ENSEIGNEMENT. High school à la marocaine

Discussion dans 'Nouvelles (9issass 9assira) & Chroniques' créé par @@@, 8 Mai 2009.

  1. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    A partir de la rentrée prochaine, la mode sera aux universités privées, créées en collaboration avec de prestigieuses écoles internationales. Digest.

    Younès, 18 ans, ne sait plus à quel saint se vouer. A quelques semaines du baccalauréat, il n’a toujours aucune idée sur la formation universitaire à suivre : médecine, ingénierie, management, finances, etc. Et pourtant, ses bons résultats scolaires lui ouvrent théoriquement la porte des plus prestigieuses écoles et universités. Mais cet élève est
    intéressé par d’autres pistes, toutes nouvelles dans le paysage éducatif national : les universités privées. Dans son plan d’urgence, présenté à la mi-2008, Ahmed Akhchichine, ministre de l’Education, a insisté sur la nécessité pour le secteur de s’ouvrir sur l’investissement privé. L’appel du ministre n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Ces deux dernières années, la création de trois de ces institutions académiques payantes, deux à Casablanca et une à Rabat, a été annoncée. La première, Mundiapolis, ouvrira ses portes en septembre prochain. Sise à Nouaceur, à une trentaine de kilomètres de la capitale économique, cette université a nécessité un investissement de 150 millions de dirhams. “Plus qu’une école privée, un campus intégré”, semble être la devise des initiateurs de ce projet, qui insistent sur la globalité de l’offre académique. Pour ce faire, Mundiapolis s’est même offert le luxe de se doter de sa propre école doctorale en plusieurs disciplines : droit, finances, ressources humaines et management. Et pour rester en contact permanent avec la planète business, un incubateur accompagnera en son sein les futures créations d’entreprises. Bref, les initiateurs de cette structure de formation supérieure privée promettent tout un programme éducatif aux 1600 étudiants qui devront l’intégrer pour la rentrée prochaine, pourvu qu’ils disposent chacun de 55 000 DH, frais de scolarité annuels.

    Ascenseur social
    C’est un tout autre positionnement que l’Université internationale de Rabat (UIR) a choisi. Ses initiateurs, issus pour la plupart de la diaspora marocaine à l’étranger, veulent mettre en place “un ascenseur social pour les élèves brillants issus de milieux modestes”, comme l’explique son directeur, Noureddine Mouaddib, professeur à l’université de Nantes. “Nous voulons dupliquer ce modèle de réussite sociale qui, grâce à l’enseignement de qualité, a permis à de nombreux Marocains de réussir de brillantes carrières à l’étranger, malgré la modestie de leurs origines”, ajoute-t-il. Si les frais de scolarité s’élèvent à 90 000 DH par an, la moitié des étudiants ne s’en acquitteront pas en totalité. “Notre objectif, à terme, est d’arriver à 20 % d’étudiants boursiers et 30 % bénéficiant d’une gratuité totale. Ces derniers n’auront aucun centime à débourser pour suivre les cours au sein de notre université”, détaille Noureddine Mouaddib. Le choix de ces “privilégiés” se fera uniquement sur la base de leurs résultats scolaires, qui leur ouvriront les portes d’écoles d’aéronautique, d’industries pétrolières, d’architecture et design en plus des filières plus classiques, comme les sciences politiques, le management ou encore la finance. “Un grand intérêt sera également accordé aux activités de recherche et développement. A cet effet, nous avons signé, il y a quelques jours, une convention avec le groupe international Thales pour l’implantation d’un laboratoire à Rabat”, conclut l’initiateur du projet. Cette formule a séduit les hautes sphères du royaume. C’est en effet à l’occasion de la dernière visite d’Etat, effectuée en octobre 2007 par le président français Nicolas Sarkozy au Maroc, que ce projet d’université privée a été initié avec l’appui de Mohammed VI. Le cursus académique de l’UIR a été pensé en partenariat avec de prestigieuses universités et écoles étrangères : Yale University, Sciences Po Grenoble, Sup aéro Toulouse, Ecole des mines de Paris, Sup de Co Rennes, etc. Démarrage officiel des cours, dispensés en français et en anglais : septembre 2010.

    Enseignement sélectif ?
    Un an plus tard, une troisième université privée accueillera sa première promotion. Rappelez-vous, en mai 2008, le milliardaire Miloud chaabi fait une annonce de taille. L’homme d’affaires philanthrope dédie 10 % de sa fortune (estimée à près de 40 milliards de dirhams) à la création d’une université privée, en partenariat avec l’Indiana State University. L’objectif est de mettre en place une université citoyenne “ouverte sur la communauté”, selon les dires de Omar chaabi, en charge de l’accomplissement du projet. Le choix même du site est éloquent : Lahraouyine, l’une des localités les plus pauvres de la périphérie de Casablanca. L’université marocaine dupliquera l’organisation de son homologue américaine avec deux départements : sciences et techniques, “l’un des meilleurs outre-Atlantique” d’après le fils chaabi, et arts et sciences humaines. Pour ce qui est de l’investissement nécessaire, des frais de scolarité et des détails d’inscription, aucune information n’est encore disponible. “Nous venons à peine d’avoir l’autorisation du ministère de l’Education nationale et de l’enseignement supérieur”, souligne Omar chaabi. Mais cette effervescence académique est loin de faire l’unanimité au sein des professionnels de l’université. “Nous ne voyons pas le bénéfice pour notre pays”, précise pour sa part Jalal Hassoun, membre du SNUSEP (Syndicat national de l’enseignement supérieur). “Nous risquons de nous retrouver face à un enseignement sélectif, basé uniquement sur les moyens financiers”, poursuit ce professeur. Et de conclure que l’Etat aurait mieux fait de se focaliser sur la réforme de l’université lancée il y a cinq années, qui ne concerne pas encore des facultés prestigieuses comme celles de médecine et de pharmacie.



    Mundiapolis
    Lieu : Nouaceur, Casablanca. Accès : bac. Filières dispensées : droit, finances, management, TIC … Frais de scolarité : 55 000 DH. Partenaires académiques : Université Sophia Antipolis (Nice, France). Investissement : 150 millions de DH. Capacité d’accueil : 3000 étudiants. Début des cours : Septembre 2009.

    Université privée de Rabat
    Lieu : Technopolis, Rabat Accès : bac et bac+2. Filières : aéronautique, énergie et mines, architecture et design, finances, droit… Frais de scolarité : 90 000 DH par an, logement compris. Langue de formation : français et anglais (l’arabe sera enseigné en tant que matière). Partenaires académiques : Sciences Po Grenoble. Investissement : 1,3 milliard de DH. Capacité d’accueil : 5000 étudiants. Début des cours : septembre 2010

    Université chaabi
    Lieu : Lahraouyine, Casablanca. Accès : bac. Filières dispensées : ingénierie, finance et comptabilité, sciences humaines, littérature et études civilisationnelles… Partenaires académiques : Indiana State University. Capacité d’accueil : 3000 étudiants. Début des cours : Septembre 2011



    http://www.telquel-online.com/3722/actu_maroc3_372.shtml
     
  2. fax02

    fax02 Stranger in the life Membre du personnel

    J'aime reçus:
    128
    Points:
    63
    wa sahbi rah wela taykhla3 hadchi dial les ecoles o les université privées li ma3andouch f had l blad b9a bla 9raya
     
  3. @@@

    @@@ Accro

    J'aime reçus:
    252
    Points:
    83
    l'enseignement et la santé B7al b7al , lli ma 3andou flouss mcha khsara.
     

Partager cette page