El Jadida: Une étrange maladie sur les berges d’Oum Er-Rabia

Discussion dans 'Scooooop' créé par @@@, 24 Septembre 2009.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    . 8 personnes hospitalisées d’urgence


    · Les analyses confiées à l’Institut national d’hygiène


    LES autorités sanitaires et locales de la province d’El Jadida sont mobilisées contre la propagation d’une étrange épidémie. Le foyer s’est déclaré à Mhioula, une petite localité sur les berges de la rivière Oum Er-Rabia relevant de la commune Ouled Rahmoun non loin d’Azemmour.
    Les premiers cas se sont déclarés au sein d’une même famille composée de 5 membres (le père, la mère et leurs 3 enfants adultes âgés entre 24 et 30 ans). Ces personnes présentant les symptômes de l’ictère, fièvre et douleurs des articulations ont été admises (non sans quelques attentes) à la clinique privée Ennakhil, le 19 septembre. Les premières constatations des médecins laissent suspecter l’hépatite A, maladie à transport hydrique. La source Mhioula est en effet très utilisée par les habitants de cette zone. Néanmoins l’appréhension est plus grande concernant la leptospirose, qui, elle, est une maladie transmise par les rats d’égout.
    Ce qui fait craindre le pire, c’est que cette maladie a été contractée simultanément par tous les membres d’une même famille. Les pressentiments d’une épidémie se sont intensifiés quand 3 autres personnes, 2 hommes et une femme, de la même zone présentant la même symptomatologie, mais cette fois de différentes familles, ont été hospitalisées d’urgence à l’hôpital provincial Mohammed V d’El Jadida au cours de l’après-midi de mardi dernier. Les premières analyses effectuées sur place penchent plus pour la leptospirose.
    L’alerte et une surveillance très rapprochée ont été décrétées par les autorités locales. Une délégation mixte a été dépêchée sur les lieux à Mhioula. Et des moyens d’hygiène ont été réalisés dans la crainte de la propagation de la maladie. La nature de cette dernière n’étant pas encore vraiment déterminée.
    Les eaux de la source Mhioula ont été traitées avec notamment du chlore. Des équipes de techniciens ont procédé à des opérations de dératisation. La population locale a été également sensibilisée pour adopter des mesures préventives.
    Des prélèvements ont été effectués sur les malades. Ils ont été confiés pour des analyses approfondies à l’INH (Institut national d’hygiène) à Rabat, mardi dernier. Cependant, les résultats de ces analyses ne seront connus que dans une semaine.


    http://www.leconomiste.com/
     

Partager cette page