG]
    Des vaches normandes mangent un complément alimentaire après la traite, le 13 août 2007 à Douville-en-Auge dans le Calvados


    Traiter un million de vaches avec une hormone de croissance permet de produire plus de lait avec moins de ressources, ce qui entraîne une réduction d'un volume de gaz à effet de serre équivalent à 400.000 voitures de moins sur les routes, selon des chercheurs américains.

    Dans leur étude publiée lundi, Judith Capper, chercheuse à l'Université Cornell (New York, nord-est) et principal auteur, souligne que la production de lait à grande échelle requiert de vastes superficies de cultures et d'importantes sources d'énergie pour produire les aliments nécessaires au bétail.

    Or le recours à cette hormone de croissance STH reconstituée, premier produit de la biotechnologie utilisé dans les élevages américains il y a près de 15 ans, permet de réduire les émissions de dioxyde de carbone (CO2) et de méthane dans l'atmopshère en nécessitant moins d'énergie et de terres de culture. Et dans le même temps, elle assure des niveaux de production de lait suffisant pour satisfaire la demande, assure cette scientifique dont l'étude paraît dans les Annales de l'Académie nationale américaine des Sciences (PNAS) datée du 30 juin.

    Cette recherche a montré que le fait de donner un complément d'hormone de croissance quotidien dans les aliments d'un million de vaches a permis de produire la même quantité de lait avec 157.000 moins d'animaux comparativement à un nombre similaire de bovins sans complément alimentaire de STH.

    Cette différence a permis l'économie de 491.000 tonnes de maïs et 158.000 tonnes de soja et la réduction de 2,3 millions tonnes d'aliments pour le bétail.

    Ces besoins moindres permettent de diminuer la superficie des terres cultivées de 219.000 hectares ainsi que l'érosion du sol par 2,3 millions de tonnes annuellement, selon cette recherche.

    Les Etats-Unis comptaient 9,2 millions de vaches en 2007 et chaque million de ces animaux nourris avec un complément d'hormone de croissance a entraîné une réduction de 824 millions de kilos de CO2, de 41 millions de kilos de méthane et de 96.000 kilos d'oxyde nitreux, les principaux gaz à effet de serre contribuant au réchauffement climatique.

    En d'autres termes, traiter un million de vaches laitières avec un complément d'hormone de croissance revient à réduire les émissions de CO2 équivalent au gain qui résulterait du retrait des routes de quelque 400.000 voitures ou au fait de planter 300 millions d'arbres, estiment les auteurs.

    "Généraliser le recours au complément d'hormone de croissance dans la nourriture des vaches laitières permettrait d'améliorer la durabilité de la production tout en réduisant la contribution de cette industrie à l'acidification de l'eau, la prolifération des algues et le réchauffement climatique", souligne Judith Capper.

    "Pouvoir maintenir durablement la production est important dans l'agriculture pour répondre aux besoins d'une population croissante tout en minimisant l'impact sur l'environnement" note Dale Bauman, professeur de science animal à l'université Cornell et un des co-auteurs de cette étude.

    L'élevage de bovins dans le monde produit davantage de gaz à effet de serre que le trafic routier, affirmait l'Organisation mondiale pour l'agriculture et l'alimentation (FAO) dans un rapport publié fin 2006.

    Selon cet organisme, l'élevage "représente 9% du CO2 dérivant des activités humaines", mais il produit "une bien plus grande part des gaz à effet de serre les plus nocifs".

    Le secteur "est responsable de 65% des émissions d'hémioxyde d'azote - imputables essentiellement au fumier - qui a un potentiel de réchauffement global (PRG) 296 fois plus élevé que le CO2".

    En outre, l'élevage compte pour 37% de tout le méthane rejeté par les activités humaines (agissant sur le réchauffement 23 fois plus que le CO2) en grande partie produit par le système digestif des ruminants, et 64% de l'ammoniac qui contribue sensiblement aux pluies acides.


    AFP

     

Partager cette page