Enfance de l'acteur Didane

Discussion dans 'Scooooop' créé par ali38, 4 Décembre 2005.

  1. ali38

    ali38 Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    abdellah didane si vous connaissez pas est un acteur marocain. Moi je le connaissais et j'appreciais même en tant qu'acteur. mais ce que je connaisais pas c'est son enfance tres dure. Prenez la peine de lire son entretien à Maroc-hebdo:


    Abdellah Didane
    Il aurait préféré aller manger des « socettes » dans un bouiboui de Salé qu'il connaît bien mais lorsqu'il a appris que c'était le « Journal Hebdo » qui régalait, il a choisi le Shangrila, un restaurant asiatique au Dawliz de Rabat. Au menu, de la bouffe chinoise qui perd tout son goût lorsque Abdellah Didane raconte sa vie. A côté, on a l'impression que « Les misérables » de Victor Hugo est un conte de fées.

    [​IMG]

    Tu n'as que 38 ans et on peut déjà dire que tu as une belle carrière derrière toi.
    On peut dire aussi que j'ai 38 ans et que tout reste encore à faire… Tout dépend de quel côté on se place. Moi, je compte 4 longs métrages, 2 sitcoms, 10 séries à la télévision, 13 téléfilms et 15 années de théâtre en tant que professionnel. J'en connais qui sont aujourd'hui à la retraite pour moins que ça. Là d'où je viens, quoi que l'on fasse, ce n'est jamais assez.

    On y reviendra tout à l'heure ; mais d'abord, pourquoi ce resto ?
    Parce qu'il est à Salé. A l'endroit même où nous sommes en train de manger, il y avait une forêt et j'y jouais lorsque j'étais gosse. Ca s'appelait El Khmiyess.

    Tu jouais à quoi ?
    A gagner ma vie. On venait en groupe et on cherchait les vers sous la terre qu'on revendait ensuite comme appâts aux pêcheurs. Sinon, lorsqu'on voulait se bagarrer avec quelqu'un, on lui donnait rendez-vous ici. Le coin était très tranquille et tout le monde pouvait amocher tout le monde sans que personne n'intervienne.

    C'était sérieux ?
    Oui, on réglait nos comptes ici. Mais lorsque l'affaire devenait vitale, on se donnait rendez-vous au cimetière. D'ailleurs c'est dans le cimetière de Salé que j'ai envie d'être enterré.

    Pourquoi ?
    Le cimetière de Salé est ma propriété. Entre l'âge de 10 et 14 ans, c'était mon refuge. J'avais peur de tout et le seul endroit où personne ne pouvait me toucher était ce cimetière.

    Peur de quoi ?
    De tout, je te dis. Il y avait les flics, les chemkara et aussi un type qui s'appelait Driss Touil. C'était la terreur de Salé. Il violait les gosses et une fois, je l'ai vu tabasser un type dans la rue avant de violer la dame qui l'accompagnait. Sous mes yeux et ceux des passants…

    Tu passais ta journée dans le cimetière ?
    Non, j'y allais vers 17 h, à la tombée du jour et j'y restais jusqu'au matin. Je dormais dans les tombes qu'on venait de creuser pour y accueillir ceux qui venaient de mourir.

    Je ne te crois pas. Personne ne peut dormir dans un cimetière. Les morts sortent la nuit à ce qu'on dit. A côté d'eux, ton Driss Touil passerait pour Mickey. C'est bien pour ça que je dormais là-bas. Jamais personne ne s'y est aventuré.

    Vraiment dans les trous ?
    Oui, je ne pouvais pas m'allonger, alors je me recroquevillais et me couvrais de quelques pierres. Le lendemain, on y enterrait un mort et le soir je dormais dans le trou à côté.

    Tu n'avais pas une maison comme tout le monde ?
    Si, mais à 9 ans, ma mère nous a abandonnés moi, mon frère qui avait 11 ans et un autre frère trisomique âgé d'à peine un an. Mon père travaillait au palais royal comme électricien et il partait souvent pour plusieurs semaines.

    Et l'école ?
    Pas trop le temps. C'est mon grand frère qui y allait et il fallait trouver de l'argent pour acheter à manger à mon petit frère…

    Comment tu te débrouillais pour ça ?
    Je l'enroulais dans un drap, je le transportais dans mes bras et je le posais devant moi à la sortie des mosquées. Je racontais mon histoire aux gens mais la plupart m'insultaient car ils n'y croyaient pas trop.

    Mais pourquoi dormir dehors ?
    Parce que j'avais commencé ma période de tchemkira. Je sniffais la colle, je bouffais du cirage et je me gavais de pots d'échappement. Je ne voulais pas que mon grand frère et mon père le sachent.

    Tu étais chemkar ?
    A fond. J'étais dans les vaps 24/24. Très tôt le matin, je quémandais aux gens une baguette de pain que je plaçais ensuite dans le pot d'échappement du bus numéro 6 de Bab Bouhaja. Lorsqu'il démarrait, le pot recrachait ma baguette qui sortait toute noire.

    Tu mangeais ça ?
    Tous les jours. C'était le p'tit-déj et dès que j'entamais ma baguette, je devenais ce que j'avais envie de devenir. Quelques fois, j'étais médecin et je donnais des conseils à mes autres copains chemkaras, ou alors je devenais Younès Migri et je chantais toute la journée…

    Pourquoi la colle et le cirage puisque les pots d'échappement faisaient leur effet ?
    Il fallait que je sois vraiment out de la réalité. On allait à la tour Hassan où il y avait des touristes et on faisait la manche. Ensuite on achetait une boîte de cirage et du pain. On se faisait des tartines énormes. Dégueulasses mais effet immédiat. Pareil avec la colle à rustine.

    On peut dire que tu siliciounais tes problèmes avec ça…
    Oui, on peut. Alors arrête de me faire rire avec mes 38 ans et ma carrière.

    Tu ne faisais que mendier ?
    Non, j'ai fait plein de boulots et plein de conneries entre-temps. J'ai bossé comme apprenti boucher, porteur dans les marchés… J'ai aussi fait du « grissage ». J'ai volé des sacs à main, des portefeuilles….

    Pourquoi ta mère vous a abandonnés ?
    Mon père était alcoolique. Il rentrait très tard dans la nuit et souvent, il venait avec un ou deux amis. Il nous réveillait mon grand frère et moi et il nous demandait d'impressionner ses invités en chantant les Ghiwane. Un jour, il est venu avec un type qui n'était pas de la ville et il l'a invité à rester pour quelque temps chez nous.

    Ta mère n'a pas voulu de lui et elle est partie…
    Non ! Comme mon père travaillait, le monsieur restait avec nous. Il nous donnait 50 centimes et nous disait d'aller acheter des bonbons. Lorsqu'on revenait, la porte était fermée à clef et ma mère mettait du temps à nous ouvrir…

    …. Le type couchait avec ma mère. Lorsqu'elle ouvrait enfin la porte, ses cheveux étaient ébouriffés mais mon frère et moi, on ne comprenait pas. Un jour, mon père s'était réveillé plus tôt que prévu et il n'a pas trouvé ma mère à ses côtés. Il est sorti de sa chambre et il les a vus en plein acte.

    Quelle a été sa réaction ?
    Il est parti à son boulot. Le soir, il est rentré et il n'a pas dit un mot. Je pense que s'il avait réagi en tabassant ma mère ou en démolissant la maison, ma mère serait restée. C'est peut-être son silence qui a été terrible pour elle. Elle a ramassé ses affaires et elle est partie.

    C'est ce que voulait ton père ?
    Non, pas du tout. Ils étaient mariés depuis 14 ans, il l'aimait trop et il ne s'en est jamais remis.

    Tu as revu ta mère ?
    Sept ans plus tard. A 16 ans, j'ai décidé de la chercher et je l'ai retrouvée. Elle vivait en concubinage avec le type et elle a eu un enfant de lui. D'ailleurs, lui et moi, on se ressemble comme deux gouttes d'eau.

    Comment tu as fait pour t'en sortir ?
    Grâce à un type qui s'appelle Rachid El Hemrani. Il était menuisier et ancien scout. De temps en temps, je l'aidais à porter ses planches de bois et un jour j'ai vu chez lui une revue du scout français. Il a vu que je m'y intéressais et il m'a demandé si je voulais être scout moi aussi. Il m'a inscrit, m'a acheté un sac à dos, des souliers et il m'a prêté son uniforme. Je lui dois tout.

    Il sait ce que tu es devenu ?
    Non. Je l'avais perdu de vue et dernièrement je l'ai vu en train de marcher dans la rue. J'ai arrêté ma voiture, je suis descendu et je lui ai serré la main en lui disant merci pour tout. Il ne m'a même pas reconnu et je crois qu'il se demande toujours pourquoi un étranger lui a dit merci dans la rue.

    Le théâtre ?
    Lorsque j'étais scout j'étais inscrit dans la cellule théâtre et tout a commencé à cette époque. J'ai progressivement arrêté la tchemkira et à 20 ans j'étais déjà bon comédien.
    Donc, à 38 ans on peut dire que tu as une belle carrière derrière toi. J'ai lu dernièrement que tu gagnais bien ta vie.
    Même très bien al hamdoulillah. Mais j'aide énormément mes proches. Ma mère, la femme que mon père a épousée plus tard, mon frère trisomique qui est devenu champion du Maroc du 400 mètres et du lancé de poids chez les handicapés, mon grand frère qui est devenu l'un des meilleurs scénaristes du pays, ma tante, et mon père qui est aujourd'hui décédé.

    Tu es marié depuis 10 ans et tu as une petite fille de 2 ans. Ca se passe bien ?
    Je suis heureux. Mon obsession est de faire l'impossible pour qu'elle ne vive pas ce que j'ai vécu. Il y a deux choses que je n'ai jamais connues de ma vie : la peur et l'affection. Ne pas avoir peur me sert dans ma vie et dans mon métier. Par contre, l'affection, je ne sais pas ce que c'est. Elle a été zappée de ma vie au moment où j'en avais le plus besoin. Peut-être que l'affection, c'est ce que j'éprouve aujourd'hui pour ma fille.

    Question bête : des regrets ?
    S'il n'y avait pas eu Rachid El Hamrani le menuisier, au meilleur des cas, je serais à l'heure où je te parle dans une prison et sûr que je l'aurais regretté. Aujourd'hui, il n'y a pas une seule porte d'un Marocain qui me soit fermée. Que ce soit un chaouch ou un ministre, je suis toujours bien accueilli et je tire une fierté de ça. Je suis fier d'être arrivé là où je suis, en partant d'un point se situant bien en dessous de zéro.

    Le resto était comment ?
    Il ne peut pas être mauvais. Il se trouve à Salé.



    Yassine Zizi

     
  2. oube

    oube Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : Enfance de l'acteur Didane

    wow !!! Cheers Didane wallah chapeau bas !! khass had sayed daba y3awn drari chamkara wyamchi l3andhoum y3awdlhoum 9issa dyalou ...3la rappi ytab3ou parcours dyalou
     
  3. HUMEX12

    HUMEX12 S9ardyouss

    J'aime reçus:
    40
    Points:
    0
    Re : Enfance de l'acteur Didane

    lychoufou dima nache6 gua3 mayguol daz 3lih hadchi kamel [21h]

    franchement chapeau bas pour notre grand acteur Didane [06c]
     
  4. karateka

    karateka Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : Enfance de l'acteur Didane

    a sidi tbark allah 3lih, le fait de parler sincerment hakda ra c genial et puis howa rah c un grand acteur, lmohime kif ma ka ygoul lmatale "Li Ma 3andou Chwiya 3andou Bezaf"
     
  5. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    Re : Enfance de l'acteur Didane

    je te remercie cher Simo1 d'avoir partager cette interview avec nous, Didane est mon acteur prefere et mnt je sais pourkoi [06c]

    la vie n'etait pas rose pour cet acteur mais il s'est battu pour y arriver et il l'a fait, je le felicite du fond du coeur et je lui souhaite une tres bonne continuation ainsi que pour son frere aine, j'aodre ses scenarios, et son petit champion. chapeau bas Mr Didane [02c]
     

Partager cette page