enquete : code de la route

Discussion dans 'Scooooop' créé par Med Omar, 18 Janvier 2011.

  1. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    Nouveau code de la route : les automobilistes ne comptent pas changer leur manière de conduire


    [​IMG]

    [​IMG]
    Les particuliers plus réceptifs à l'égard du texte que les professionnels. Des doutes persistent sur la capacité du code à juguler la corruption. Les agents badgés et les radars automatiques parmi les mesures les plus populaires.

    Le nouveau Code de la route est globalement bien perçu par les automobilistes marocains. C’est le résultat auquel a abouti un sondage effectué par le cabinet TNS Maroc, du 1er au 30 novembre 2010 auprès d’un échantillon de 700 conducteurs, dont 502 particuliers et 192 professionnels (petits taxis, grands taxis et camions). Au total, 78% de l’échantillon se disent favorables au texte contre seulement 17% de réfractaires, alors que 5% ne se prononcent pas.
    Ce sont les particuliers qui se montrent beaucoup plus enthousiastes à l’égard du code : 83% d’entre eux sont favorables, 12% y sont opposés et 5% ne se prononcent pas. En revanche, le taux de satisfaction baisse sensiblement quand on aborde la même question avec les professionnels. Ils ne sont que 64% à être en phase avec le nouveau dispositif et 30% expriment leur rejet. Cet état d’esprit ne devrait guère surprendre. Dès les premières ébauches du texte qui a pourtant été corrigé plusieurs fois avant son adoption, les professionnels avaient manifesté une vive opposition et le noyau dur de la contestation ne semble toujours pas convaincu de son opportunité. Néanmoins, tout le dispositif n’est pas rejeté en bloc. Cette même catégorie professionnelle apprécie à une majorité écrasante (94%) l’instauration des contrôles alcootest. Suivent, par ordre d’appréciation, le port du badge par les agents de contrôle (85%) et le recours aux appareils automatiques de constatation (79%). Naturellement, le retrait du permis après épuisement des 30 points initiaux, le paiement des amendes par chèque et l’instauration du permis à point sont les dispositifs les moins bien appréciés avec respectivement 48, 53 et 59% d’avis favorables. Les particuliers sont plus indulgents sur ces trois points qui sont généralement redoutés par tous les conducteurs.

    La télévision et la radio, premiers supports pour la vulgarisation du code

    Du point de vue des bénéfices du nouveau code, il se dégage de l’enquête que 82% de l’échantillon considèrent qu’il peut mener à la réduction du nombre d’infractions, tandis que la question de la clarification des droits et devoirs des usagers de la route obtient 81% d’avis favorables. Les enquêtés fondent beaucoup d’espoir sur les capacités du code à favoriser la baisse du nombre de morts dues aux accidents (75%) et une meilleure protection des droits des conducteurs contre les abus (73%). Ces avantages sont plus ou moins bien appréciés par les deux catégories de sondés. En revanche, ils sont d’avis que le code n’aura pas un impact aussi significatif sur la corruption. Seulement 49% des répondants y croient. Il est vrai que les vieilles pratiques ne peuvent pas disparaître du jour au lendemain. Mais le sentiment des conducteurs est certainement renforcé par la mauvaise réputation d’une partie des agents de contrôle. Peut-être croient-ils également qu’ils pourront toujours sortir un billet pour se tirer d’affaire après une faute flagrante. Comme dans bien d’autres aspects, les professionnels sont plus sceptiques sur la réduction de la corruption (44% d’avis favorables). Chez les particuliers, ils sont en revanche 51% à y croire.
    Malgré un bon accueil et des aspects positifs reconnus, les sondés pensent dans leur grande majorité que, et là c’est très surprenant eu égard aux objectifs visés par le législateur, la manière de conduire ne changera pas. Seulement 39% émettent un avis favorable contre 59% de défavorable et 2% qui ne se prononcent pas. Le niveau de scepticisme (avis défavorable) monte à 62% chez les professionnels contre 58% chez les particuliers.
    Ces données illustrent qu’il y a encore un effort à faire en matière de sensibilisation auprès des professionnels, surtout par les associations, les fédérations et les syndicats qui figurent en piteuse position dans le palmarès des sources d’information sur le nouveau Code de la route. Elles sont citées dans 11% des cas par les 700 répondants contre 90% pour l’audiovisuel (télévision et radio), 83% pour les proches (famille, amis et connaissances) et 34% pour la presse écrite.

    Source : lien
     
  2. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    SONDAGE L’ECONOMISTE-SUNERGIA

    LE NOUVEAU CODE DE LA ROUTE PRATIQUEMENT PLÉBISCITÉ

    APPROBATION GÉNÉRALE POUR LE NOUVEAU TEXTE

    LES MOINS AISÉS SONT CEUX QUI SOUTIENNENT LE PLUS

    LES CASABLANCAIS APPROUVENT, MAIS MOINS FORT QUE LES AUTRES
    [​IMG]
    Trois mois après son entrée en application, le nouveau code de la route recueille un quasi-plébiscite auprès d’un échantillon représentatif. C’est ce qui ressort du sondage d’opinion mené par le bureau d’études Sunergia, pour le compte de L’Economiste. Les chiffres transcrivant l’approbation des gens sont si élevés qu’il faudra s’interroger sur l’opposition très active et très visible qui a entouré le processus de discussion de cette loi (voir page 6). Les chiffres du sondage renversent les idées préconçues sur le nouveau code. A la question de savoir si «le code a réussi son entrée en application», 64% des sondés répondent oui. On a encore en mémoire les critiques virulentes qui parlaient d’impréparation ou d’erreurs politiques. Les catégories les plus aisées sont celles qui sont le plus mauvais public, tout en restant majoritairement favorables (52% contre 48%) à la manière dont le texte est entré en application.
    En revanche, dans les catégories les moins aisées, on rencontre un quasi-plébiscite: 70% contre 30% chez les C-. Bien que les compagnies d’assurances ne divulguent pas leurs tables de sinistres, on sait que les accidents frappent les grands taxis, les vélomoteurs et les piétons.
    Il y aurait donc une certaine logique à voir la catégorie C- la plus favorable. Mais notre sondage, à lui tout seul, ne permet pas de tirer cette conclusion. En revanche, le sondage dit clairement que la première raison pour laquelle le code est apprécié est: «les gens respectent le nouveau texte». Le niveau de citation est de 82%. Il faut ajouter à ce score très élevé, un petit 8% de sondés disant que «le nouveau code avait réussi son entrée car la peur a fait changé le comportement des conducteurs». Notons que la question était ouverte, c’est-à-dire qu’il n’y avait pas une liste de réponses proposées par avance.
    La diminution du nombre d’accidents, qui était le but de la loi elle-même, vient après, mais bien loin derrière, à 28%.
    Du côté des 36% de gens qui trouvent que le code a raté son entrée, les avis sont très dispersés quand il s’agit d’en citer les raisons. Ils en avancent 14, dont les deux plus importantes sont les problèmes d’infrastructure et «les gens ne changent pas, ne respectent rien, manquent de civisme…»
    Le sondage ne permet pas de savoir quelle catégorie sociale, ni quelle tranche d’age ou encore quelle région pense cela de ses concitoyens.
    Néanmoins, l’enquête va peut-être conforter la piètre idée que les régions se font des Casablancais. En effet, il faut noter que ce sont les Casablancais qui avouent clairement avoir fait le moins d’efforts pour changer de comportement. Ceux qui ont changé sont certes majoritaires, mais moins qu’ailleurs. Et comme les conducteurs de Casablanca sont les plus nombreux, et ayant le plus de voitures… les Bidaouis font tomber la moyenne nationale. De là les campagnes de «sensibilisation» ciblent prioritairement la capitale économique… Mais les Bidaouis ne pourront pas dire qu’ils n’ont pas été prévenus.

    Des résultats tangibles sur la route
    Pour le mois d’octobre, les accidents ont reculé de 26,6% . En novembre, la baisse s’est stabilisée. Mieux encore, sur la même période, le nombre de tués a régressé: de 11 morts par jour on est passé à 6,5.
    En comparaison avec octobre et novembre 2009, le nombre de tués a baissé de 40%, soit plus de 200 vies de sauvées chaque mois. La baisse a également concerné les blessés graves et légers qui reculent d’un quart. Il y a quand même eu, chaque jour, 212 blessés graves et légers sur nos routes.
    Malheureusement, on peut redouter qu’une aussi forte amélioration des résultats dès les premiers jours soit un feu de paille. Sans retrouver des routes aussi meurtrières qu’avant le code, on peut craindre de voir augmenter à nouveau les accidents.
    Les chiffres ci-dessus ont été donnés en public en novembre. Mais, étrangement, le Comité national de prévention des accidents de la circulation, sur son site Internet, n’est même pas encore arrivé à la date d’entrée en vigueur du nouveau code. Il se contente de publier des chiffres arrêtés à fin mai 2010, c’est-à-dire il y a sept mois et demi. En tout cas, on ne peut pas l’accuser d’excès de vitesse….

    Fiche technique
    Le sondage a été effectué par le bureau d’études de marché Sunergia, via sa filiale Marketphone, pour le compte de L’Economiste, du 16 au 28 décembre 2010, c’est-à-dire deux mois et trois semaines après l’entrée en vigueur du nouveau code de la route.
    607 personnes ont répondu valablement. Elles ont été interrogées par téléphone.
    En termes d’âge, l’échantillon compte 21% de personnes ayant entre 20 et 30 ans, 36% entre 31 et 40 ans, 28% de 41 à 50 ans. 12% de l’échantillon ont entre 51 et 60 ans et enfin 3% des personnes interrogées ont plus de 61 ans.
    L’échantillon s’est aussi appuyé sur la région de résidence (seulement deux personnes ont refusé de dire dans quelle région elles résident). Casablanca et sa région comptent pour 35%, Rabat et sa région pour 24%. Fès, Meknès et l’Oriental ont été regroupés et pèsent 15% de l’ensemble. Le nord proprement dit compte pour 9%, le Tensift pour 10% et, enfin, le sud pour 8%.
    Le cabinet Sunergia a aussi respecté les classements par couches sociales, un classement multi-critères où interviennent le revenu, le niveau d’études, l’âge, le métier…
    Quatre catégories ont été retenues. Tous les A, qui sont numériquement peu nombreux, ont été regroupés. Ils pèsent pour 8% de l’échantillon. Les catégories A regroupent des chefs d’entreprise, des hauts fonctionnaires, des cadres supérieurs, dont le revenu mensuel commence à 35.000 DH. Sunergia a en revanche retenu deux classes pour les catégories C, qui sont les plus nombreuses. Si l’on ne regarde que le revenu, on peut dire que les C- sont aux alentours du Smig et vont jusqu’à 2.500/3.000 DH. Dans notre enquête les C- comptent pour 27% de l’échantillon.
    Les C+ se situent dans des revenus allant de 3.000 à 5.000 DH. Ils pèsent 40% de notre étude. Enfin les catégories B comptent pour 26%.
    Il faut noter que la première question de l’enquête a porté sur la manière dont le nouveau code a été «vendu». Durant les premiers mois de son application, c’était en effet une question qui paraissait centrale dans l’opinion publique. Trois semaines plus tard, elle avait nettement perdu de son importance. Nous donnons cependant le détail des réponses, pour mémoire.

    Source : lien
     
  3. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    SONDAGE L’ECONOMISTE-SUNERGIA
    NOUVEAU CODE: LES COMPORTEMENTS ONT CHANGÉ

    LA ROUTE MOINS STRESSANTE
    … SAUF À CASABLANCA

    LES PLUS ÂGÉS SONT LES PLUS RASSURÉS


    [​IMG]

    Une majorité de conducteurs dit avoir changé de conduite, ce qui était le slogan de la publicité pour le nouveau code, un slogan qui existe d’ailleurs à l’identique dans de nombreux pays. Et c’est bien logique.
    Quel que soit l’âge, le comportement a changé. La moyenne est donc à 61% de personnes qui ont elles-mêmes fait évoluer leur propre comportement. Le sondage ayant été réalisé fin décembre, on peut penser que ce changement ainsi reconnu n’est pas le simple effet de la nouveauté. D’ailleurs, le maintien de la baisse des accidents en novembre étaye la thèse d’un changement acquis, même s’il est sans doute encore précaire.
    Trois mois après l’entrée en vigueur de la loi, les Marocains redoutent encore la corruption (voir encadré page 6): seulement 2% de notre échantillon, c’est-à-dire bien en dessous du seuil de signification statistique, pensent que le code fait baisser la corruption. Sur ce point précis, il faut rappeler que la nouvelle loi a instauré l’obligation aux agents de contrôle de porter un badge (avec nom, prénom et matricule). Sur le terrain, de nombreux agents soit dissimulent leur badge, soit ne le portent pas du tout. Ce qui rend impossible la lutte contre les abus de pouvoir: sans identité, pas de recours possible.
    Après l’entrée en vigueur du code, la majorité des sondés, 57%, estime que la route est moins stressante. Les plus âgés sont les plus satisfaits: 69% pour les 51-60 ans et 67% pour les aînés (61ans et plus).
    Les plus jeunes eux, sont à peine majoritaires à se dire moins stressés. Chez les 20-30 ans, ils ne sont que 53% à se sentir mieux; chez les 31-40 ans, le taux se fixe à 52%. On n’étonnera personne en disant que les Casablancais restent majoritairement sous pression. 51% des Bidaouis disent que la situation ne s’est pas améliorée. Un sentiment qui s’expliquerait par le nombre de véhicules dans la métropole économique. Plus de 1,5 million de véhicules circulent par jour à Casablanca (cf.www.leconomiste.com). S’y ajoutent les travaux du tramway (déviation des réseaux souterrains et aménagement de la voie ferrée) ou encore les chantiers de réhabilitation des artères. Et aussi, si on écoute les Casablancais, un très mauvais plan de circulation. Et encore, si on écoute les autres Marocains, le manque de civisme des Casablancais.

    J. B.

    Source : lien
     
  4. antar76

    antar76 Visiteur

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    infos tres interessantes merci
     
  5. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    u'r welcome
     
  6. sda3

    sda3 Matkhafch khouuk ana ri lwaqt li m....

    J'aime reçus:
    120
    Points:
    63
    kdoub [22h]
    ta9ti bhatchi a s@@d [22h]
     
  7. Med Omar

    Med Omar MoUl DéTaILS-GaRoU PiPaS Membre du personnel

    J'aime reçus:
    813
    Points:
    113
    tasir nta ze3ma nta li 3aref l7a9i9a wa ta sir


    sir dayab lik chi gwimila o 8anina
     

Partager cette page