Drôme : un père toujours recherché après un quadruple meurtre

Discussion dans 'Info du monde' créé par RedEye, 26 Juin 2013.

  1. RedEye

    RedEye - أبو عبدالرحمن - Membre du personnel

    J'aime reçus:
    4153
    Points:
    113
    La mère a été retrouvée morte lundi soir au domicile de sa propre mère, tandis que les corps des enfants se trouvaient dans la voiture du père.

    Les trois enfants d'une femme tuée lundi à l'arme blanche ont été retrouvés morts mardi 25 juin matin à Saint-Paul-Trois-Châteaux, dans le sud de la Drôme, et leur père est activement recherché par la gendarmerie pour ce quadruple meurtre.

    Les trois victimes sont un garçon de 9 ans et deux fillettes de 2 et 8 ans. Deux ont été "vraisemblablement asphyxiés et le troisième porte des marques de strangulation", a indiqué à la presse le procureur de la République de Valence, Antoine Paganelli.

    Leur mère, âgée de 29 ans, avait été retrouvée morte lundi soir par sa propre mère, chez qui elle résidait après avoir quitté le domicile conjugal. Baignant dans une mare de sang, elle a été "atteinte de 47 coups de couteaux dont certains portés avec violence", a indiqué le magistrat. Des couteaux de cuisine, ayant pu servir au crime, ont été retrouvés.

    Le père, Abdelkarim El Kadaoui, 43 ans, 1,78m et de forte corpulence, est activement recherché sur tout le territoire, mais "sa piste s'arrête sur une route après un bois".

    Les corps des trois enfants ont été découverts mardi matin par un membre de la famille, dans la voiture du père cachée derrière un engin de chantier, "sur un parking à 500 mètres à vol d'oiseau du lieu du premier crime", a précisé le procureur.

    Un suspect "à fort caractère"
    L'un des frères d'Abdelkarim El Kadaoui a indiqué aux enquêteurs que lundi en fin de journée, il l'avait vu au volant de sa voiture avec les trois enfants, et qu'il lui avait dit "j'ai fait une bêtise, tu diras à maman qu'elle me pardonne".

    Il semble que les enfants aient été au domicile de leur grand-mère maternelle lors du décès de leur mère, a ajouté le procureur. L'heure de leur décès n'est pas encore connue mais "ça ne s'est pas produit ce matin", selon Antoine Paganelli.

    D'après le magistrat, le suspect "à fort caractère" n'avait pas d'antécédent judiciaire. Mais, en 2006, il avait été tenu éloigné "pour faits de violence sur son épouse". Il avait ensuite repris la vie commune.

    Une source proche du dossier a indiqué de son côté que la mère avait déjà déménagé à Montélimar, puis à Orange, dans le Vaucluse, avant de rentrer à Saint-Paul-Trois-Châteaux pour scolariser les enfants.

    Craignant pour sa sécurité, la jeune femme avait préféré emménager chez sa mère, installée depuis longtemps dans la commune, de même que plusieurs membres de la famille.

    "Les enfants étaient adorables"
    Toute la journée, des véhicules de pompiers et un important déploiement de gendarmerie étaient visibles dans le quartier, mêlant barres HLM et pavillons cernés par les vignes. Autour de la voiture, des rubans jaunes interdisaient l'accès au public. Des techniciens de la police scientifique, revêtus de combinaisons blanches, ont investi les lieux.

    Un corbillard est arrivé dans la zone sécurisée peu après 15h. Le père de l'homme recherché, portant une minerve, a suivi les gendarmes. Présent depuis plusieurs heures, il n'a cessé de les interroger pour avoir des nouvelles de son fils, sans obtenir de réponse. Il a refusé de parler aux nombreux journalistes présents.

    Abdelkarim El Kadaoui vivait au domicile conjugal, également situé dans cette petite ville qui jouxte le complexe nucléaire du Tricastin. Une voisine l'a décrit comme un homme qui "n'était pas bien dans sa tête", alors que "les enfants étaient adorables".


    La section de recherches de la gendarmerie de Grenoble est chargée de l'enquête. Des moyens conséquents ont été déployés - 20 gendarmes pour l'enquête judiciaire, une soixantaine d'hommes pour la recherche du père ainsi que des chiens et un hélicoptère.



    Source
     

Partager cette page