Dette extérieure : moins 50 % en sept ans

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 29 Août 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    En moins de sept années, le Maroc a pu réduire presque de moitié son endettement extérieur. Enclenché depuis plus d'une décennie, le processus de diminution du stock de la dette extérieure publique s'est ainsi poursuivi au cours des trois premiers mois de cette année. Alors qu'il avait représenté, au terme de l'année 2000, 48,2% du PIB, son encours qui s'est chiffré, à fin 2004, à près de 11,42 milliards de dollars n'équivaut que 26% du PIB.

    Cette évolution à la baisse qui s'est ainsi inscrite dans la durée, est imputable, pour l'essentiel, à la gestion active (conversion de la dette en investissements) et à la politique d'accompagnement des établissements publics pour le traitement de leur dette onéreuse adoptée par le Trésor.

    Selon de récentes projections établies par la Direction du Trésor et des Finances extérieures, cette évolution à la baisse de l'endettement extérieur devrait se conforter. Ainsi et pour ce qui est du court terme, le total service de la dette devrait avoisiner, à fin 2005, 4.544 MDH (millions de DH) et 4.495 MDH, au terme du premier trimestre 2006.

    De telles prévisions sont d'autant plus attendues que le Royaume avait entrepris également, dès l'exercice écoulé, le mécanisme de gestion dite “ des risques ” qui vise à minimiser l'impact des fluctuations de change et de taux d'intérêt sur le stock et le service de la dette à travers la convergence de la structure de portefeuille.

    Cet exercice avait également été marqué par l'organisation de visites des agences de notation “ Standard and Poor's ” et “ Moody's ” pour la révision de la “ notation Maroc ”. Visites qui avaient abouti à l'amélioration des perspectives de notation du Royaume de “ stables ” à “ positives ”. De fait, la perception des investisseurs pour le “Crédit Maroc ” s'est sensiblement améliorée, la dette marocaine traitée sur le marché secondaire ayant enregistré des performances remarquables depuis le début de l'actuelle décennie.



    Source: LE MATIN
     

Partager cette page