En l’absence de réaction de l’ONU

Discussion dans 'Scooooop' créé par kochlok03, 28 Février 2006.

  1. kochlok03

    kochlok03 Visiteur

    J'aime reçus:
    114
    Points:
    0
    Les séparatistes procèdent par violation et arrogance à Tifariti

    Zone-tampon séparant la frontière algérienne du mur de défense, érigé par l’armée marocaine pour stopper les incursions du « Polisario », Tifarity, située à 80 km de Smara, est une localité marocaine.
    Pour célébrer son 30ème anniversaire le 27 février, la pseudo-république sahraouie a choisi ostensiblement cette partie intégrante du territoire marocain. Les séparatistes s’investissent encore une fois dans l’arrogance. Une fois de plus, ils sont encouragés par notre voisin de l’Est, membre de l’UMA, l’Algérie. Quelques milliers de tentes sont installées et des préparatifs de « grandioses festivités » sont en cours grâce à l’argent destiné à l’aide des séquestrés et cavalièrement détourné, au vu et au su de la communauté internationale. Et ce, au moment où le Haut Commissariat aux Réfugiés, à cor et à cri, s’alarme sur les conditions catastrophiques des séquestrés, notamment suite aux dernières inondations.
    Celles-ci ont causé la destruction de la moitié des habitations dans les camps de la honte.
    Une ONG marocaine, ½uvrant dans les provinces du Sud, a relevé que, pour donner de l’allure à cette cérémonie, les séparatistes ont déplacé des milliers de Marocains sahraouis. Des comparses malgré eux.
    Face à cette situation, on se pose des questions sur le rôle de la MINURSO et de ses 400 agents déployés au Sahara marocain et on s’interroge sur le mutisme de l’ONU.
    L’accord de cessez-le-feu signé le 6 septembre 1991 stipule que personne n’a le droit d’occuper la zone - tampon en question, laquelle zone continue de dépendre administrativement du Maroc. Etant chargée de faire respecter les clauses de cet accord, cette instance internationale se doit de se départir de son attitude actuelle inexplicable et assumer ses responsabilités. Tout simplement en interpellant les séparatistes quant au respect des termes dudit accord. Ce serait la moindre des choses.
    Le « Polisario » aurait des vues sur cette zone où, paraît-il, il projette la construction d’un « parlement », en plus d’une route reliant Tindouf à Tifariti. Chose qui s’inscrit en contradiction avec les accords d’Houston stipulant la démilitarisation de cette région.
    Le Maroc, tout en se contenant de recourir à l’escalade, demeure vigilant à l’égard de tout ce qui touche à son intégrité territoriale et c’est à la communauté internationale de réagir face à la flagrante violation des accords conclus sous l’égide de l’ONU.

    Source :l’opinion

     

Partager cette page