Dijon se met aux couleurs du Maroc

Discussion dans 'Info du bled' créé par Le_Dictateur, 16 Mars 2007.

  1. Le_Dictateur

    Le_Dictateur Visiteur

    J'aime reçus:
    85
    Points:
    0
    Le Maroc et ses cultures sont à l'honneur à Dijon, le temps d'une longue escale.

    Pendant presque quatre mois (du 14 mars au 24 juin), la ville de Dijon accueille le Maroc à travers ses différentes expressions culturelles. Cette aventure itinérante, selon ses initiateurs, donnera à voir une centaine d'artistes, musiciens, cinéastes, auteurs, vidéastes, danseurs, photographes, poètes, plasticiens ou conteurs. Venus des différentes villes et régions du Royaume, ces Marocains qui font la scène artistique nationale s'appellent Cherifa, Aicha Redouane, H Kayne, Darga, Dj Key, Touria Hadraoui, Abdallah Zrika, Ithrane nl'Khemisset, Zayan Freeman, Afrah, Majid Bekkas, Bigg, etc.


    Initiée par la société Zutique qui avait accueilli, au cours des années précédentes, les cultures de l'Inde, du Brésil et du Mali, la manifestation dédiée au Maroc se décline en diverses activités culturelles. «Maroc en images», «Maroc Street Life», «Contes et murmures berbères», «Traversées amazighes», «Tribu festival» seront autant d'escales dans des expressions culturelles foisonnantes et fécondes. Les Dijonnais et tous ceux qui s'intéressent à la culture marocaine peuvent, dès le 14 mars, avoir un avant-goût du programme, avec la soirée conviviale qui met d'emblée l'assistance dans l'ambiance du Maroc. Une conférence sur Les défis du Maroc actuel, animée par Jean-Claude Santucci et Mustapha Fahli.

    Politologue, Jean-Claude Santucci est directeur adjoint de l'Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) d'Aix-en-Provence. Ancien rédacteur en chef de l'Annuaire de l'Afrique du Nord, il est notamment l'auteur de «Chroniques politiques marocaines 1971-1982» (CNRS). Docteur en sciences, Mustapha Fahli est, quant à lui, président de l'Association ORE à Quetigny, président régional du Conseil national des Marocains de France et vice-président de la Maison de la Méditerranée à Dijon.

    C'est au cours de cette première soirée que Frédéric Ménard, directeur de Zutique Productions, présentera le cycle culturel en musiques et en images, un cycle qui permettra, à chaque escale de dévoiler une palette inédite de la culture et de l'art marocains. C'est ainsi que le Maroc en images, prévu du 28 au 30 mars, donnera lieu à des projections de documentaires «Le blues des Chikhates» et «Ouarzazate Movie» de Ali Essafi, des film «Le Grand voyage» de Ismaël Ferroukhi et «Le cheval de vent» de Daoud Oulad Syad. La projection de ce film sera suivie d'un débat avec son réalisateur.

    «Maroc Street Life», programmé du 27 mars au 4 avril, sera dédié à une exposition, une soirée mix et à des concerts. «Contes et murmures berbères» est prévu du 11 au 12 avril. Il se déclinera en une promenade contée par Hamed Bouzzine, en un spectacle, joliment intitulé Folies berbères, par Hamed Bouzzine et Ali Merghache et enfin une conférence sur l'oralité et le conte au Maroc animée par Hamed Bouzzine et Bernard Vacherot. Le public retrouvera à nouveau Hamed Bouzzine dans un spectacle intitulé De Tanger à Tombouctou.

    «Traversées amazighes» aura lieu du 2 au 4 mai. Elle donnera lieu à des débats, des rencontres, des concerts et une projection de «Mout Tania - Mourir deux fois» d'Ivan Boccara. «Tribu festival» est prévu le 2 juin et sera placé sous le signe de la musique du Maroc oriental et des voix de femmes berbères.


    Et parallèlement à ces escales thématiques, Zutique Productions a veillé à organiser en parallèle concerts et expositions. Autre point à relever, cette manifestation qui se veut un point de rencontre entre des artistes venus du Maroc et des artistes installés en France. Parmi eux, il y a lieu de citer Louis Sclavis, Hamed Bouzzine, Dee Nasty, Latifa Echakhch,

    Naab, Dgiz, Dj Click, Gnawa Diffusion, Pedro Soler, Akhab, l'Epicerie, Oulkasse

    «Evènement en forme de manifeste qui défend la diversité et les échanges culturels, contre une certaine vision de la mondialisation, exotique, folklorique et uniformisée», comme l'expliquent ses initiateurs, Made in Morocco sera aussi une offrande d'une culture aux multiples facettes et à la créativité débordante.

    Source - AllAfrica.Com
     
  2. bahlawan

    bahlawan Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : Dijon se met aux couleurs du Maroc

    khayef ghir men chi 7erga jama3iya
    allah yester
     
  3. nadr

    nadr Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : Dijon se met aux couleurs du Maroc

    Zwina hadi, le maroc va rester son artistes, ça sera la catastrophe pour le developpement dy pays. [22h]
     

Partager cette page