Dialogue social : Gouvernement et syndicats reprennent langue

Discussion dans 'Info du bled' créé par Info du bled, 26 Octobre 2009.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    Le dialogue social en quête d’une vraie relance. Les responsables des centrales les plus représentatives seront reçus aujourd’hui par le Premier ministre Abbas El Fassi en vue relancer le dialogue social. Se trouvant dans l’impasse, cette reprise tant attendue par les syndicats, en particulier après une série d’actions de protestations, de sit-in, de grèves préventives sectorielles, constitue une occasion pour le gouvernement d’amorcer une bonne entame en vue d’atténuer l’impact de la crise sociale.
    Ce sera une séance d’écoute et non pas un nouveau round du dialogue social. C’est ainsi que qualifie Abderrahmane Azzouzi, secrétaire général de la Fédération démocratique du travail, la réunion d’aujourd’hui avec Abbas El Fassi.
    Selon l’ordre du jour, des exposés seront présentés par Salah Eddine Mezour, Jamal Rhmani et Mohamed Abbou, respectivement ministres des Finances, de l’Emploi, de la Modernisation des secteurs publics.
    Abderrahmane Azzouzi a souligné également que la priorité aujourd’hui est de prendre en considération la nécessité d’instaurer la paix sociale, et de répondre aux revendications légitimes exprimées par les citoyens dans cette conjoncture des plus difficiles.
    Afficher de bonnes intentions n’a plus raison d’être, le gouvernement est appelé, plus que jamais, à concrétiser ses engagements pris lors de dernier round, a-t-il ajouté. Cette rencontre sera l’occasion pour appeler le gouvernement à mettre en application ses engagements formulés au cours des séances du dernier dialogue social et d’autres questions en suspens. Dans ce cadre, faut-il rappeler que le gouvernement est revenu sur plusieurs de ses engagements pris en avril dernier, notamment l’indemnité bénéficiant aux fonctionnaires exerçant dans des zones éloignées et difficiles dans le monde rural dans les secteurs de l’enseignement, de la santé et de la justice.
    Même son cloche pour les autres centrales qui ont fait savoir qu’elles iront à cette rencontre pour écouter les propositions du gouvernement relatives à leurs revendications revêtant un intérêt particulier.
    Pour le secrétaire général de la FDT, il n’est pas question de faire des concessions de quelque nature que ce soit. Nous maintenons toujours nos revendications, somme toute légitimes et c’est au gouvernement de sauver ce processus, combien important pour la classe ouvrière dont les conditions de vie ne cessent de se dégrader..
    Les différentes centrales affichent un certain optimisme tout en espérant que la réunion d’aujourd’hui sera de bon augure pour la poursuite du dialogue social dans de bonnes conditions afin qu’elle aboutisse à des actions concrètes et non qu’elle reste toujours au stade de bonnes intentions pour gagner du temps.
    Il est primordial de se pencher sérieusement sur des questions qui ne peuvent être ajournées et de répondre favorablement et concrètement aux revendications des travailleurs, seule issue pour préserver la paix sociale.
    A noter que la FDT, à l’issue de son dernier conseil national, a exprimé son inquiétude quant à la situation peu encourageante du dialogue social vidé de son essence. Elle a également annoncé qu’à défaut de résultats probants, dans le cadre de son programme, elle usera de tous les moyens légaux et légitimes, prendra toutes les mesures appropriées et mènera des actions militantes en vue de défendre ses revendications.








    Source : libe.ma
     

Partager cette page