Droits historiques, territoires marocains spoliés et vérités au Sahara : Aux origines

Discussion dans 'Info du bled' créé par oisis73, 3 Novembre 2006.

  1. oisis73

    oisis73 llit3ejjib yettibla

    J'aime reçus:
    139
    Points:
    0
    Au Collège d'Azrou, devenu Lycée Tarik Ibn Zyad, nous avions tout au début des années 60 un proviseur dont le nom et le destin ne devaient plus jamais nous laisser indifférents. Algérien, il s'appelle Abdellatif Rahal. Il se rendait périodiquement à Ksar Souk (Errachidia) pour participer à des réunions politiques clandestines avec des responsables du FLN qui franchissaient la frontière marocaine au nez et à la barbe des autorités françaises. Car le Tafilalet – de 1954 à 1962 - servait de base arrière aux combattants algériens.

    Tout comme Oujda où étaient implantés, entre autres, un certain colonel Boukharouba, alias Houari Boumediene, Abdelaziz Bouteflika et leurs compagnons d'armes. «Si Rahal » a regagné l'Algérie indépendante en 1962. Il y réussit une autre carrière : haut responsable au ministère des Affaires étrangères, alors dirigé par Abdelaziz Bouteflika, représentant à l'UNESCO, ambassadeur et représentant de l'Algérie aux Nations unies, notamment dans les années 70-80 , enfin depuis quelques années Conseiller diplomatique du président Bouteflika. Un parcours sans faute, et pour tout dire admirable. Sauf que le même « proviseur » d'Azrou , croisé plus tard aux Nations unies, aux Non-Alignés ou à l'OUA , a été l'un des artisans de la parodie du Sahara.

    Il est de la génération de dirigeants qui ont fabriqué « l'affaire» et voue une fidélité à toute épreuve à son président. A M. Bouteflika, impétueux ministre des Affaires étrangères, cohiba au bec, revenait l'assaut des forums et des capitales du monde qu'il sillonnait . A l'ambassadeur à l'ONU ensuite, la tâche de répercuter la partition : D'abord, « l'Algérie n'est ni concernée , ni intéressée par le Sahara marocain ». Ensuite, « l'Algérie intéressée » seulement à sa décolonisation avant qu'elle ne devienne au fil du temps « concernée»! Le bureau de Si Rahal était quasiment mitoyen à l'une des classes où « Msieur Arbeille » dispensait son cours d'histoire et de géographie. Règle à la main, survolant une carte fixée aux punaises sur le tableau noir, ce dernier présentait les contrées du sud-est marocain, traçant au-delà de …Tindouf un arc-en-ciel qui longe quasiment Aïn Safra, Béchar, Abadia, Oum Lassel, Tindouf, le Drâa et jusqu'à Smara, Dakhla et…Nouadhibou : «riches en minerais», pérorait-il.

    La règle glissait subrepticement plus à l'ouest , se posait sur le littoral atlantique : « le Sahara occupé par l'Espagne, d'autres richesses pour le Maroc », soufflait-il. A une encablure, «Si Rahal » pouvait-il entendre le maître de classe déployer si naturellement dans le cadre d'un cours une si évidente et candide vérité ? Quatorze ans plus tard, en 1974, un conflit surgit et nous ramène à une autre vérité, celle du cynisme du gouvernement algérien. Jamais, il n'a été aussi impliqué. La mystification est telle que toute l'histoire du Maroc, la générosité de ses Souverains et de son peuple, leurs convictions et idéaux se heurtent à l'immoralité.


    La carte de l'Afrique du Nord déploie territoires et colonies, les uns couleur grenadine, les autres couleur jaune ou vert pâle. Ils se confondent dans un dégradé indicible. Pas de ligne de démarcation sur cette vastitude du sud-est marocain, nul tracé frontalier, une épure diluée à peine. A chacun d'y aller de son songe dans le vertige d'une histoire absente, à tout le moins confisquée par le colonialisme, où le conflit latent des frontières s'est habilement nourri du cynisme sur une scène biseautée. C'est la partie à trois qui se joue toujours : «Msieu Arbeille» le Français, « Si Rahal» l'Algérien et nous autres.

    L'affaire du Sahara marocain a fait de nouveau l'objet d'un examen controversé aux Nations unies. Nos détracteurs, ne cessant d'affûter leurs armes - pour ne pas changer- s'en sont donné à cœur joie, jusqu'à mardi soir où le Conseil de sécurité auquel, à tort ou à raison, quelques-uns croient avoir une fois pour toutes lié le sort de ce dossier, a voté une résolution encourageant une négociation politique. Voilà en effet plus de trente ans maintenant que les gouvernements algériens qui se sont succédé, s'en tiennent invariablement à une position d'hostilité affichée à l'endroit du Maroc, soufflent le chaud et le froid sur l'évolution de cette affaire, disent aujourd'hui une chose et demain son contraire, nourrissent une propagande mensongère où, vérité oblige, la presse algérienne pèche gravement par une méconnaissance ahurissante du dossier du Sahara, se laisse fourvoyer par ses commanditaires, joue le rôle d'apprentis sorciers et, ce qui n'est pas moins tragique, s'évertue à nous administrer des leçons…

    A vrai dire, depuis 1962, l'essentiel de l'énergie des dirigeants algériens s'est porté de préférence sur une campagne permanente et spectrale contre notre pays. Comme si derrière cette affaire, plus que la légitime récupération par le Maroc de ses provinces, plus que leur décolonisation en vertu du droit international et de l'accord du 14 novembre 1975, il fallait justifier une rivalité régionale que notre pays récuse, il fallait surtout entériner une ambition hégémonique démesurée qu'Alger ne parvient ni à contenir ni à dissimuler. Comme si ensuite notre pays – et la propagande algérienne ne se lasse pas d'entretenir cette image caricaturale - s'apparentait à une puissance en proie à quelque irrédentisme territorial, alors qu'il a été victime des plus grandes et perverses spoliations de son territoire et du plus injuste morcellement que l'histoire ait connu. Comme si enfin, le droit et la légalité historique n'étaient qu'un vœu pieux, à la limite un vain mot que l'Algérie s'autorise à piétiner…
    L'Etat algérien dans sa splendeur, les instances non gouvernementales et la presse à sa botte n'ont de cesse depuis trente ans d'user infatigablement d'arguments fallacieux, de recourir à des procédés spécieux, de faire feu de tout bois, d'investir non sans fracas les forums internationaux, de l'OUA jusqu'aux Non-Alignés, nourrissant ainsi une rhétorique fielleuse dont le moins que l'on puisse dire est qu'elle est archaïque et procède d'une récurrente falsification de l'histoire. C'est une curée ininterrompue, ses acteurs essentiels, sa méthode et ses objectifs ne changent jamais, si ce n'est pour se transfigurer et épouser le visage tantôt diabolique, tantôt amadoueur. Si ce n'est aussi pour fourvoyer nos âmes et nous ramener ensuite sur le terrain de la dure réalité : un cloaque de petites lâchetés et d'engagements jamais respectés.

    Suite

    Le Matin
     
  2. ذات النقاب

    ذات النقاب أختكم في الله

    J'aime reçus:
    102
    Points:
    48
    Re : Droits historiques, territoires marocains spoliés et vérités au Sahara : Aux origines

    chokran pour les infos , cest tres utile, je les lis toujours
     

Partager cette page