Entretien avec le groupe de Jazz «Les Belles du swing» : «L’un des atouts de nos text

Discussion dans 'Art' créé par Info du bled, 1 Décembre 2009.

  1. Info du bled

    Info du bled Writer

    J'aime reçus:
    3
    Points:
    0
    [​IMG]
    Composé de six jeunes musiciennes,
    le groupe de jazz
    “Les Belles du swing”
    s’est produit
    en clôture des «Journées
    allemandes»
    organisées
    dernièrement
    à Casablanca. Entretien avec Silke Fill (guitariste) et Dore Gehr (pianiste)

    Libé : Quelle impression avez-vous d’être au Maroc ?

    Pour nous, c’est l’ultime rêve que de découvrir d’autres pays du monde à travers la musique, et tout particulièrement le Maroc dont nous apprécions l’accueil chaleureux. C’est la plus belle chose que l’on puisse imaginer.

    Etes-vous satisfaites de votre prestation à Casablanca ?

    Tout à fait. D’abord, parce que nous avons eu une excellente expérience de la scène marocaine lors du gala de clôture des « Journées allemandes» au Sheraton à Casablanca. Ensuite, les avis que nous avons recueillis auprès des personnes présentes à cette occasion sont unanimement positifs et encourageants. Les gens étaient très ravis du show que nous leur avons proposé.

    Que peut-on savoir de votre ensemble?

    Nous sommes un groupe de jazz très porté sur le swing selon la tradition européenne, lequel est opposé à la tradition américaine. Nous nous intéressons aussi à quelques éléments contemporains que l’on retrouve dans nos compositions. Nos textes sont écrits en allemand et relatent généralement le quotidien et les expériences des membres du groupe mais aussi des différentes gens.

    Votre groupe est composé exclusivement de femmes, comme on le voit de plus en plus partout. Est-ce que cela s’est fait par hasard ?

    On s’étonne souvent que cela surprenne encore. Je ne crois pas qu’on ait demandé aux Rolling stones pourquoi leur groupe n’était composé que d’hommes. Il est vrai que nous avons pensé lors de la constitution du groupe à intégrer un homme parmi nous . Comme c’est la mode en politique avec les quotas pour les femmes, nous avons aussi souhaité le faire pour les hommes. Mais le hasard a voulu que la dernière personne à nous rejoindre soit encore une femme. Il en est ainsi depuis toujours.

    Dans ce cas, y a-t-il un avantage de n’avoir que des musiciennes au sein du groupe, dans la manière d’aborder les thèmes, par exemple?

    Nous n’avons besoin que d’une garde-robe lors de nos tournées. Avec un homme dans le groupe, nous aurions eu besoin de deux (rire).

    Quel message passez-vous souvent au public lors de vos spectacles ? Et croyez-vous que le public casablancais l’ait saisi?

    C’est très difficile à le dire en peu de mots. D’autant qu’il n’est pas toujours évident d’apprécier à sa juste valeur la réceptivité du message auprès du public.
    Cela dit, quel que soit le pays d’où l’on vient, que l’on soit un homme ou une femme, notre message reste le même: montrer que chaque être humain peut vivre selon ses propres préférences. Et que cela est vraiment possible.

    Comment votre ensemble s’est-il constitué ?A vous décourir, on se demande si la beauté fait partie des critères d’adhésion au groupe?

    Nous étions deux au départ de cette aventure. Après avoir décidé de fonder un groupe, nous avons choisi la musique que nous voudrions jouer. Par la suite, nous avons cherché d’autres musiciennes qui pouvaient se joindre à nous. C’est ainsi le groupe est né.

    Vos thèmes portent en général sur le quotidien. Existe-t-il aujourd’hui un thème dans le monde qui vous interpelle ?

    Evidemment. Mais ce qu’il faut savoir, c’est que nous exprimons notre point de vue sur le monde, tout ce qu’apporte la vie contemporaine et bien d’autres sujets. Un des atouts de nos textes, c’est l’humour et l’autodérision.
    On célèbre cette année les 20 ans de l’unification de l’Allemagne et la chute du Mur de Berlin.

    Qu’est-ce que cela évoque pour vous ?

    Nous somme ici avec une musicienne, la saxophoniste, qui vient de l’ancienne RDA.








    Source : libe.ma
     

Partager cette page