El Ferrae revient étonnamment à la charge

Discussion dans 'Info du bled' créé par Info du bled, 21 Juillet 2009.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    En voilà quelqu’un qui fait tout pour ne pas se faire oublier. Vous le chassez par la porte, il vous revient par la fenêtre.
    Le dénommé Mohamed El Faraa avait échoué de son plus bel échec lors des élections des délégués de la MGPAP dans le secteur des Finances au niveau de la ville de Rabat. Il était de facto exclu de participer à l’assemblée générale, seule compétente, pour élire samedi prochain 33 membres du Conseil administratif et de la Commission de contrôle.
    A leur grande surprise, les militants de la commission nationale élargie des délégués et administrateurs de la Mutuelle générale du personnel des administrations publiques constatent que ledit Mohamed El Faraa les a précédés en déposant sa candidature. Ce qui est inadmissible, inacceptable, parce que illégal. Illégal, puisque non conforme aux textes juridiques et réglementaires prévus par le Dahir régissant la Mutuelle. Pourtant, l’article 10, paragraphes 1 et 4, du Dahir de 1963 sur la Mutualité.est clair : ne peut se présenter au Conseil d’administration que les délégués participants élus qui seront les interlocuteurs des adhérents des 13 régions du Royaume avec les l’Administration. L’article cité est clair également pour tout membre adhérent de la Mutuelle qui veut assister aux travaux de l’assemblée, mais en tant qu’observateur et n’a donc nullement le droit d’intervenir, de débattre et de voter.
    Les autorités compétentes sont appelées, à la suite de l’application de l’article 26 de la Mutuelle, à la mise en exécution des dispositions légales en vigueur notamment le rejet de la candidature de Mohamed El Faraa.
    A noter que suite au verdict rendu le 03 décembre 2008 par le tribunal de 1ère instance de Rabat annulant les résultats des élections de 2007 et après la décision des deux départements concernés, les instances de la MGPAP et celles de la Mutuelle avaient été dissoutes.
    Il n’est pas sans rappeler aussi que la gestion de la Mutuelle générale du personnel des administrations publiques (MGPAP) était entachée de graves irrégularités et violations de la loi soulignées par les autorités publiques compétentes et par les partenaires sociaux depuis l’année 2002. Par ailleurs, plusieurs autorités publiques de tutelle, et des partenaires sociaux ont attiré l’attention sur les défaillances et manquements aux règles juridiques de base, commises dans la MGPAP, notamment les ministères des Finances et de l’Emploi, les délégués, les administrateurs, les membres de la commission de contrôle, les députés et les conseillers parlementaires, les organisations professionnelles de la santé, l’IGF, les organisations des droits de l’Homme, les syndicats, les partis politiques et autres organisations de protection des deniers publics.
    D’un autre côté, une soixantaine d’employés de la Mutuelle générale avaient intenté un procès à Mohamed El Faraa, Hamid Chabat, Bouchaib Alami, Samira Lachheb et Lotfi Koraich. Ils les poursuivaient pour injures et diffamation, coups et blessures, outrage à fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions et atteinte à la liberté de travail au sein d’un établissement public. Ils les avaient accusés également d’entrave à l’action du gouvernement, attaque d’employés, destruction de matériel de la MGPAP et occupation illégale des lieux.
    A rappeler que le 6 avril dernier, Hamid Chabate et Mohamed El Faraa avaient occupé de manière illégale et de force, pendant plus de deux heures, le nouveau siège de la Mutuelle générale.







    Source : libe.ma
     

Partager cette page