Education et emploi : Quel apprentissage pour une meilleure employabilité

Discussion dans 'Info du bled' créé par freil, 11 Septembre 2005.

  1. freil

    freil Libre Penseur

    J'aime reçus:
    52
    Points:
    48
    Dans la perspective d'une sensible augmentation du nombre des jeunes Marocains et Marocaines qui terminent leur formation scolaire ou professionnelle avec des compétences et des aptitudes qui permettent une meilleure insertion dans le monde du travail porteur et une évolution bien réussie dans la vie active, et dans le cadre des grands efforts déployés en vue d'impliquer le secteur économique et la société civile dans la conception,

    la conduite et l'évaluation des programmes éducatifs et de formation, l'USAID en collaboration avec le ministère de l'Education nationale,
    de l'Enseignement supérieur, de la Formation des cadres et de la Recherche scientifique, le secrétariat d'Etat à la Formation professionnelle et à l'Emploi, le ministère de l'Agriculture et du Développement rural, le ministère du Tourisme, le secrétariat d'Etat chargé de l'Alphabétisation et de l'Education non formelle, les représentations régionales et provinciales de tous ces ministères, le secteur économique et la société civile ont initié un projet prometteur visant l'amélioration de l'apprentissage et l'employabilité des jeunes Marocains et Marocaines par le renforcement de la qualité et la pertinence de l'éducation de base et de la formation professionnelle et ce, en vue de les préparer aux études , au monde de l'emploi et à la vie sociale.


    Financé par l'USAID, ce projet dit : Advancing Learning and Employability for a Better Futur (ALEF) vise à accroître l'employabilité des jeunes Marocains et Marocaines en renforçant la qualité et la pertinence de l'éducation primaire et secondaire collégiale et de la formation professionnelle, afin de mieux préparer ces jeunes au monde du travail et de consolider la compétitivité économique du Maroc.

    Selon ses initiateurs, le projet ALEF concerne les domaines de l'éducation (éducations primaire et secondaire collégiale, alphabétisation) et de la formation professionnelle dans les régions de Casablanca, Chaouia-Ouardigha, l'Oriental et de Meknés-Tafilalet où les provinces respectives d'El Hajeb, Errachidia, Khénifra et Ifrane sont concernées par ledit projet.

    ALEF fonde sa stratégie sur cinq grands piliers à savoir : l'amélioration de la qualité et de la pertinence des enseignements dispensés ; l'engagement actif du monde économique; la forte implication de la société civile; la diffusion des Technologies de l'information et de la communication (TIC) dans les classes et les établissements comme outil pédagogique, outil de gestion et sujet d'étude et l'équité au niveau du genre, notamment en encourageant la réussite des filles au collège et dans leur formation professionnelle.

    Dans le domaine d'éducation, le projet ALEF s'appuie sur un partenariat efficace entre les écoles, les associations locales et le secteur économique en vue de:
    • améliorer les contenus et les méthodes par la formation des éducateurs et l'élaboration des modules et des outils pour améliorer la qualité et la pertinence des enseignements à l'école ;
    • renforcer la mobilisation sociale en favorisant la participation active et stratégique des parents, de la société civile et du secteur économique à l'éducation;
    • scolariser davantage de filles en aidant les communautés à assurer l'accès des filles au collège par l'octroi de bourses, la construction de foyers, etc.
    • alphabétiser les mères pour les accompagner et encourager une implication plus assidue et efficace dans la scolarité de leurs enfants.
    Par ailleurs, il y a lieu de rappeler qu'en matière de formation professionnelle, le Projet ALEF s'associe aux centres qualifiants du tourisme, de l'agriculture et aux établissements de formation professionnelle pour :
    • définir les profils requis en assurant l'accès à une information complète et fiable sur les besoins en compétences et savoir-faire du monde économique ;
    • améliorer la pertinence des enseignements en introduisant dans les établissements de formation professionnelle des modules et des méthodologies qui répondent aux besoins exprimés par le monde économique ;
    • faciliter l'insertion professionnelle par le renforcement du système d'orientation, du placement et du recrutement pour aider les diplômés à chercher un emploi et les employeurs à attirer du personnel qualifié.
    Selon une présentation faite de la composante “ Education” dans le projet ALEF, il ressort que les activités et les résultats qui leurs sont associés de cette composante : éducation de base et formation de ALEF, permettront l'adaptation des modules et matériels existants et la création de nouveaux modules et matériels pour l'utilisation en classe, conçus pour relever la qualité et la pertinence de l'enseignement et de l'apprentissage.

    Le projet impliquera des experts du secteur économique et des responsables de l'éducation pour définir un ensemble de “compétences adaptables et transférables” et les connaissances qui leur sont associées pour mieux préparer les lauréats du secondaire collégial, à passer au secondaire qualifiant, à la formation professionnelle ou à l'emploi.
    Selon cette même source d'information, les interventions dans le cadre de cette composante incluront l'utilisation de l'ordinateur en tant qu'outil pédagogique et comme matière d'étude pour la formation et pour l'emploi éventuellement.
    Le travail au niveau scolaire entraînera : des formations pour les enseignants et les formateurs ; une augmentation de l'engagement actif des parents et de la communauté locale dans la gestion des écoles, une amélioration des opportunités scolaires pour les filles.

    Dans cette optique, précise-t-on, ALEF engagera des organisations non gouvernementales locales pour concevoir et dispenser des programmes d'alphabétisation pour femmes et hommes, s'il y a lieu dans les régions et provinces couvertes par les activités d'éducation et de formation du projet. Il construira ces programmes autour du nouveau Code de la famille - la Moudawana - en mettant un accent spécial pour aider les bénéficiaires à appliquer ce qu'ils apprennent pour promouvoir le bien-être de leurs enfants, leurs familles et leurs communautés.

    La formation qui en découle, autant que possible, soulignera la manière dont les mères (et pères) peuvent activement promouvoir l'apprentissage scolaire de leurs enfants, à la fois à la maison et au sein de la communauté.
    Cette stratégie, relève-t-on auprès de la même source d'information, sera associée à des activités d'encouragement de la participation communautaire autour de l'établissement scolaire, et ce, de deux manières :
    ALEF essaiera, à travers les ONG partenaires à la mise en place du programme, d'engager les APTE et/ou les Comités de gestion scolaire (CGS) à parrainer et organiser les cours d'alphabétisation.
    Les cours d'alphabétisation aideront, résolument, à préparer et à motiver les femmes à devenir plus actives dans le fonctionnement et les actions des APTE et/ou CGS.

    Le projet ALEF, en collaboration avec ses partenaires clefs et d'autres intervenants, développera une méthode de pilotage et d'évaluation du projet. Les indicateurs qui mesurent l'atteinte des résultats, selon les populations cibles spécifiques, seront développés ainsi qu'une stratégie globale pour la mise en ½uvre du Plan (pilotage et évaluation) M&E (Monitoring and Evaluation), y compris les aspects suivants : l'échéancier et la fréquence des mesures ; les instruments définitifs ; la définition des responsabilités ; les aspects de gestion et de logistique ; les différentes sources d'information ; la mise en place de principes et de stratégies liées "à l'aléatoire" et "représentativité" dans la construction des échantillons pour déterminer la taille des différents échantillons, les utilisations prioritaires des résultats, avec les stratégies de dissémination.

    Les activités spécifiques, prévues pour la première période jusqu'à septembre 2005, comprennent :
    1. adapter les modules et matériels existants, et en identifier de nouveaux pour l'utilisation en classe conçus pour améliorer la qualité et la pertinence de la scolarisation dans le primaire et le collège, avec une attention particulière portée sur les compétences et connaissances “ adaptables et transférables ”;
    2. renforcer la participation communautaire à l'éducation par la mobilisation sociale des parents et des communautés (APTE, CGS, autres associations locales) autour de l'amélioration de la qualité et de la pertinence de la scolarité et de l'augmentation de la scolarisation des filles;
    3. augmentation des inscription des filles au collège dans les zones cibles , avec diminution des taux de déperdition des filles en leur octroyant des bourses pour une inscription au collège et en fournissant des subventions pour aider aux améliorations d'infrastructure et autres initiatives liées à la scolarisation des filles;
    4. augmentation du nombre de femmes alphabétisées dans les régions cibles et augmentation de la participation des femmes aux efforts de gestion de l'école par le biais d'un programme d'alphabétisation fonctionnel de la femme, basé sur le Code de la famille (la Moudawana);
    5. promouvoir et mettre en ½uvre l'utilisation d'ordinateurs tant comme outil pédagogique que comme matière d'étude pour un apprentissage futur et/ou emploi;
    6. développer un programme global de pilotage et d'évaluation du projet.


    LEMATIN
     

Partager cette page