Erreur médicale fatale dans un hôpital à Casablanca

Discussion dans 'Info du bled' créé par Casawia, 15 Octobre 2005.

  1. Casawia

    Casawia A & S Forever

    J'aime reçus:
    145
    Points:
    0
    Erreur médicale ayant abouti à la mort

    L'affaire de décès suspect de Mme Saïda Mardi à l'hôpital Mohammed V fit grand bruit à Casablanca en ce début du mois sacré de Ramadan. Les faits remontent au mois de juillet 2005. A l'époque, la victime âgée alors de 26 ans était admise au service maternité dudit l'hôpital pour accoucher d'un petit bébé. L'opération se déroula sans incident et la victime quitta l'hôpital le 14 juillet sans se douter que cette intervention chirurgicale allait lui coûter la vie trois plus tard. Quelques jours après sa sortie de l'hôpital, la victime commença à sentir des douleurs infernales au niveau de l'abdomen. Elle se retourna alors chez son médecin lui signifiant qu'elle ressent une douleur carabinée à l'abdomen.


    Ce dernier, au lieu de la réexaminer à nouveau pour déterminer l'origine de la douleur, a refusé carrément de la revoir en lui disant qu'elle ne souffre de rien.

    Devant la persistance de la douleur, la famille de la victime lui a fait faire une échographie abdomino-pelvienne chez un cabinet spécialisé de la Place.
    L'examen radiologique fait apparaître " la formation du flanc gauche évoquant un textillome". Autrement-dit, l'existence d'un corps étranger oublié dans le ventre de la victime lors de l'opération césarienne.

    Le radiologue l'a exhortée d'aller se faire opérer immédiatement pour enlever le tissu oublié dans son ventre.
    Malheureusement, les médecins qui l'on opére pour extirper le corps étranger n'ont pas pu la sauver puisque le tissu oublié a gravement endommagé les organes du ventre.

    Cette erreur médicale est passée sous silence à l'hôpital Mohammed V comme si de rien n'était. Contacté à se sujet, le Pr. Manat, directeur de l'Hôpital, refuse de s'expliquer sur cette affaire en affirmant qu'il n'a rien à dire. A l'heure où nous écrivions ces lignes, aucune enquête n'a été diligentée pour connaître les raisons du décès et punir les responsables pourtant la loi marocaine puni tout médecin ayant oublié un corps étranger dans un celui d'un patient.

    Une affaire similaire sous d'autres cieux aurait pu provoquer un séisme au sein de l'administration de l'hôpital. Devant le silence radio des responsables de l'hôpital qui refusent d'assumer la responsabilité, le mari de la victime s'apprête à déposer une plainte contre le médecin qui a traité sa femme pour négligence.
    Il est à signaler que l'ex-ministre de la Santé, Abderrahim Harrouchi, avait ordonné la mutation du responsable de service maternité qui a opéré Mme Mardi, mais sa décision est restée lettre morte.

    Abderrahman Ichi
    Le Matin

     
  2. mistery

    mistery Visiteur

    J'aime reçus:
    0
    Points:
    0
    Re : Erreur médicale fatale dans un hôpital à Casablanca

    Bonjour!
    Je suis une étudiante en pratique sage-femme au québec et j'ai un grand souci pour le confort de nos clientes. Je ne considère même pas ça comme une peur de me tromper, car l'erreur est humaine. Le pire la dedans, c'est de ne pas reconnaître ses torts. Le problème, c'est que entre médecins et patient existe une relation de supériorité...certains en profitent et ne sont pas assez terre à terre pour admettre leurs erreurs :( et je trouve ça révoltant.
     

Partager cette page