Droits de l'Homme au Maroc: l'Etat invité à faire ses excuses aux victimes

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 16 Décembre 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    L'organisme chargé par le roi du Maroc Mohammed VI de faire la lumière sur les atteintes aux droits de l'Homme commises sous le règne de son père Hassan II, a préconisé vendredi la fin de l'impunité pour les auteurs d'exactions et demandé à l'Etat de présenter ses excuses aux victimes.

    Le gouvernement a accueilli favorablement les recommandations du rapport de l'Instance Equité et Réconciliation (IER), a déclaré aussitôt le ministre de la Communication Nabil Benabdellah. Le roi a la "volonté profonde" de tourner la page des violations des droits de l'Homme, a-t-il dit.

    Dans une série de recommandations au souverain chérifien, l'IER préconise la mise en oeuvre "d'une stratégie nationale de lutte contre l'impunité par le biais de réformes juridiques et l'élaboration d'une véritable politique (des droits de l'homme) dans les secteurs de la justice, de la sécurité et du maintien de l'ordre", a indiqué cette source.

    Ces mesures, estime l'IER, sont nécessaires pour parvenir à "l'éradication de l'impunité".

    Le roi "a pris acte de la teneur du rapport final de l'IER, qui lui a été remis le 30 novembre, et a donné ses hautes orientations pour qu'il soit publié et porté à la connaissance de l'opinion publique", a indiqué le Palais royal dans un communiqué publié vendredi.


    L'IER recommande aussi à l'Etat de présenter des excuses publiques à la vingtaine de milliers de victimes d'atteintes aux droits de l'Homme durant les "années de plomb", entre 1960 et 1999, période durant laquelle a régné d'une main de fer feu le roi Hassan II.

    Une source gouvernementale a indiqué à l'AFP que les autorités examinaient la manière et le cadre dans lesquels les excuses devraient être présentées.

    Le 30 septembre, le président de l'IER Driss Benzekri avait déjà appelé l'Etat marocain à "reconnaître officiellement" sa responsabilité.

    L'IER, créée fin 2003, recommande la "primauté du droit international des droits de l'homme sur le droit marocain, la séparation des pouvoirs, l'indépendance totale de la justice, la présomption d'innocence ainsi que le droit à un procès équitable".

    Cet organisme propose d'interdire les "disparitions forcées, la détention arbitraire, le génocide et autres crimes contre l'humanité, la torture ou tout traitement ou peines cruels, inhumains ou dégradants, ainsi que la prohibition de toutes formes d'incitation au racisme, à la xénophobie, à la violence et à la haine".

    L'IER insiste aussi sur la nécessité d'établir la vérité sur les cas non encore élucidés. Le cas le plus célèbre concerne la disparition de l'opposant Mehdi Ben Barka en 1965 à Paris.

    "Nous entendons accueillir très positivement les différentes recommandations que contient ce rapport", a affirmé à l'AFP Nabil Benabdellah, également porte-parole du gouvernement.

    "Nous considérons ce rapport comme un témoignage sur la volonté profonde de Sa Majesté le roi et de son gouvernement de tourner une page de notre histoire", a ajouté M. Benabdellah.

    Créée en novembre 2003, l'IER a instruit et pris des décisions concernant 16.861 dossiers individuels, parmi lesquels 9.280 bénéficieront d'une indemnisation. Par ailleurs, 1.499 victimes avaient déjà bénéficié d'une indemnisation entre 1999 et 2003.

    L'IER, qui compte 17 membres et a été présidée depuis sa création par Driss Benzekri, un ancien détenu politique, a permis de localiser les tombes de 663 personnes qui étaient considérée jusqu'ici comme disparues.

    L'IER est une première dans le monde arabe où jamais un régime n'avait initié la création d'une commission chargée d'examiner les exactions commises par l'Etat et donner publiquement la parole aux victimes.

    Le cas de l'Irak est différent, le procès de Saddam Hussein et de ses affidés ayant lieu après la chute du régime abattu par une coalition conduite par le Etats-Unis en mars 2003.


    JEUNE AFRIQUE
    article proposer par aghilasse
     
  2. takayama

    takayama Touriste

    J'aime reçus:
    6
    Points:
    18
    Re : Droits de l'Homme au Maroc: l'Etat invité à faire ses excuses aux victimes

    bon,tout cela est bien beau,faut juste que l on applique les recomendations du IER.
     
  3. nadr

    nadr Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : Droits de l'Homme au Maroc: l'Etat invité à faire ses excuses aux victimes

    Est oui, appliquer, c'est toujours facile de faire la théorie mais passant à l'application, les choses se compliquent et prend le rythme d'une tortue...
     

Partager cette page