Don d’organes :Les prélèvements sur cadavres bientôt

Discussion dans 'Info du bled' créé par @@@, 1 Septembre 2009.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    [​IMG]


    · Des CHU pratiquent des greffes de cornées importées

    · 4.000 personnes en attente d’une greffe


    · La liste des hôpitaux publics agréés s’élargit


    Les greffes d’organes sont peu nombreuses au Maroc. Pour développer le réseau, la liste des hôpitaux publics agréés pour effectuer des prélèvements et des transplantations d’organes et de tissus humains s’élargit. Il s’agit des CHU Ibn Sina de Rabat, Ibn Rochd de Casablanca, Mohammed VI de Marrakech ainsi que du CHU Hassan II de Fès et l’hôpital Mohammed V d’instruction militaire de Rabat, d’après des arrêtés du ministère de la Santé publiés au BO. L’hôpital Cheikh Zaid de Rabat est également agréé pour pratiquer la greffe d’organes et de tissus humains.
    Ce sont les hôpitaux publics qui ont le monopole dans ce domaine: «Le niveau de la santé au Maroc ne permet pas d’effectuer des transplantations dans le privé. Il est nécessaire d’étudier d’abord les coûts et maîtriser la technique», explique un professeur de la place. Cette extension facilite ainsi la tâche à la grande majorité de la population marocaine issue de campagnes et de villes éloignées de l’axe Casablanca/Rabat. L’idée aussi est de faciliter les démarches pour des donneurs encore trop peu nombreux et de réduire les délais pour les patients en attente d’une opération vitale. «Les lois autorisent les prélèvements des reins sur des donneurs vivants, de la cornée et de la moelle», fait savoir Dr Mohamed Faik, président du conseil consultatif pour la transplantation d’organes humains. Il précise d’ailleurs que la finalisation du guide de bonnes pratiques en matière de transplantation d’organes et de tissus humains est en cours.
    Près de 180 greffes rénales ont été réalisées à ce jour. «12 greffes par an sont effectuées au CHU de Casablanca», indique Ramdani Benyounès, chef de service de néphrologie au CHU Ibn Rochd de Casablanca. Rappelons que 6.500 patients souffrent d’insuffisance rénale chronique en phase terminale, seuls 160 sont porteurs d’un greffon rénal et 3.000 ne peuvent pas bénéficier d’un traitement régulier. La couverture médicale donne aujourd’hui de nouvelles possibilités de financement des opérations de transplantations d’organes en particulier la transplantation des reins et de la cornée. Dans le privé, les séances de dialyse sont chères: 200.000, voire 250.000 DH par an (y compris les autres frais d’hospitalisation) contre 132.600 DH dans les hôpitaux et centres de dialyse publics .
    Onze greffes de cornées viennent d’être réalisées avec succès au bénéfice de patients atteints de maladies oculaires invalidantes, dans les CHU de Rabat, Casablanca, Marrakech et Fès. Ces greffes ont été possibles grâce à la banque de tissus de l’établissement français du sang qui a fait don de ces greffons. C’est le ministère de la Santé qui a validé et autorisé cette importation de tissus. Ces interventions ouvrent ainsi la perspective d’une activité régulière de greffes à partir de cornées importées, en attendant le démarrage des prélèvements d’organes et de tissus à partir de donneurs marocains. Notons que depuis début 2009, près de 422 greffes de cornées ont été pratiquées à l’hôpital Cheick Zaid, seul jusqu’ici autorisé à pratiquer ces greffes. Environ 4.000 personnes sont en attente d’une greffe de cornée au Maroc.
    Selon les spécialistes, tout un programme sera mis en place prochainement pour effectuer des prélèvements cadavériques. De nombreuses vies humaines seraient sauvées grâce à un mort. «Nous ne pouvons pas régler tous les problèmes avec uniquement des donneurs vivants», explique le président du conseil consultatif. Justement, pourquoi ne pas recourir aux prélèvements cadavériques? «Rien ne l’empêche puisque la loi 16-98 et son décret d’application les autorisent», est-il expliqué. «Les hôpitaux publics civils et militaires peuvent être agréés pour effectuer le prélèvement d’organes et de tissus humains à des fins thérapeutiques ou scientifiques, sur les personnes en état de mort cérébrale et sur cadavres», selon l’article 4.
    -------------------------------------------------------------------------------
    500 greffes d’organes par an

    A part l’extension de la liste des hôpitaux agréés, les objectifs 2012 du ministère de la Santé consistent à réaliser 500 greffes d’organes par an et de 1.000 greffes de cornées par an. Le plan d’action national vise aussi la création d’une banque de tissus et l’allègement des procédures pour la diversification de l’importation des greffons de cornées.
    S’y ajoutent aussi la mise à jour des contre-indications de la greffe de cornée, la promotion du don d’organes et de tissus, le prélèvement d’organes sur donneur décédé outre la nécessite de rendre opérationnels les lois et textes régissant la greffe de cornée


    http://www.leconomiste.com/
     
  2. acha3ir al majhoul

    acha3ir al majhoul Accro

    J'aime reçus:
    184
    Points:
    63
    galek kainin des sociétés li taychriw men 3and bnadem a3da2o 9bal maymout
     

Partager cette page